Le skieur alpin du lac Sainte-Marie, Dustin Cook, participera au super-G de Kvitfjell, dimanche matin, en Norvège.
Le skieur alpin du lac Sainte-Marie, Dustin Cook, participera au super-G de Kvitfjell, dimanche matin, en Norvège.

Dernière course et bière locale au menu de Dustin Cook

Un dernier départ en Coupe du monde, une dernière visite sur le podium ? Dustin Cook se montre réaliste à la veille de mettre un terme à sa carrière sur la scène internationale.

Le skieur alpin du lac Sainte-Marie participera au super-G de Kvitfjell, dimanche matin, en Norvège. La même montagne sur laquelle il a remporté le bronze, il y a cinq ans.

« Je ne m’attends pas à un miracle et de gagner, lance Cook en riant au bout du fil.

«Ça serait bien de finir avec une belle performance. Ce que je veux surtout, c’est de rallier le fil d’arrivée en bas de la piste.»

L’ancien vice-champion du monde en super-G a rappelé les faits. «Je n’ai pas participé à une course depuis Val Gardena en décembre. Ça fait un bout de temps, note-t-il.

«Je n’ai pas été sur la neige si souvent.»

Épuisé mentalement, Cook a pris une pause de la compétition en janvier. Puis en début de semaine, il a annoncé sa retraite à la conclusion de la présente saison, sa 13e au sein de l’équipe nationale.

«Je suis à la fois excité de disputer une dernière épreuve en Coupe du monde, mais aussi nerveux», confie-t-il.

Mais il tenait à retourner en piste parmi l’élite internationale avant de conclure sa carrière.

«Parce que je ne me sentais pas bien d’avoir juste arrêté comme ça en janvier. Mais c’était nécessaire», dit-il.

La motivation de se taper des compétitions de haut niveau avait disparu. «Si tu n’y vas plus à fond, c’est là que tu risques de te blesser», précise-t-il.

Une bonne raison à ses yeux de s’arrêter. Il est convaincu que sa décision s’avère la bonne après avoir parlé à d’anciens coéquipiers ayant pris leur retraite, dont Erik Guay.

«Il n’y a pas de doute. C’est la chose à faire de m’arrêter. Puis là, j’ai la chance de partir sur mes propres termes.»

Aucun membre de sa famille ni des amis n’ont fait le voyage en Norvège pour l’applaudir une dernière fois en Coupe du monde.

«Parce peu de gens savaient que j’allais arrêter. C’est pourquoi j’ai décidé de participer au super-G des championnats canadiens le 21 mars à Panorama. Tout le monde y assistera. Je planifie une petite célébration spéciale.»

À Kvitfjell, Dustin Cook sait déjà comment il fêtera, peu importe le résultat final.

«Avec la bière que j’ai fait acheminer ici directement d’Ottawa. J’ai appelé un de mes amis qui possède la micro-brasserie Tooth and Nail», souligne-t-il.

Un petit deux que l’athlète âgé de 31 ans gardera un œil attentif sur sa livraison expresse.

Quand il avait gagné sa première médaille en Coupe du monde en 2015 en Norvège, les organisateurs lui avaient remis une bière. Sauf qu’un individu avait trouvé le moyen de lui voler son verre !

«J’ignore qui tu es, mais tu t’avères une personne terrible», avait réagi alors Cook sur les médias sociaux.

Cinq ans plus tard, le principal intéressé s’en souvient encore. «Je ne l’ai pas oublié», avoue-t-il en riant.