Le président de l’Impact de Montréal, Kevin Gilmore se donne trois ans pour amener l’Impact au niveau des dix meilleures équipes de la ligue sur le plan des revenus.

Kevin Gilmore veut voir l’Impact prendre sa place

MONTRÉAL — Sans aller jusqu’à vouloir le faire disparaître du dictionnaire, Kevin Gilmore n’est pas friand du mot « défi ». Il préfère le terme « opportunité ». C’est avec cette nuance en tête qu’il s’est lancé dans sa nouvelle aventure professionnelle le 23 janvier dernier, avec un objectif fondamental : donner à l’Impact de Montréal le rayonnement qu’il croit que cette organisation mérite.

« La raison pour laquelle je fais la distinction, c’est que quand on regarde les défis, on regarde les obstacles entre nous et le but ultime. Quand on a une opportunité, on regarde les pistes de solutions vers l’opportunité. C’est un petit détail, mais je dis toujours à mes gens, “ce ne sont pas des défis, ce sont des opportunités”. »

Rencontré dans son bureau jeudi, à quelque 48 heures de la visite du Crew de Columbus au stade Saputo, le président de l’Impact a avoué ressentir un haut niveau de fébrilité vis-à-vis ce premier match local en 2019. Une fébrilité accentuée, note-t-il, par la séquence de six parties de l’équipe aux quatre coins des États-Unis entre le 2 mars et le 9 avril.

« Ça fait seulement deux mois et demi que je suis ici, mais c’est une date que j’ai immédiatement ciblée, car c’est le début de quelque chose d’important ici à Montréal, affirme Gilmore en parlant du 13 avril. Je pense que c’est le premier match à domicile dans une nouvelle ère pour l’équipe. »

« On fait partie d’une ligue majeure, ajoute Gilmore. La MLS, c’est une grande ligue maintenant, qui se rapproche de certaines ligues en Europe au point de vue de l’importance et de la qualité de jeu. Elle fait partie des cinq grandes ligues en Amérique du Nord, et Montréal est un très grand marché de sport. »

Sur le plan des revenus, Gilmore se donne trois ans pour amener l’Impact au niveau des dix meilleures équipes de la ligue. Un tel objectif passe évidemment par une présence assidue des spectateurs aux matchs locaux, incluant une augmentation du nombre d’abonnements saisonniers. En fait, Gilmore voudrait voir s’additionner les matchs joués à guichets fermés.

« Déjà, on a fait des progrès, dit Gilmore. Si on regarde les billets de saison, on est à 1000 de plus que l’an dernier et on a établi un record pour la franchise. En ce moment, on se rapproche des 10 000 billets. »

Gilmore s’est aussi mis en tête d’attirer plus de grandes entreprises dans le giron de l’équipe.

« On a de très grands partenaires, et après, on a beaucoup de petits partenaires. Toutefois, je ne ressens pas que “Québec Inc.” a été vraiment sollicité pour soutenir le club. C’est quelque chose que je commence à faire, parce que c’est important d’avoir le support des compagnies qui font affaire ici. »

Au-delà de ces aspects tangibles, Gilmore veut aussi imprégner une culture différente à l’intérieur de l’organisation.

« Quand je suis arrivé ici, je me suis rendu compte qu’il y avait, peut-être, une gêne de prendre sa place dans le marché. Je ne sais pas si c’est un produit du fait que l’équipe a commencé dans une ligue mineure, ou même que l’équipe a commencé avec trois employés il y a 25 ans, et que Joey Saputo, le propriétaire, accrochait des bannières sur des barrières avec des “zip ties”. »

Gilmore, qui a passé cinq ans avec le Canadien de Montréal, de 2011 à 2016, est persuadé qu’il y a de l’espace dans le cœur des Montréalais et des Québécois pour deux équipes sportives.

« Ma mission, c’est de prendre notre place dans le marché. Et quand les gens me disent, “Montréal, c’est une ville des Canadiens”, je leur rappelle que dans les années 80 et 90, il y avait 81 matchs de baseball juste ici, dit-il en pointant vers le Stade olympique. Et il y avait quoi, 45 000 personnes par match ? »

« C’était une époque où la population était moins élevée que maintenant, où l’économie n’était pas aussi forte que maintenant, où la population était beaucoup moins diverse que maintenant. Dans les années 80, il y avait encore cette aura autour du Canadien — la grande puissance des années 70 — mais les Expos ont pris leur place. Ils ont pris leur place dans le cœur des Montréalais et des Québécois. C’est ça qu’il faut faire. On a des personnalités incroyables sur le terrain. On ne fait pas une assez bonne job pour faire connaître nos joueurs. »