La skieuse franco-ontarienne, Valérie Grenier, rêvait d'un podium à Are.

Grenier termine 19e au super-G des championnats du monde

Valérie Grenier a égalé son meilleur résultat en carrière aux championnats du monde de ski alpin, mardi, à Are, en Suède. Ça ne l’empêchait pas d’être un brin déçu.

L’athlète de St-Isidore, dans l’Est ontarien, a terminé 19e au super-G remporté par l’Américaine Mikaela Shiffrin. Sofia Goggia et Corinne Suter, respectivement de l’Italie et la Suisse, ont complété le podium.

«Je pense que ma course n’était pas horrible. La plupart du temps, je me sentais bien sur la ligne, sauf au sommet où j’ai décalé un peu plus bas», a soutenu Grenier au site web de Canada Alpin.

«La lumière est devenue un peu plus sombre après les 20 premières skieuses, donc c’était difficile pour moi, car je ne pouvais pas bien voir après les sauts. J’étais vraiment mauvaise dans les airs.»

La skieuse âgée de 22 ans a été la 27e participante à s’élancer sur la piste. De forts vents ont forcé les organisateurs à déplacer le départ plus bas sur la montagne.

Grenier a compilé un chrono d’une minute et 6,67 secondes. Ce fut 1,78 seconde plus lent que Shiffrin. Elle avait terminé 19e au super-G des Mondiaux de 2015 à Beaver Creek.

La Franco-Ontarienne rêvait au podium à Are. Surtout qu’elle avait pris le quatrième rang lors du récent super-G de la Coupe du monde à Cortina d’Ampezzo, en Italie.

Une autre Canadienne a pris le départ de cette première course des Mondiaux. Marie-Michèle Gagnon a dû se contenter de la 21e place.

Mercredi, ce sera la rentrée des hommes avec la présentation du super-G. Dustin Cook, du lac Sainte-Marie, sera à surveiller. Il a été vice-champion du monde de cette épreuve, il y a quatre ans, au Colorado.

Deux autres produits locaux participent à ces championnats, Mikaela Tommy et Simon Fournier seront en action dans les épreuves techniques.