Ellie Black a été la meneuse du Canada en s’exécutant aux quatre appareils, mardi à Doha. «Je crois que nous avons représenté le pays comme nous le voulions, c’est-à-dire avec le sourire, la volonté de vaincre et de la résilience», a déclaré l’athlète.

Journée historique pour le Canada en gymnastique

DOHA, Qatar — Pour la première fois de son histoire, le Canada a terminé au quatrième rang des Championnats du monde de gymnastique artistique.

La Québécoise Sophie Marois et ses coéquipières Ellie Black, Brooklyn Moors, Shallon Olsen et Anne-Marie Padurariu ont terminé au pied du podium du concours par équipes aux Mondiaux de Doha, au Qatar, mardi. Les Américaines, menées par Simone Biles, ont dominé la compétition avec un total de 171,629 points, loin devant les Russes (162,863 points). Les Chinoises ont complété le podium, avec une avance de seulement 0,752 point sur les Canadiennes.

Marois a pris part au saut et c’est à cet appareil que les Canadiennes ont obtenu leur meilleur pointage (43,782 points), le deuxième de tous les pays derrière les États-Unis (44,666 points). La jeune femme a dû attendre à la toute fin du concours avant de s’élancer, car le Canada terminait sa prestation à cet appareil.

«Je suis tellement fière des filles aujourd’hui», a déclaré Black. «Elles se sont présentées et ont fait leur travail. Nous avons commis quelques erreurs, mais il y avait tellement de points positifs, autant de faits saillants dans cette journée.

«Nous avons marqué l’histoire en terminant en quatrième place du concours par équipes. C’est un résultat historique, donc nous ne pourrions être plus heureuses», a-t-elle ajouté. «Je crois que nous avons représenté le pays comme nous le voulions, c’est-à-dire avec le sourire, la volonté de vaincre et de la résilience.»

Les représentantes de l’unifolié ont aussi fini quatrièmes au sol, sixièmes à la poutre et septièmes aux barres asymétriques. Black a été la meneuse du Canada en s’exécutant aux quatre appareils.

Les Canadiennes auraient pu obtenir leur qualification au concours par équipes aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020 en décrochant une médaille aux Mondiaux de Doha.

Retour victorieux de Biles

Pour les Américaines, il s’agissait d’un sixième sacre. Il faut remonter à 2010 pour trouver trace d’un concours par équipes qui leur a échappé aux Mondiaux. À l’époque les Russes étaient montées sur la plus haute marche.

Quant à Biles, elle a récolté un 11e titre mondial à 21 ans pour son retour à la compétition internationale après des Jeux olympiques fastueux à Rio en 2016 : cinq médailles, dont quatre en or, au concours général, au sol, au saut et par équipes, plus du bronze à la poutre.

Son passage à l’hôpital à Doha dans la nuit de vendredi à samedi pour un calcul rénal, juste avant les qualifications, est donc désormais à ranger au rayon des petites péripéties. «Je suis plutôt fière. Ça a été une longue année pour arriver ici, mais je suis fière des nouvelles.»

L’aisance de Biles au Qatar laisse présager une razzia dans les épreuves individuelles. À commencer par le concours général, où elle est la grandissime favorite.

L’Américaine en est à trois titres mondiaux de ce concours récompensant la gymnaste la plus complète, autant que la Russe Svetlana Khorkina (20 médailles mondiales à la fin des années 90 et au début des années 2000). En cas de succès, la native de Columbus pourrait devenir la première quadruple championne du monde du concours général, et inscrire encore un peu plus son nom dans l’histoire de la gymnastique.