«Ça fait tellement d’années que je viens ici et j’espérais vraiment obtenir un bon résultat un jour», a déclaré Valérie Grenier après avoir terminé au cinquième rang à Lake Louise.

Grenier cinquième à Lake Louise

LAKE LOUISE, Alb. — L’Américaine Mikaela Shiffrin a gagné une première épreuve de super-G en Coupe du monde, dimanche, tandis que la Canadienne Valérie Grenier a terminé à des poussières d’un premier podium en carrière, se contentant finalement du cinquième rang.

Shiffrin s’est imposée en 1 minute 19,41 secondes sur la piste de Lake Louise, devançant la Norvégienne Ragnhild Mowinckel par 0,77 seconde. L’Allemande Viktoria Rebensburg a complété le podium, à 0,83 seconde de Shiffrin.

Reconnu pour son brio dans les épreuves techniques, Shiffrin tente depuis un certain temps d’améliorer ses performances lors des épreuves de vitesse. Double championne du globe de cristal de la saison de la Coupe du monde, Shiffrin avait remporté une course de descente à Lake Louise l’an dernier. Elle a maintenant gagné au moins une épreuve dans chacune des cinq disciplines du circuit.

«C’est un de mes objectifs depuis que je suis sur le circuit - depuis que je suis toute petite, en fait - d’arriver à un point où je pourrais gagner n’importe quelle course», a dit Shiffrin, qui est âgée de 23 ans.

«C’est un moment incroyable d’avoir pu skier ici comme je le souhaitais, d’avoir été aussi agressive.»

Grenier, de St-Isidore, dans l’Est ontarien, a terminé à 0,88 seconde de Shiffrin et à 0,05 seconde du podium. Elle a obtenu le meilleur résultat par une Canadienne à Lake Louise depuis la quatrième position de Larisa Yurkiw en descente en 2014.

«Ça fait tellement d’années que je viens ici et j’espérais vraiment obtenir un bon résultat un jour, a raconté Grenier. J’avais déjà réussi une 16e position ici. Cinquième, c’est incroyable. Quand j’ai croisé la ligne d’arrivée, je n’y croyais pas.

«J’avais l’impression de bien skier, que ça coulait bien. Il y a eu des portes que j’ai eu de la difficulté à rejoindre et c’était un signe que j’allais vite.»

Grenier était la 32e skieuse à s’élancer.

La foule partisane s’est faite bruyante pendant sa descente, alors que les temps intermédiaires laissaient croire qu’un podium était possible. «Ça me donne tellement de confiance, a dit Grenier. Ça me prouve que si je skie bien, la vitesse est là.»

Marie-Michèle Gagnon, de Lac-Etchemin, a pris le 20e rang en 1:21,17. Roni Remme, de Collingwood, en Ontario, a terminé en 36e position avec un chrono de 1:22,04.

Gagnon a participé aux épreuves de vitesse ce week-end pour une première fois depuis une chute à l’entraînement l’an dernier à Lake Louise qui avait mis fin à sa saison. La skieuse âgée de 29 ans était très heureuse pour sa coéquipière.

«C’est bon pour toute l’équipe. Ça va donner confiance à tout le monde, a dit Gagnon. Je suis tellement fière d’elle.»

La Coupe du monde féminine de ski alpin se poursuivra le week-end prochain à Saint-Moritz, en Suisse, avec la présentation d’un slalom, d’un super-G et d’un slalom en parallèle.