Alexis Guimond a terminé 7e lundi au slalom géant debout des championnats du monde para-alpin en Slovénie.

Entrée en scène de Guimond et Cyr aux championnats du monde

Deux skieurs gatinois. Deux championnats du monde à deux endroits différents en Europe.

Alexis Guimond a terminé septième lundi au slalom géant debout des championnats du monde para-alpin à Kranjska Gora, en Slovénie. Il était un des favoris après avoir gagné le bronze à cette même épreuve l’an dernier aux Jeux paralympiques.

« En deuxième manche, j’ai bien attaqué et j’étais content de la façon dont je skiais dans le haut de la piste. Malheureusement, j’ai fait une erreur coûteuse qui m’a mis dans une position difficile et je n’ai pas terminé la course comme je l’espérais, a soutenu Guimond, 19 ans, au site web de Canada Alpin.

«Somme toute, je suis content de mon approche en début de journée, je sentais que j’étais bien positionné, mais j’ai terminé la journée avec un peu de frustration. J’ai hâte aux courses de vitesse à venir à Sella Nevea, en Italie.»

Quant à Antoine Cyr, il tirait un bilan positif de sa première course en carrière aux championnats du monde de ski de fond des moins de 23 ans à Lahti, en Finlande. Il a pris le 20e rang au sprint classique après avoir réussi le 24e meilleur temps en qualifications.

«Je ne peux pas me plaindre ! Ce fut une bonne journée, même si je ne me sentais pas trop bien lors des qualifications. La compétition est tellement relevée ici, a-t-il dit au Droit.

«En quart de finale, j’ai été un des plus forts dans les montées. Il m’a juste manqué un petit quelque chose dans la dernière étape. C’était quand même serré au fil d’arrivée. Les quatre gars ont avancé le pied en même temps.»

Cyr, 20 ans, profitera d’un congé mardi. Le lendemain, ce sera place au 15 km de style libre. Les championnats prendront fin pour lui vendredi avec le 30 km classique. Une épreuve dans laquelle il se débrouille bien.

Ajoutez à cela que cette compétition se déroule sur le même parcours où Alex Harvey a gagné son titre mondial au 50 km libre en 2017.

«Un parcours d’homme. C’est assez relevé», a reconnu Cyr, qui compte s’inspirer de Harvey.