Lysanne Richard a assuré sa troisième place au cumulatif avec la deuxième position en Italie.

Double podium pour Lysanne Richard

Constante tout au long de la saison, Lysanne Richard a terminé en force sur le circuit international de plongeon haut vol Red Bull avec une deuxième place, à Polignano a Mare, en Italie. Cette performance lui a permis de défendre sa troisième place sur le podium au cumulatif.

Après avoir fait l’impasse sur la saison 2017 en raison d’une blessure au cou, le retour à la compétition de Lysanne Richard peut être qualifié de fructueux alors que la Saguenéenne maintenant installée à Montréal fait encore partie de l’élite mondiale de la discipline. Au cumulatif, elle a été devancée par la triple championne du monde, l’Australienne Rhiannan Iffland, et la Mexicaine Adriana Jimenez.

Lysanne Richard a assuré sa troisième place au cumulatif avec la deuxième position en Italie.

« Juste de terminer l’année sans aucune blessure, c’est très positif. Je suis vraiment en forme, d’insister Lysanne Richard, qui a été incommodée par une bactérie dans les nombreux voyages, mais sans plus du côté physique. De terminer l’année en forme et sans blessure, c’est capoté ! Plus de la moitié des athlètes sur le circuit doivent se faire “taper” pour plonger. C’est une grosse année qui est difficile physiquement. »

« Je pense que le titre, depuis la quatrième place à Mostar, n’était plus accessible, même si je faisais une bonne position en Italie. En même temps, j’ai quand même très bien plongé à Mostar. J’ai même fait plus de points qu’en Italie. C’était circonstanciel », de rappeler Lysanne Richard, qui, grâce à ce top-4, est déjà qualifiée parmi les six plongeuses régulières en vue de la saison prochaine.

Lysanne Richard célèbre son podium.

« Je suis vraiment contente de la saison. Un top-3 au cumulatif avec le retour et tout, c’est vraiment bien. C’est à la hauteur de nos attentes, mes entraîneurs et moi », lance celle qui est entraînée par l’entraîneur-chef du Club Camo Stéphane Lapointe et le responsable de haut vol au Canada, Chris Huber, ainsi que de nombreux autres intervenants.

« Ce qui a été mieux que par le passé, c’est que je suis plus calme, plus constante et en meilleure condition physique. C’est quand même semblable à ce que j’ai fait en 2016 finalement. Ça me donne une troisième place, mais je suis à moins de points de remporter les grands honneurs que je l’étais en 2016, même si j’avais terminé deuxième. Ça confirme que ce sera vraiment un objectif éventuel de remporter la saison, même pour l’année prochaine », pointe Lysanne Richard.

Lysanne Richard a assuré sa troisième place au cumulatif avec la deuxième position en Italie.

L’an prochain, elle entend entrer un plongeon avec un plus gros quotient de difficulté, soit ajouter une vrille à son plongeon optionnel arrière. Au départ, elle devait le mettre dans sa liste de cette saison, mais avec le retour à la compétition, il a été convenu de reporter d’un an. Si tout se passe bien à l’entraînement pendant la période hivernale, ce plongeon lui permettrait normalement d’avoir le plus gros niveau de difficulté parmi les plongeuses régulières. « Je ne suis peut-être pas la seule qui veut augmenter. On ne sait pas d’avance », rappelle Lysanne Richard, qui se servira beaucoup de la visualisation pour parvenir à ses fins.

Rhiannan Iffland, Lysanne Richard et Adriana Jimenez ont formé le podium de la saison 2018 du circuit international de plongeon haut vol Red Bull. Pour l’Australienne Iffland, il s’agissait d’un troisième titre consécutif.

+

LA COUPE DU MONDE DANS LA MIRE

Plus que jamais motivée par son podium au classement général du circuit mondial Red Bull, Lysanne Richard a maintenant les yeux rivés sur la Coupe du monde, en novembre, à Abou Dabi. Elle fera d’ailleurs partie des favorites au titre. 

« Mon corps va beaucoup mieux qu’au début de l’année. On s’est habitués et on a pratiqué des mouvements. J’ai été constante dans mes performances. Je suis super positive. J’ai été capable de gagner une épreuve cet été. On pense que je suis capable de gagner la Coupe du monde également. C’est l’objectif. Toutes les fois que tu te retrouves sur le podium, c’est un gros accomplissement avec le calibre très élevé », confie la native du Saguenay. 


Après une blessure qui l’a forcée à l’inaction en 2017, le retour à la compétition de Lysanne Richard a été très fructueux.

Contrairement au circuit Red Bull, qui est très limité avec six plongeuses régulières et quatre invitées, la Coupe du monde permet à plus d’athlètes de participer. Elles seront une vingtaine à tenter d’impressionner les juges. « Notre objectif est de moi par rapport à moi. Après, je ne contrôle pas ce que les autres font. En même temps, en général, quand ça va bien, ça donne au moins un podium. La victoire est donc réaliste, mais en même temps, ça va dépendre des autres. D’ici là, on va continuer de travailler de la même manière qu’on l’a fait toute l’année. Je suis pas mal dans les favorites. On est trois à être attendues pour la victoire, les trois qui ont connu la victoire sur le circuit Red Bull », de souligner Lysanne Richard, faisant référence à ses partenaires sur le podium au cumulatif, Rhiannan Iffland et Adriana Jimenez. 

Dans sa quête de la médaille d’or, lors des prochaines semaines, Lysanne Richard changera un plongeon de base qui a été moins constant cet été. Elle l’a déjà fait au 17 mètres et va maintenant tenter de l’amener à la plateforme de 21 mètres. Pour ce faire, elle pourra profiter de quelques jours de plus de préparation à Abou Dabi que normalement sur le circuit mondial. « On va préparer cinq plongeons au lieu de quatre. Ce n’est pas un gros défi parce que c’est un plongeon que je connais déjà. J’ai l’impression qu’avec ce plongeon, j’aurai plus facilement accès à des notes de 9 et de 9,5, fait-elle valoir. Ça peut être bon aussi de montrer aux juges que j’ai eu une bonne saison, mais que je n’ai pas pris de pause avant la Coupe du monde et que je leur prépare une petite surprise. »