La Gatinoise Laura Leclair a gagné deux courses lors du dernier week-end aux sélections de l’équipe canadienne de ski de fond à Mont Sainte-Anne. Du même coup, elle s’est qualifiée en vue des championnats du monde des moins de 23 ans qui auront lieu en Allemagne à la fin du mois de mars.

Direction Europe pour la fondeuse gatinoise Laura Leclair

Laura Leclair a passé son lundi à soigner sa gorge un brin malade tout en faisant ses bagages pour un long séjour loin de l’Outaouais.

La skieuse de fond de Gatineau partira en direction de l’Europe dans les prochaines heures. Là-bas, elle prendra part aux championnats du monde des moins de 23 ans en Allemagne du 28 février au 8 mars. Auparavant, elle se tapera deux camps d’entraînement.

Le premier se déroulera à Livigno, en Italie, avec les membres du centre national d’entraînement Pierre-Harvey. Le second est prévu à Seefeld, en Autriche.

En prime, Leclair devrait en principe prendre le départ des trois dernières étapes de la Coupe du monde à Québec, Minneapolis et Canmore.

« Il y aura les championnats canadiens tôt en avril à SilverStar, en Colombie-Britannique », note la jeune femme de 23 ans.

« Je serai partie 35 jours en Europe avant de revenir au Québec pour la Coupe du monde. Je serai dans mes valises jusqu’au 15 avril. Je ne reviens pas à Gatineau avant ça. » Et ça fait son affaire. C’était le plan avant le début de la présente saison.

Leclair voulait se qualifier en vue des Mondiaux après avoir raté ce rendez-vous l’hiver dernier.

« C’était une grosse déception. Je n’ai juste pas eu une bonne année. Ce sont des choses qui arrivent parfois. »

En revanche, elle avait quand même trouvé le moyen de gagner quatre médailles aux Jeux du Canada. Tout n’était pas en noir sur le tableau de bord en 2018-2019.

Et cet hiver ?

Ça va bien.

Leclair a gagné deux courses lors des sélections de l’équipe canadienne chez les moins de 23 ans à Mont Sainte-Anne le week-end dernier. D’abord aux épreuves de sprints disputées le jeudi, puis le départ de masse en style libre dimanche.

Sa victoire dès la première journée de compétition l’a qualifiée en vue des Mondiaux. « D’assurer ma place en partant a rendu ma fin de semaine beaucoup moins stressante, avoue-t-elle.

«Tout le monde s’était entraîné avec le même objectif. Et ça se décidait sur une fin de semaine.»

Elle avait un atout de taille. Les sélections se déroulaient en terrain connu.

Leclair passe la moitié de l’année à s’entraîner au centre national, non loin de Mont Sainte-Anne.

«J’étais un peu comme à la maison, affirme-t-elle.

«Nous étions bien entourés avec nos physiothérapeutes sur place. La même chose avec nos massothérapeutes et nos farteurs. La famille était aussi là. Ça fait une différence.»

Parlons maintenant des championnats du monde qui auront lieu à Oberwiesenthal. Ce sera la deuxième présence de Leclair à cet événement après avoir terminé 15e aux sprints en 2018 à Goms, en Suisse. «Ça s’était bien passé», concède-t-elle.

«J’allais plus pour prendre de l’expérience. Cette fois-ci, j’ai l’expérience pour obtenir de bons résultats. Les tactiques que j’ai apprises en Coupe du monde devraient servir.»

Cette dernière a obtenu six départs jusqu’ici en carrière en Coupe du monde.

Laura Leclair ne sera pas la seule skieuse de fond du coin à prendre le départ des championnats du monde. Antoine Cyr, de Hull, s’était aussi qualifié durant le week-end.