En attendant Play Ball!

Vous n’en pouvez plus d’attendre le début de la saison de baseball? Le sevrage du passe-temps national des Américains vous est pénible? Le Soleil vous propose dix livres sur le baseball à lire durant la période de confinement et en attendant qu’on puisse enfin crier Play Ball!

Moneyball : The Art of Winning an Unfair Game
Michael Lewis

Paru en 2003, ce best-seller écrit par le journaliste économique Michael Lewis a changé la façon dont plusieurs voient le baseball et même la façon dont les équipes des ligues majeures sont administrées. On y découvre comment Billy Beane, directeur général des Athletics d’Oakland, s’y est pris pour avoir une équipe compétitive dans un petit marché en utilisant l’analyse statistique et des statistiques alors sous-­évaluées, notamment la moyenne de présence sur les buts. Dix-sept ans plus tard, toutes les équipes des majeures emploient des spécialistes de l’analyse statistique.

<em>Moneyball : The Art of Winning an Unfair Game, </em>Michael Lewis

My prison without bars
Pete Rose

Combien de temps faudra-t-il avant que les ligues majeures pardonnent à celui qui détient plusieurs records, dont celui pour le plus grand nombre de coups sûrs de tous les temps? Pete Rose, qui a fêté son 79e anniversaire cette semaine, raconte sa carrière, mais surtout, donne dans ce livre paru en 2004 sa version du «scandale» qui a mené à son bannissement à vie des ligues majeures pour avoir parié sur des matchs. L’ancien joueur et gérant y raconte aussi ses multiples tentatives, toujours infructueuses, pour obtenir sa rédemption et peut-être être admis au Temple de la renommée du baseball de son vivant.

<em>My prison without bars, </em>Pete Rose

Baseball Hall of Shame 
Bruce Nash et Allan Zullo

Le baseball est l’un des sports qui regorgent le plus d’anecdotes et d’incidents particuliers qui créent la légende. Ici, on y relate quelques épisodes comiques ou moins glorieux qui ont le mérite d’être intéressants à lire et à raconter par la suite. Les mascottes les plus laides, les propriétaires les plus cinglés, les plus mauvais frappeurs, les pires stades où voir un match, les promotions les plus ridicules, les excuses les plus bidon données par un joueur pour avoir manqué un match ou raté un jeu. Tout y est pour des heures de plaisir!

<em>Baseball Hall of Shame, </em>Bruce Nash et Allan Zullo

Juiced : Wild Times, Rampant ‘Roids, Smash Hits & How Baseball Got Big
Jose Canseco

On dira ce qu’on voudra du puissant cogneur Jose Canseco, il a le mérite d’être toujours divertissant. L’ancienne vedette des ligues majeures ayant propulsé 468 balles par-dessus la clôture a publié en 2005 ce brûlot où il raconte les dessous du scandale des stéroïdes anabolisants dans les majeures. Pointant du doigt plusieurs ex-coéquipiers, Canseco prétendait que 85% des joueurs des majeures utilisaient des drogues pour améliorer leur performance, un chiffre considéré par plusieurs comme exagéré. Cependant, Canseco ne nie pas son propre usage et a jeté par ses écrits un éclairage providentiel sur cet aspect du jeu que plusieurs cachaient encore à l’époque.

<em>Juiced : Wild Times, Rampant ‘Roids, Smash Hits & How Baseball Got Big, </em>Jose Canseco

Griffin 26 
Marc Griffin

La plupart des gens connaissent Marc Griffin comme analyste au Réseau des Sports, mais de 1989 à 1994, le natif de Sainte-Foy a été un joueur de baseball professionnel. Ayant fait partie de l’organisation des Dodgers de Los Angeles et de celle des Expos de Montréal, Griffin n’a jamais atteint les ligues majeures, se rendant toutefois jusqu’au niveau AA. L’histoire de son ascension du baseball mineur québécois jusqu’au baseball professionnel au sud de la frontière vaut la peine d’être lue à un moment ou de plus en plus de jeunes Québécois reprennent goût à la balle et se mettent aussi à rêver aux ligues majeures.

