Michael Joly a marqué plus de 50 buts cette saison dans la Ligue East Coast et la Ligue américaine. Son équipe est à une victoire de la coupe Kelly. L’ancien Olympique Nicolas Meloche est son cochambreur.

La coupe Kelly dans la mire de Joly

Quand l’enjeu est grand, Michaël Joly est là.

Mercredi soir, le Gatinois de 23 ans a forcé la tenue d’un septième et dernier match dans la finale de la East Coast Hockey League (ECHL) en fournissant deux buts et une passe dans un gain de 4-2 des Eagles du Colorado contre les Everglades de la Floride.

Samedi soir, dans le sud de la Floride, il va tenter de répéter ses exploits de la finale de la coupe du Président en 2015. Ce printemps-là, l’attaquant aux mains magiques avait permis à l’Océanic de Rimouski de combler un déficit de 3-2 en finale de la LHJMQ contre les Remparts de Québec. Son but compté en deuxième prolongation avait donné la coupe à l’Océanic dans le match ultime.

« Le parcours de l’Océanic en finale de 2015, c’est le même que celui de notre équipe au Colarodo. Nous tirions de l’arrière 3-2 et nous avions gagné le sixième match à Québec. J’espère que l’histoire va se répéter sans avoir à nous rendre en deuxième prolongation », a rigolé Joly lorsque joint par Le Droit vendredi midi.

L’ancien de l’Intrépide a plusieurs raisons de sourire ces temps-ci. Il domine tous les compteurs de la « East Coast » avec 12 buts et 28 points en 23 matches des séries éliminatoires. En combinant ses statistiques de la saison régulière, il est rendu à 53 buts et 95 points en 75 matches dans la troisième ligue professionnelle d’importance en Amérique du Nord. Ajoutez à cela ses sept points en 19 matches avec le Rampage de San Antonio dans la Ligue américaine (LAH) et Joly est rendu à 102 points en 94 matches cette saison.

« Ça fait beaucoup de hockey. Mon corps a besoin de repos, mais là, il nous reste une dernière partie à jouer. Gagne ou perd, il reste 60 minutes à notre saison. C’est assez pour me donner une dernière poussée d’énergie. »

Peu importe le résultat, il semble que l’avenir de Joly sera au Colorado la saison prochaine. Les Eagles vont accéder à la LAH pour remplacer le Rampage de San Antonio comme filiale principale de l’Avalanche du Colorado. Et il est probable que l’actuel entraîneur-chef des Eagles, Aaron Schneekloth, demeure à son poste pour cette promotion à l’échelon supérieur.

De la musique aux oreilles de Michael Joly. « C’est ce qu’on entend. Ça serait un excellent choix pour moi. Tous les entraîneurs ici m’aiment bien. Mon contrat à deux volets LAH-ECHL prend fin et j’ai bien l’impression que je suis bien placé pour rester dans l’organisation et passer au prochain niveau. »

Jamais repêché dans la LNH en raison de son gabarit de 5’10’’ et d’un préjugé sur son coup de patin, Joly a pourtant dominé à tous les niveaux où il a joué. Il n’a jamais manqué de confiance en lui.

« J’ai toujours cru en mes moyens. Ce sont les autres que j’ai dû convaincre pendant toute ma carrière », a dit celui qui avait même été repêché en neuvième ronde dans la LHJMQ avant de devenir un franc-tireur redoutable.

Jeudi soir, Jay Beagle a réalisé tout un exploit en soulevant la coupe Stanley avec les Capitals de Washington. Il a fait la même chose dans la ECHL avec la coupe Kelly et dans la LAH avec la coupe Calder.

« J’aimerais que ça m’arrive », s’exclame Joly.

Mais avant, il y a un dernier match à gagner dans la ECHL avant d’essayer de le faire dans la LAH dès l’an prochain.