Félix Auger-Aliassime et ses coéquipiers du Canada s’étaient faufilés jusqu’en finale de la Coupe Davis, disputée dimanche, à Madrid.

La nouvelle Coupe Davis a-t-elle plu?

MADRID — Malgré ses défauts, la nouvelle formule de la Coupe Davis a obtenu la note de passage pour sa première édition qui s’est révélée riche en suspense sur le terrain.

Malgré les commentaires généralement positifs, le succès futur du tournoi remodelé dépend toujours de sa faculté d’adaptation à un calendrier très chargé qui compte déjà deux autres compétitions par équipes qui tentent de faire leur place – la Coupe Laver et la Coupe ATP.

Les deux meilleurs joueurs au monde, Rafael Nadal et Novak Djokovic, ne pensent pas que la Coupe Davis et la Coupe ATP puissent coexister. Les deux joueurs suggèrent qu’une fusion des deux serait la meilleure solution.

« Je ne vois pas deux Coupes du monde en l’espace d’un mois sur notre calendrier. C’est quelque chose que je n’envisage pas personnellement », a exprimé Nadal, qui a guidé l’Espagne à son sixième titre en Coupe Davis, dimanche, grâce à une victoire contre le Canada en finale.

La première édition de la Coupe ATP, qui réunira 24 équipes, aura lieu en janvier en Australie. La Coupe Davis a débuté à Madrid avec 18 équipes.

« Nous avons l’occasion d’avoir enfin une belle compétition, a poursuivi Nadal. Il n’y a pas d’autre solution que d’avoir une seule grande compétition. Je pense que la Coupe Davis est le bon nom, car cela fait partie de l’histoire de notre sport. Et ce sera bien si nous sommes capables de tout mettre en place. »

Djokovic a parlé de la possibilité d’une « Super coupe » de tennis.

« La planification a toujours été un problème, tant pour la Coupe ATP que pour la Coupe Davis, a-t-il mentionné. Une idée était la fusion des deux. À long terme, je ne pense pas personnellement que les deux événements puissent coexister à six semaines d’intervalle. C’est juste un peu trop encombré. »

La Fédération internationale de tennis a signé un partenariat de 25 ans avec le groupe Kosmos, cofondé par le joueur vedette du FC Barcelone Gerard Piqué, pour rendre la Coupe Davis plus attrayante et plus lucrative. Cela a transformé un tournoi étalé sur toute l’année en un événement d’une semaine joué selon un format de Coupe du monde en un seul lieu.

Piqué a déclaré que l’opinion de joueurs comme Nadal et Djokovic doit être prise en considération.

« Cela n’a aucun sens d’avoir deux compétitions très similaires, a-t-il déclaré. Dans les prochains mois, je pense que nous allons recommencer à parler avec l’ATP. Et j’espère que dans les prochains mois, nous pourrons annoncer quelque chose. »

Piqué a ajouté que les discussions avec Roger Federer, qui est copropriétaire de la Coupe Laver qui se joue entre des équipes européennes et mondiales, n’ont pas avancé récemment.

« C’est son bébé et il veut le protéger. Et je comprends tout à fait, a souligné Piqué. Ce que nous allons tenter de faire, c’est d’essayer de mettre la Coupe Davis à un niveau supérieur, car nous parlons de 119 ans d’histoire. Vous ne pouvez pas comparer les deux événements. Mais nous allons essayer de faire de notre mieux pour faire grandir notre compétition autant que possible. »

Kosmos et l’ITF espèrent tenir la nouvelle Coupe Davis en septembre au lieu d’en faire le tournoi de fin de saison en novembre. Djokovic a déclaré que cela rendrait la compétition plus attrayante pour les joueurs.

« C’est la dernière semaine de l’année. Le calendrier est très exigeant pour beaucoup de joueurs, a constaté Djokovic. C’est vraiment difficile parce que tu as une longue saison et que tu dois ensuite pousser tes limites une semaine de plus et finir l’année en jouant en simple et en double à tous les jours. »

Format excitant

Le nouveau format de la Coupe Davis, avec deux simples et un double disputés le même jour, a donné lieu à du jeu excitant à Madrid, offrant aux équipes une petite marge d’erreur.

Auparavant, les rencontres de Coupe Davis étaient décidées sur trois jours avec la présentation de quatre matches en simple et un double.

« Le format rend les choses très serrées, a dit Nadal. Vous faites une erreur dans un match en simple et dans le double, tout peut arriver. Donc, c’est parfait comme ça. Mais en même temps, pour les meilleures équipes, ça représente un défi. »