Après les inondations, c'est la COVID-19 qui est venue gâcher la saison des Tyrans de Gatineau.
Après les inondations, c'est la COVID-19 qui est venue gâcher la saison des Tyrans de Gatineau.

La saison des Tyrans est à l’eau

La Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJÉQ) entend sauver sa saison en disputant un calendrier réduit de 21 matches à partir du 15 juillet, mais cette tentative de relance va se faire sans les Tyrans de Gatineau.

Déjà éprouvée deux fois par des inondations printanières, l’équipe de l’Outaouais a annoncé qu’elle suspendait ses activités pour la saison 2020 et qu’elle réintégrerait la ligue en 2021. Cette fois, c’est le virus de la COVID-19 qui est venu tout gâcher.

Ses joueurs actifs seront offerts aux autres équipes de la ligue par l’entremise d’une séance de ballottage, mais ceux-ci redeviendront la propriété des Tyrans en 2021.

Propriétaires des Tyrans, Stéphane Pétronzio et Sébastien Boucher n’ont pas pris cette décision à la légère.

«Nous avons consulté nos joueurs pour voir s’ils étaient à l’aise de jouer malgré l’incertitude pour leur santé et la hausse des frais de jeu. Nous avons des partenaires financiers qui injectent entre 50 000 $ et 60 000 $ par année pour aider à réduire les frais de nos joueurs, mais nous avons perdu plusieurs commandites cette saison parce que nous ne savions pas si nous allions jouer ou encore combien de matches nous pourrions jouer», a expliqué Stéphane Pétronzio.

Ce dernier signale que les voyages occasionnaient aussi des maux de tête pour les Tyrans puisque les autobus ne permettent pas de respecter les règles de distanciation sociale.

Stéphane Pétronzio

«Il aurait fallu que les joueurs se déplacent eux-mêmes avec leurs voitures. Ce sont d’autres frais supplémentaires. La ligue veut reprendre ses activités, mais elle ne pourra pas le faire tant que la règle du deux mètres devra être respectée. On ne sait même pas si nous aurons les autorisations pour jouer sans trop dénaturer la nature de notre sport. Nous sommes à la merci du gouvernement. Nous ne pouvons pas jouer sans spectateurs, sans cantine et sans revenus des commandites. Comment peut-on survivre dans ce contexte? Nous avons préféré suspendre nos activités pour la saison 2020. Les risques étaient trop nombreux pour une simple saison de 21 matches. Même chose pour le midget AAA et les catégories de relève.»

Les 12 autres équipes de la LBJÉQ comptent disputer une saison de 21 matches avec des séries éliminatoires. L’entraînement reprendra le 15 juin. Pour éviter les longs déplacements, il n’y aura que des matches intra-division.

Les Tyrans vont appuyer leurs joueurs qui veulent aller jouer ailleurs cet été, mais en sondant son équipe, Pétronzio a l’impression qu’ils seront peu à se prévaloir de cette option.

«Il y a bien Pierre-Olivier Avoine qui étudie à l’Université McGill de Montréal qui voudrait jouer. C’est un excellent joueur qui va intéresser les équipes de notre division. Nos cinq joueurs de l’Académie du baseball du Canada (ABC) vont continuer de s’entraîner avec nous jusqu’à ce qu’ils reçoivent l’appel pour aller à Montréal.»

Projet local

Malgré la suspension des activités des principales équipes de baseball compétitives de la région, Pétronzio raconte qu’il est en train de peaufiner les détails qui devraient permettre aux joueurs de baseball de demeurer actifs pendant l’été.

«Nous allons bientôt annoncer un projet qui va permettre à notre élite de jouer du baseball organisé et de haut niveau sans sortir de l’Outaouais. C’est important pour nous de garder nos jeunes en action. C’est aussi important de réduire nos pertes parce que nous voulons revenir en force en 2021», a conclu Pétronzio.