Jean-Yves «Iceman» Thériault (gauche) a notamment été champion du monde de kickboxing à 23 reprises.

GSP louange le «Iceman»

Quand il a confirmé sa retraite, Georges St-Pierre a remercié trois de ses idoles. Une d’elles ? Le « Iceman », l’ancienne vedette sportive de Vanier ayant brillé dans les arts martiaux durant les années 1980 et 1990.

Jean-Yves Thériault a notamment été champion du monde de kickboxing à 23 reprises. Il a conservé une fiche de 69-6-1, gagnant le titre des mi-lourds à son dernier combat grâce à un 61e knock-out en carrière.

« Il m’a beaucoup inspiré, non seulement en tant qu’athlète, mais aussi en tant que personne », a expliqué St-Pierre durant son allocution, jeudi matin, devant les médias à Montréal.

Thériault, lui, ignorait que GSP avait parlé de lui quand Le Droit l’a joint par téléphone. Mais le sexagénaire était visiblement flatté.

« C’est un bon garçon. C’est gentil de sa part de m’avoir mentionné », a-t-il réagi.

Les deux hommes se connaissent bien. Ils ont déjà échangé par le passé. Il y a quelques photos aussi de la paire qui circulent sur les médias sociaux.

« Il m’avait déjà dit que son papa et lui allaient voir mes combats à l’époque à Verdun », a relaté Thériault, qui se rappelle d’une autre discussion avec St-Pierre, il y a un an et demi.

Ça coïncidait avec la diffusion d’un long reportage sur le « Iceman » dans le cadre de la série « 25 ans d’émotions » au Réseau des sports (RDS).

« George m’avait appelé. Il m’avait avoué son admiration pour la manière que j’avais pris ma retraite. J’expliquais que j’avais pris le temps nécessaire pour réfléchir, de m’assurer que je prenais la bonne décision. »

Thériault se dit « convaincu » que St-Pierre en a fait de même. Que sa retraite ne s’avère pas un coup de tête.

« Il est bien entouré aussi. Il a de bonnes personnes pour le guider. »

Le « Iceman » compte bien lui envoyer un petit mot dans les prochains jours pour le féliciter sur sa brillante carrière. Qui sait, peut-être que GSP va le taquiner.

Car Jean-Yves Thériault va remonter dans le ring dans trois mois, à Loretteville. Plus précisément lors d’un combat d’exhibition contre Denis Perreault, le 1er juin.

« Ce n’est pas un vrai combat... C’est un combat de démonstration », a pris le soin de préciser le principal intéressé.

« Il n’y aura pas de coups sournois. Pas de coups forts. Nous allons éviter des coups assommoirs. »

Thériault a répété deux fois que « ce n’est pas un retour » à la compétition pour lui à l’âge de 64 ans. « Ça serait imbécile », a-t-il ajouté.

D’ailleurs, une de ses filles l’a appelé rapidement quand elle a eu vent que son père allait se battre à nouveau, 23 ans après avoir remisé ses gants. Ce dernier lui avait promis à l’époque qu’il ne sortirait pas de la retraite.

« Elle m’a demandé ce que je faisais », a-t-il raconté en riant.

Le paternel a expliqué que le combat de démonstration servira à amasser des fonds pour une œuvre de bienfaisance tout en rendant hommage à un de ses amis, le défunt Michel Rochette. « Il a été champion du monde de kickboxing en même temps que moi », a-t-il mentionné.

« C’était un bon garçon et je ne voudrais pas qu’on l’oublie. Ça va permettre aussi de valoriser le style de kickboxing qu’on pratiquait à l’époque. »

« Ça sera sûrement un combat de deux ou trois rounds... Peut-être des rounds moins longs si mon adversaire a besoin de plus de temps pour récupérer », a lancé le « Iceman » qui n’a rien perdu de son sens de l’humour.