Muhammad Ali

Donald Trump pourrait gracier Muhammad Ali

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a fait savoir vendredi qu’il envisage « très sérieusement » de gracier à titre posthume l’ancien champion de boxe Muhammad Ali, même si la Cour suprême a éventuellement annulé sa condamnation.

M. Trump a indiqué aux journalistes qu’il étudie des « milliers de noms » de gens qui pourraient être graciés.

M. Trump a déjà accordé un pardon posthume à Jack Johnson, le premier Noir à avoir été champion poids lourd. M. Johnson avait été reconnu coupable d’avoir enfreint une loi qui interdisait de transporter une femme d’un État à un autre à des fins « immorales ».

M. Ali a refusé de rejoindre les rangs de l’armée pour la guerre du Vietnam, en se décrivant comme un objecteur de conscience. Il a été reconnu coupable d’insoumission.

Son combat juridique a pris fin en 1971 quand la Cour suprême a tranché en sa faveur.

On ne comprend pas exactement pourquoi M. Ali aurait besoin d’une intervention du président, puisqu’il n’a pas de casier judiciaire. La Maison-Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande d’explications.

M. Ali est décédé en 2016.