Les espoirs de l’Outaouais reposeront sur les épaules de Tegan Shaver à Élite Canada. La compétition commencera vendredi au centre sportif de Gatineau.

Élite Canada débarque à Gatineau

Tegan Shaver sera l’unique gymnaste de l’Outaouais parmi la centaine de participantes à Élite Canada, qui se déroulera dès jeudi au centre sportif de Gatineau. Elle va s’avérer aussi une des plus jeunes et plus petites à concourir sur les divers appareils sur le plancher.

L’espoir du club Unigym n’a que 11 ans. Elle ne mesure que 4’3’’.

« Un énorme 4’3’’ tout en puissance », précise son entraîneur Dave Fallon.

Shaver s’entraînait lundi pour une des dernières fois avant cette compétition. Les meilleures gymnastes au pays arriveront en milieu de semaine.

« Tout le monde va s’entraîner jeudi. La compétition commencera vendredi », souligne le directeur général d’Unigym, Jean-Paul Caron.

Il s’agira d’un rendez-vous relevé.

« Toutes les filles de l’équipe canadienne des derniers championnats du monde seront ici », note Caron.

Dans le lot, il y a trois médaillées. Ana Padurariu a gagné l’argent à la poutre en 2018 à Doha. Sa coéquipière Shallon Olsen a terminé deuxième au saut à cette même édition des Mondiaux.

À l’épreuve par équipe, le Canada avait pris le quatrième rang.

« La meilleure performance de l’histoire de l’équipe », rappelle Caron, qui a longtemps été patron de Gymnastique Canada.

En 2018, Ellie Black avait obtenu l’argent au combiné. « Ça regarde bien pour les prochains Jeux olympiques chez les femmes », reconnaît Caron.

Élite Canada ne sert pas uniquement de vitrine pour ces vedettes, mais aussi de tremplin pour la relève. Les dirigeants de la fédération nationale vont épier la relève dans les catégories junior et novice. « C’est la porte d’entrée dans le programme de haute performance », explique Jean-Paul Caron.

Shaver, elle, fait déjà partie de ce programme chez les novices. Elle cherchera à conserver sa place lors des compétitions présentées vendredi, samedi et dimanche.

« J’ai hâte », lance-t-elle, un brin gêné.

Concourir devant les siens ne semble pas la rendre nerveuse. « Ça ne me dérange pas, précise-t-elle. Je veux avoir du plaisir et faire de mon mieux. »

Ça, et se faire des nouveaux amis, ajoutera Shaver plus tard dans la discussion.

Ce petit bout de gymnaste s’amuse et excelle surtout à l’épreuve de saut. « J’aime aussi effectuer des culbutes un peu partout », dit-elle.

On l’a fait sourire en lui demandant si son coach effectue aussi des culbutes ici et là à la palestre du centre sportif.

On soupçonne que Fallon n’a plus la même flexibilité que l’été de ses 15 ans... il y a déjà trois décennies.

Parallèlement à Élite Canada, Unigym tiendra la sélection de l’équipe outaouaise en vue des Jeux du Québec qui auront lieu en mars. Les deux sœurs plus vieilles de Tegan Shaver, Sophie et Riley, participeront à cette compétition.

Un total de 18 gymnastes, dont six en trampoline, seront choisis pour défendre les couleurs de la région à Québec dans quatre semaines et demie.