Samuel Thomassin s’avère réaliste à la veille du repêchage de la NFL, qui se déroulera lors des trois prochains jours.

L’avenir de Thomassin passerait par la LCF

Samuel Thomassin s’avère réaliste à la veille du repêchage de la NFL, qui se déroulera lors des trois prochains jours.

Le nom de l’ancien joueur des Griffons du Cégep de l’Outaouais ne devrait pas être appelé. Même si ce garde format géant de 6’5’’ et 327 livres s’est entraîné devant des dépisteurs à deux reprises durant l’hiver. D’abord au Gridiron Showcase en janvier au Texas puis lors d’un pro day tenu en mars à Québec.

Cinq équipes, dont les Steelers et les Bears, s’étaient déplacées dans la Vieille Capitale. C’était surtout pour épier l’ami et coéquipier de Thomassin chez le Rouge et Or de l’université Laval, le joueur de ligne défensive Mathieu Betts.

« C’est la meilleure ligue au monde. Mais je dirais que je n’ai aucune attente. De toute façon, c’est hors de mon contrôle », a soutenu Thomassin lorsque joint mercredi à Québec où il a passé les dernières années chez le Rouge et Or.

Ce dernier va quand même garder un œil sur le repêchage pour une raison.

« Je vais suivre ça pour mon chum », a-t-il dit de Betts, qui pourrait être sélectionné le samedi lors des rondes quatre à sept.

Une fois l’encan terminé, plusieurs équipes vont offrir des contrats à des joueurs non repêchés. Ce fut le cas en 2007 avec le receveur gatinois Éric Deslauriers, qui avait abouti à Pittsburgh.

Un club va miser, d’une façon ou d’une autre, sur Betts.

Dans le cas de Thomassin, l’histoire est différente. En coulisses, on dit qu’il pourrait peut-être recevoir une invitation à un camp des recrues.

Le principal intéressé répète que tout ça, c’est « hors de son contrôle ». Que la Ligue canadienne de football (LCF) s’avère dans sa mire. Un circuit qui le classe en tant que 12e plus bel espoir en vue de son repêchage prévu le 2 mai.

Le Rouge et Noir d’Ottawa, qui aime repêcher des joueurs québécois, pourrait se laisser tenter en fin de première ronde.

« J’ai hâte que le 2 mai arrive pour savoir dans quelle ville je me vais me retrouver », a soutenu Thomassin.

« Et rien ne dit que je ne peux pas me réessayer dans deux ans pour la NFL », a-t-il ajouté.