Dustin Cook

Dustin Cook, mentor de la jeune équipe canadienne

LAKE LOUISE, Alb. — L’équipe canadienne s’est adaptée à sa nouvelle réalité à l’aube de la première descente de la Coupe du monde de ski alpin masculin.

La retraite d’Erik Guay, jumelée à la fracture à une jambe de Manuel Osborne-Paradis à Lake Louise quelques jours avant l’épreuve qui aura lieu samedi, se sont ajoutées à l’importante blessure à un genou de Broderick Thompson survenue une semaine plus tôt à Nakiska.

Ben Thomsen, d’Invermere, en C.-B., et le spécialiste du super-G Dustin Cook, d’Ottawa, sont les seuls vétérans toujours présents au sein de l’équipe canadienne.

« Ça nous a ébranlés, a admis Thomsen. En deux ou trois jours, je suis passé du gars qui connaît des ennuis à se faufiler sur la liste de départ d’un super-G au skieur no 1 de l’équipe, le plus vieux et le plus expérimenté. C’est assez différent. »

Thomsen, qui est âgé de 31 ans et Cook, qui est âgé de 28 ans, doivent maintenant servir de mentors à Jack Crawford, de Toronto, Jeff Read, de Calgary, Sam Mulligan, de Vancouver, et Brodie Seger, de North Vancouver.

Les quatre skieurs totalisent 16 départs sur le circuit de la Coupe du monde, et leur âge moyen est de 21 ans.

« Nous sommes tous un peu ébranlés par les blessures à Broderick Thompson et Manny, a reconnu Read. Je crois que c’est ça qui a précipité la décision d’Erik. »

Ce devait être la dernière saison de Guay sur le circuit, mais le vétéran âgé de 37 ans a changé d’avis et pris la décision de se retirer jeudi.

Le meilleur résultat de Thomsen sur le circuit de la Coupe du monde fut une médaille d’argent en descente à Sotchi, en Russie, en 2012. Lors de la descente d’entraînement de jeudi, il a enregistré le meilleur chrono canadien terminant au 41e rang.