Julien Sale a remporté le tournoi Alexandre de Tunis pour une deuxième année de suite, vendredi, au club de golf Rideau View.

Julien Sale défend son titre avec un record

Julien Sale n’avait jamais réussi à défendre un titre qu’il a déjà remporté par le passé, souvent parce qu’il n’avait pu retourner au tournoi pour y prendre part.

Ça, c’était avant vendredi au club Rideau View, où le représentant du club Rivermead de Gatineau a laissé un peu d’espoir à ses plus proches poursuivants sur le neuf d’aller avant de finir en force avec un oiselet et un aigle sur les deux derniers trous pour confirmer sa deuxième victoire de suite au tournoi Alexandre de Tunis, premier joyau de la Triple couronne du golf amateur québécois.

Sale a conclu les deux rondes de la compétition avec un cumulatif de moins-11 après des rondes de 66 et 67, les cinq coups qu’il a retranchés à la normale sur les cinq derniers trous lui permettant de terminer devant Ryan Sévigny, du club Eagle Creek, auteur de la meilleure ronde de la journée à 66 (moins-6) pour se hisser au deuxième rang, un coup devant Olivier Ménard, du club Whitlock.

« J’ai bien fini à moins-5 sur les cinq derniers trous. Aujourd’hui, c’était plus compliqué qu’hier. J’ai bien démarré (oiselet au premier trou), mais j’ai fait quelques erreurs qui m’ont coûté quelques bogeys. Après, je n’ai pas eu beaucoup de succès sur les verts et j’ai raté plusieurs “putts”. Mais j’ai été patient et à la fin, j’ai réussi un “birdie” au 13e, et j’ai rentré une sortie de “bunker” au 14e. Ça m’a permis de finir en force », a raconté Sale, qui est originaire de l’île de la Réunion, département de la France se retrouvant dans l’océan Indien.

« C’est une première de défendre un titre, je n’avais fait ça avant... J’avais un peu d’appréhension avant de démarrer, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Mais quand je suis arrivé au premier trou, je me suis dit que c’était comme n’importe quel autre tournoi, c’est juste de jouer coup après coup et on verra si ça va ou pas », a indiqué le jeune homme de 21 ans qui est membre du Rivermead depuis trois ans.

Celui-ci ne pourra maintenant pas aider l’équipe de joueurs de ce club lors du championnat intersectionnel de dimanche, alors qu’il va plutôt se rendre près de Rochester, dans l’état de New York, pour tenter de se qualifier pour le championnat amateur des États-Unis.

Par la suite, il retournera à l’université Arkansas State pour une dernière année d’études et de golf. Au cours de l’hiver, il entend se rendre en Afrique du Sud ainsi qu’en Asie afin de tenter sa chance sur leurs circuits professionnels en 2020. « Je vais y aller comme amateur et si j’obtiens ma carte, je vais devenir professionnel. Si ça ne marche pas, je vais avoir toute ma dernière année à l’université et l’été prochain pour m’entraîner et ensuite tenter ma chance à nouveau l’année d’après », a-t-il expliqué.

Quand il sera chez les professionnels, son frère Antoine, 17 ans, pourrait bien lui succéder comme champion du Tunis, lui qui a terminé à égalité au huitième rang après des rondes de 73 et 69 (cumulatif de moins-2). Il était tout juste derrière un autre membre du Rivermead, Robert McKay (moins-3, 70 et 71), qui a terminé ex aequo au sixième rang.

Parmi les autres faits saillants de la deuxième ronde du Tunis, à noter le trou d’un coup réussi par Luc Guilbault, un golfeur public, au 6e trou, une normale trois de 166 verges.