Me voilà en compagnie d’Émilie Cossette (à gauche) et de Valérie Gauthier, qui ont remporté notre concours organisé en collaboration avec le Groupe Capitales Médias et le GP de Trois-Rivières. On les a gâtées.

Il faut que je gagne!

CHRONIQUE / On arrive tranquillement à la fin du mois d’août et la fin août, au Québec et au Canada, annonce que la saison de courses achève. Oui, déjà! Ça achève, mais il reste de beaux événements à venir. Et au sein de la série canadienne de NASCAR, la lutte est féroce et rien n’est encore joué avec quatre épreuves encore au calendrier.

J’arrive à Bowmanville, à une heure de route de Toronto, où sera disputée la 10e course de la saison en fin de semaine. Si vous regardez le classement, vous verrez que je suis troisième, 20 points derrière le meneur Louis-Philippe Dumoulin. Je peux encore rêver au championnat, mais disons que je n’ai pas beaucoup de marge de manœuvre.

Clairement, il faudra que je devance Louis-Philippe à chaque fois, que ce soit à Bowmanville, à Saint-Eustache, au New Hampshire ou à Hamilton. En Nouvelle-Écosse, le week-end dernier, j’ai fini cinquième, Louis-Philippe a fini premier, et ça m’a coûté de précieux points.

Comme le disait encore cette semaine Andrew Ranger, la série n’a jamais été aussi compétitive. J’aurais dû être content de ma cinquième place, mais je ne l’étais pas parce qu’elle m’a coûté des points. C’est vous dire. Si tu as le malheur d’avoir une mauvaise course, si tu as le malheur de prendre off comme on dit, tu es cuit. Mais pour le bien de la série, pour son avenir, on ne se plaindra pas d’avoir de bons pilotes et de belles luttes.

Plein les bottines!
Sur le circuit routier de Bowmanville, c’est pas compliqué, il faut que je gagne. Je ne vais jamais aux courses pour finir 10e, mais là, il faut vraiment que je gagne. C’est une piste qui m’a souvent donné des difficultés par le passé, alors elle m’en doit une. Et c’est le temps ce week-end!

Mais voilà, j’en aurai plein les bottines tout au long de la fin de semaine puisque je vais aussi courir en série Camping World Truck à bord d’une camionnette de l’équipe Young’s Motorsports. Samedi seulement, je vais participer à la séance de pratique de la série Pinty’s, aux deux séances de pratique de la série Camping World Truck et aux qualifications de la série Pinty’s et de la série Camping World Truck. Et c’est sans compter les deux épreuves de dimanche. Disons qu’il est possible que je sois un peu fatigué à la fin du week-end!

J’aime mes chances en série Camping World Truck puisque Young’s Motorsports me fournit une excellente camionnette.

Ce sera une grosse fin de semaine, mais je ne me plaindrai surtout pas. Je suis un pilote et ma vie, c’est de piloter.

Parlant des camionnettes, je vais me permettre de répondre à la question d’un lecteur de Trois-Rivières. Oui, M. Gauthier, je pense que le Grand Prix de Trois-Rivières a tout ce qu’il faut pour accueillir un jour la série Camping World Truck. Ce serait même absolument génial. Le GP3R, c’est gros, c’est un happening extraordinaire, les Américains tripperaient ben raide. Trois-Rivières a mon vote, c’est clair!

Pour finir sur Trois-Rivières, je vous dirais qu’il y a deux dames qui ont passé de bien bons moments au Grand Prix il y a deux semaines. J’ai nommé Valérie Gauthier et Émilie Cossette, deux Trifluviennes, qui ont remporté notre concours organisé en collaboration avec le Groupe Capitales Médias et le GP3R. On les a gâtées, on les a amenées en coulisse, on leur a fait vivre l’événement de l’intérieur. Elles étaient heureuses. Et moi, quand mes fans sont heureux, je suis heureux.

Et j’espère justement que je serai heureux en fin de semaine. Car il faut que je gagne! 

Propos recueillis par Michel Tassé