<em>Griffin 26, </em>Marc Griffin

The Extra 2 % 
Jonah Keri

Si vous avez aimé Moneyball, vous adorerez The Extra 2 %. Dans ce livre publié huit ans après celui de Michael Lewis, un autre journaliste financier, Jonah Keri, analyse l’expérience des Rays de Tampa où deux anciens collègues de la firme Goldman-Sachs appliquent au baseball les principes utilisés à la Bourse pour transformer une équipe de dernière place en équipe de première place. On y voit aussi la montée d’Andrew Friedman, le directeur général des Rays devenu aujourd’hui président des opérations baseball des puissants Dodgers de Los Angeles.

<em>The Extra 2 %, </em>Jonah Keri

Il était une fois les Expos 1969-2004
Jacques Doucet et Marc Robitaille

Un incontournable pour tout amateur de baseball québécois, cet ouvrage auquel a participé le tout aussi incontournable Jacques Doucet est probablement ce qui a été fait de plus complet sur l’histoire de nos «Zamours». Peu de détails ont échappé aux deux auteurs, qui retracent chacune des saisons avec ses grands moments tout en abordant aussi les rouages de l’industrie du baseball, qui a fait naître, mais a malheureusement aussi mis fin à cette belle aventure. Toute l’épopée des Expos, de Rusty Staub à Vladimir Guerrero et Brad Wilkerson.

<em>Il était une fois les Expos 1969-2004, </em>Jacques Doucet et Marc Robitaille

Ball Four 
Jim Bouton et Leonard Shecter

Écrit par l’ex-lanceur des Yankees de New York, des Pilots de Seattle et des Astros de Houston Jim Bouton, Ball Four a créé tout un émoi à sa sortie en 1970. Et pour cause, le lanceur de balle papillon y racontait l’envers du décor d’une saison de baseball : drogue, alcool, coureurs de jupons, mensonges et tricherie. Écrit comme un journal de sa saison 1969 avec les Pilots, Ball Four détaille aussi les relations parfois tendues de Bouton avec ses coéquipiers, son gérant et ses entraîneurs. Des aspects du sport qui n’avaient jusque là pas été présentés dans les médias.

<em>Ball Four, </em>Jim Bouton et Leonard Shecter

Only the Ball Was White : A History of Legendary Black Players and All-Black Professional Teams 
Robert Peterson

Grâce à un travail de recherche approfondi, Robert Peterson retrace l’histoire du baseball dans la communauté noire, de la période avant la barrière raciale jusqu’à la disparition de cette barrière. On y découvre ou redécouvre l’histoire de plusieurs joueurs méconnus : Moses Fleetwood Walker, premier Noir à évoluer dans les ligues majeures en 1884, les Cuban Giants, première équipe professionnelle noire et bien sûr les étoiles des Negro Leagues, ces circuits très compétitifs où les Afro-Américains étaient confinés pendant que les ligues majeures refusaient de les embaucher en raison de la couleur de leur peau.

<em>Only the Ball Was White : A History of Legendary Black Players and All-Black Professional Teams, </em>Robert Peterson

The Only Rule Is It Has to Work : Our Wild Experiment Building a New Kind of Baseball Team
Ben Lindbergh et Sam Miller

Qu’arrive-t-il lorsque deux blogueurs avides de statistiques prennent le contrôle d’une vraie équipe de baseball? Dans ce livre, Lindbergh et Miller racontent leur folle odyssée comme «conseillers spéciaux» des Stompers de Sonoma, une équipe de l’Association pacifique de baseball indépendant. On y voit les tactiques utilisées par les deux iconoclastes pour faire accepter leurs réformes dans un sport somme toute assez conservateur et les résultats parfois mitigés, mais généralement bons. Ceux qui suivent de près les Capitales de Québec y reconnaîtront même quelques joueurs qui ont affronté l’équipe par le passé...

<em>The Only Rule Is It Has to Work : Our Wild Experiment Building a New Kind of Baseball Team, </em>Ben Lindbergh et Sam Miller