Sebastian Vettel a quitté la piste, mais sa Ferrari s’est immobilisée juste avant les barrières, limitant les dommages à ses pneus.

Essais libres du Grand Prix d’Autriche: les accidents volent la vedette

SPIELBERG, Autriche — Valtteri Bottas et Max Verstappen ont tous les deux été victimes d’accidents et ont sérieusement endommagé leur voiture lors de la deuxième séance d’essais libres en prévision du Grand Prix d’Autriche, le circuit en altitude dans les Alpes montrant son côté périlleux, vendredi.

Mercedes et Red Bull ont imputé ces incidents aux rafales de vent dans les montagnes qui bordent le circuit, ce qui a provoqué l’interruption de la séance de 90 minutes à deux reprises.

Un troisième pilote renommé a évité de peu un accident similaire puisque Sebastian Vettel a également quitté la piste, mais sa Ferrari s’est immobilisée juste avant les barrières, limitant les dommages à ses pneus.

Avant son accident, Bottas avait obtenu le deuxième chrono le plus rapide de la séance, cédant seulement 0,331 seconde à Charles Leclerc (Ferrari).

Le meneur au championnat, Lewis Hamilton, qui a dominé la première séance au volant de sa Mercedes, a inscrit le quatrième temps, à 0,443 seconde de Leclerc.

Bottas a percuté le muret après avoir perdu le contrôle de l’arrière de sa Mercedes et quitté la piste au virage numéro 6, laissant l’avant de sa voiture très endommagé.

Cet incident est survenu moins de 15 minutes après celui de Verstappen, qui a quitté la piste dans le virage no 10, endommageant gravement l’arrière droit de sa Red Bull.

«Difficile de dire ce qui s’est passé, peut-être que c’était le vent, a expliqué Verstappen. Ce n’est que vendredi, nous avons donc le temps de tout réparer pour demain [samedi].»

Bottas et Verstappen sont les deux derniers vainqueurs de la course, en 2017 et 2018, respectivement. Ni l’un ni l’autre n’a été blessé.

Le directeur de l’équipe Mercedes, Toto Wolff, a déclaré que Bottas ne pouvait être blâmé.

«Soudainement, vous avez trois, quatre kilomètres-heure de plus et vous êtes au-delà de la limite», a expliqué Wolff au sujet du vent violent qui a causé des problèmes à tous les pilotes.

Helmut Marko, le conseiller chez Red Bull, a ajouté que Verstappen «ne roulait pas plus vite qu’auparavant dans ce virage, mais la rafale a emporté l’arrière.»

Ces incidents ont probablement contribué à la séance d’essais la plus mouvementée de la saison, quelques heures après que Hamilton eut enregistré le meilleur chrono de la première séance. Le quintuple champion du monde avait devancé Vettel de 0,144 seconde. Son coéquipier Bottas a concédé 0,161 à la troisième place.

Bottas, qui a obtenu son premier podium en carrière sur cette piste en 2014 et qui a entrepris la course ses deux dernières années en pole, avait raté la première demi-heure, son groupe moteur ayant dû être remplacé pour réparer une fuite d’huile.

Leclerc et Verstappen se sont classés respectivement quatrième et cinquième.

Discussions sur les pneus

Le Canadien Lance Stroll (Racing Point) n’a pu faire mieux que la 18e position, à presque deux secondes du meneur.

«Ça n’a pas été le vendredi le plus facile, a confié Stroll. La température de la piste était incroyablement élévée et c’était très venteux. Malheureusement, les drapeaux rouges ont été agités au mauvais moment. Je faisais alors mes meilleurs tours avec les pneus tendres. Nous avons beaucoup de travail à faire ce soir pour trouver plus de rythme.»

La première séance avait été interrompue lorsque Niko Hulkenberg a perdu la moitié de l’aileron de sa Renault en piste. Plusieurs coureurs, y compris Hamilton, ont d’ailleurs endommagé leur aileron avant sur les vibreurs.

Si la séance matinale a démontré que la séquence victorieuse de Mercedes pourrait se poursuivre ce week-end, la tentative de diverses équipes de créer des conditions de jeu plus équitables ont échoué plus tôt dans la journée.

La discussion a porté sur le nouveau type de pneus introduit par le fournisseur Pirelli cette saison. Ils ont une bande de roulement réduite, ce qui devait réduire les risques de formation de cloques.

Alors que la plupart des équipes les ont trouvés imprévisibles et ont eu du mal à s’y adapter, les nouveaux pneus semblent parfaitement correspondre à la stratégie de Mercedes, qui a remporté les huit premières courses de la saison, dont six doublés.

Pour relancer la compétition et rendre les courses plus attrayantes, diverses équipes, avec Red Bull en tête, ont suggéré un retour aux pneus de l’an dernier à compter de la mi-saison.

«De nombreuses équipes ont des problèmes, car nous ne trouvons pas la bonne fenêtre pour travailler avec les pneus, a révélé le directeur de l’équipe Haas, Guenther Steiner. Si nous revenions à des pneus similaires à ceux de 2018, nous verrions plus de rivalité.»

Mais lors d’une réunion avec tous les directeurs d’équipe, de Pirelli et de la FIA, la proposition n’a pas pu obtenir l’appui obligatoire d’au moins sept des 10 équipes. Outre Mercedes, l’idée a également été rejetée par Williams, Racing Point, McLaren et Renault.

L’une des raisons de ce rejet était le manque de données, les équipes ne pouvant deviner comment les pneus 2018 fonctionneraient sur les voitures 2019.

Hamilton avait initialement critiqué les nouveaux pneus lors des essais hivernaux, mais il a depuis rejeté l’idée de revenir aux anciens pneus.

Après sa victoire au Grand Prix de France la semaine dernière, Hamilton a exprimé sa sympathie pour les amateurs, qualifiant les courses d’ennuyeuses avec une équipe aussi dominante que Mercedes. Mais il ne voit pas une solution à changer de pneus à court terme.

«C’est encore un exemple où différentes équipes militent pour des initiatives qui servent leurs objectifs personnels plutôt que le sport», a affirmé Hamilton.

La gestion des pneus deviendra un facteur crucial pour cette course disputée en altitude, dimanche, par une journée chaude dans les Alpes autrichiennes.

Mercedes a remporté quatre des cinq Grands Prix autrichiens depuis le retour de l’événement au calendrier de la F1 en 2014, mais Hamilton n’a obtenu qu’un seul de ces triomphes, en 2016.