Le skieur alpin gatinois, Simon Fournier amorcera sa saison dimanche à Levi en Finlande.

Fournier prêt à affronter l’élite... et le froid

Il n’y a pas juste «l’air de faire frette» à Levi, en Finlande. Coton ouaté ou pas, Simon Fournier peut le confirmer et raffole des conditions glaciales.

Le skieur alpin de Gatineau se trouve là-bas depuis une semaine et demie en vue de sa première course de la saison en Coupe du monde. Le slalom inaugural de 2019-2020 se déroulera dimanche matin.

«L’hiver est arrivé très tôt ici. Il y a beaucoup de neige. Et il faisait moins 26 degrés Celsius avant notre arrivée. Ça donne des conditions de piste incroyables, se réjouissait Fournier, mardi, au bout du fil.

«Ça fait plusieurs manches d’entraînement que nous faisons ici. Il n’y a presque pas de bosses.»

Tout le contraire de sa première visite à Levi à pareille date l’an dernier. L’athlète âgé de 22 ans se préparait alors à effectuer ses débuts en carrière sur le circuit de la Coupe du monde.

«Il n’y avait presque pas de neige. Il faisait cinq ou six degrés. Il pleuvait. En fait, il y avait tout juste assez de neige pour la course.»

Fournier avait terminé 48e lors de la première manche lors de son baptême en Coupe du monde. Il n’a pas rallié le fil d’arrivée des deux autres étapes auxquelles il avait participé, Madonna di Campiglio en Italie et Saalbach-Hinterglemm, en Autriche.

En revanche aux championnats du monde en Suède, il a pris le 24e rang en slalom et la 30e position au slalom géant.

«J’ai eu l’occasion de participer à cinq courses d’envergure l’an dernier. J’ai pu prendre de l’expérience et de la confiance. J’ai appris que j’étais assez bon pour être compétitif. J’ai eu quelques bons intervalles, a-t-il dit.

Fournier était notamment le deuxième plus rapide à un certain moment lors de la première manche à Madonna di Campiglio.

«J’ai commencé à faire ma place en Coupe du monde l’an dernier. J’aimerais continuer en terminant quelques fois dans le top 30.»

On le verra au départ à Beaver Creek puis Val-d’Isère dans le prochain mois. Ensuite, il participera à quelques courses du circuit Nor-Am où il est le champion en titre du slalom.

«En janvier, je vais participer à toutes les Coupes du monde et je vais prendre part à quelques courses universitaires», a confirmé Fournier, inscrit en finances à l’Université de Denver.

Ses études l’ont gardé sur les bancs d’école jusqu’à la mi-juin.

«Dès que j’ai fini, j’ai commencé l’entraînement physique en vue de la prochaine saison. J’ai eu un été pas mal occupé... pas eu beaucoup de repos.»

Trevor Philp et Erik Read seront les deux autres skieurs canadiens en piste chez les hommes, ce week-end, à Levi.