Laurent Duvernay-Tardif en son point de presse mercredi
Laurent Duvernay-Tardif en son point de presse mercredi

Duvernay-Tardif fébrile à l'approche du Super Bowl

La Presse Canadienne
Comme un enfant à la veille de Noël, Laurent Duvernay-Tardif l'admet lui-même : il trépigne à l'idée de sauter sur le terrain avec ses coéquipiers des Chiefs de Kansas City pour y affronter les 49ers de San Francisco dans le cadre du Super Bowl LIV ce week-end.

Ce sera alors un moment historique, tant pour celui qui aspire à être médecin pendant son après-carrière que pour son équipe. Il sera d'ailleurs le premier joueur québécois à participer au Super Bowl après Jean-Philippe Darche, avec les Seahawks de Seattle, en 2006.

De plus, les Chiefs, l'équipe qui a choisi de faire confiance à cet obscur bloqueur de l'Université McGill le 10 mai 2014, participeront au troisième Super Bowl de leur histoire le 2 février prochain à Miami. Les hommes d'Andy Reid tenteront alors de mettre fin à la 100e saison de la Ligue nationale de football en procurant à la plus grande ville du Missouri un premier titre en exactement 50 ans.

«C'est une opportunité incroyable. Il y aura beaucoup de fébrilité. Mais, sincèrement, je le vois comme une expérience positive et j'ai très hâte. Ça fait trois jours que nous sommes ici. Je ressens une espèce de frénésie, et j'ai hâte d'être sur le terrain», a confié Duvernay-Tardif lors de son point de presse mercredi matin.

Le gentil géant de six pieds, cinq pouces et 321 livres est brièvement revenu sur son expérience des derniers jours dans le sud de la Floride, et il a rappelé l'importance de respecter la routine d'une semaine régulière dans la NFL - même si cette semaine est toute, sauf ordinaire.

D'ailleurs, les Chiefs ont entamé leur préparation pour le match de championnat de la NFL il y a deux semaines déjà, après avoir vaincu les Titans du Tennessee 35-24 lors du match de championnat de l'Association américaine.

«La semaine dernière en a été une d'installation - mardi, mercredi et jeudi -, donc ç'a été exactement pareil aux 20 dernières semaines, a assuré Duvernay-Tardif. Je pense que ç'a été très important d'installer le livre de jeux dans un environnement qui était beaucoup plus calme. Nous étions aussi beaucoup plus concentrés sur la tâche à accomplir.

«Puis, nous sommes arrivés ici, et là nous réinstallons une deuxième fois notre livre de jeux, tout en sachant de quoi il en retourne, a-t-il expliqué. Aujourd'hui, on va probablement tout réinstaller, simplement pour s'assurer que tous les détails sont bien maîtrisés. Mais le plus gros du travail est déjà fait.

«C'est bien, parce que ça nous permet de faire autre chose, d'être moins stressés qu'une semaine normale», a-t-il résumé.

Le footballeur âgé de 28 ans s'attend - comme certains preneurs aux livres, qui favorisent les 49ers par seulement 1,5 point en date de mercredi matin - à un match très serré, notamment en raison de l'impressionnante défensive de la formation californienne.

«Ils disposent d'une défensive très étanche, qui n'a pas tellement de lacunes. Tout le monde est talentueux à sa position. Ce n'est pas le genre de défensive où l'on constate une faille et qu'on sait que c'est là qu'on va attaquer cette semaine. Il faut vraiment être créatifs, et ça c'est la tâche de coach (Andy) Reid de nous mettre dans la meilleure position pour qu'on connaisse du succès.»

Alors, qui sortira gagnant cet affrontement fort attendu dimanche soir?

«C'est difficile à dire. C'est sûr que le meilleur match pour nous n'est pas le meilleur match pour les amateurs. Nous aimerions que ce soit clair, défini, et que l'écart soit de plusieurs points. Cela dit, ça reste le Super Bowl, et je pense que l'équipe qui reste la plus disciplinée pendant la semaine, qui garde sa concentration le plus, et qui respecte le plus son identité sera celle qui va l'emporter», a répondu sagement Duvernay-Tardif.