Alexis Galarneau a été le dernier canadien à être éliminé au Challenger Banque Nationale de Gatineau en s’inclinant dans un duel serré de 6-3 et 7-5 contre le Sud-Coréen Duckhee Lee.

Déjà la fin pour les Canadiens au Challenger de Gatineau

Ce n’est pas à défaut d’encouragements, mais les deux derniers espoirs canadiens ont plié bagage avant même les quarts de finale du Challenger Banque Nationale de Gatineau.

Grands favoris de la foule au parc de l’île, Peter Polansky et Alexis Galarneau ont été éliminés dans la journée de jeudi. C’est à ce moment-ci que le forfait de dernière minute de Vasek Pospisil fait vraiment mal dans le tableau masculin.

Ancien vainqueur en 2016 et finaliste en 2017 à Gatineau, Polansky (143e au monde) n’a pu conserver son avance de 6-4 acquise en première manche. Troisième favori cette semaine, il s’est incliné 6-4 et 6-2 dans les deux manches suivantes face au Brésilien Joao Menezes (266e joueur). Au prochain tour, ce dernier se frottera au Slovaque Norbert Gombos, gagnant du Challenger de Winnipeg dimanche dernier. Gombos, 133e joueur au monde, devient le joueur le mieux classé du tournoi puisque les cinq premières têtes de séries ont déjà pris la porte de sortie.

Calme de nature, Polansky a gaspillé un peu d’énergie à argumenter avec l’arbitre en première manche.

À LIRE AUSSI: Fernandez accède aux quarts de finale au Challenger de Gatineau

« Une décision a permis à mon adversaire d’obtenir une passe gratuite pour remonter la pente. Son jeu s’est élevé de trois crans après. Il ne manquait plus beaucoup de coups. Son service était meilleur. Cette décision lui a redonné de la vie. »

Si Polansky a connu une bonne saison 2018 en participant aux quatre tournois du Grand Chelem avec un statut de « perdant chanceux » après avoir perdu quatre fois au troisième tour des qualifications, c’est plus ardu pour le vétéran de 31 ans cette année.

« C’est la nature du sport d’avoir des hauts et des bas. Je connais un passage difficile où je n’arrive pas à terminer des matches quand j’ai l’avance ou même une balle de match. J’ai disputé plusieurs matches serrés cette année. Habituellement, ces matches sont partagés à 50-50, mais j’ai l’impression d’avoir perdu 100 % de ces matches cette année. »

Le vétéran de l’ATP ne lance pas la serviette pour autant même si sa confiance n’est pas à son plus haut niveau en ce moment.

« Certains vont abandonner quand ça va mal. Je vais continuer de me battre pour chaque point. J’ai besoin de renverser la vapeur et d’accumuler des victoires serrées. Quand ce sera fait, tout va se replacer. Il faudrait que ça commence à Granby la semaine prochaine. »

En soirée, Alexis Galarneau semblait en grande forme face au Sud-Coréen Duckhee Lee. Il a pris l’avance 2-0 dans la première manche, mais Lee s’est relevé pour remporter la manche 6-3. Même scénario en deuxième manche où le Lavallois a pris les devants 2-0. Il menait même 5-4 au moment de servir pour la manche quand il a été brisé pour perdre tous les autres jeux. Il s’est finalement incliné 7-5 contre le 217e joueur au monde.

« J’ai mal géré mon service pendant tout le match. Quand j’ai obtenu les deux premiers jeux, je n’ai pas pu confirmer le bris. Puis, il (Lee) ne ratait pas beaucoup de balles. Il attendait que je commette des erreurs et que je force le jeu. J’ai été un peu trop impatient en tentant des coups audacieux. J’aurais dû viser de plus grosses cibles, mais j’essayais de travailler mes points. »

L’athlète de 20 ans aura amassé sept points ATP et une bourse de 860 $ US pour sa participation au troisième tour. Il a aussi conquis le cœur de plusieurs amateurs de tennis.

« Je trouve que je joue mieux devant de bonnes foules. Je me suis nourri de leur énergie cette semaine. J’ai intégré cette énergie dans mon jeu. »

La foule gatinoise devra maintenant se ranger vers d’autres joueurs jusqu’à la finale de dimanche. Les Français Maxime Janvier et Enzo Couacaud sont parmi les huit finalistes.

+

SÉBASTIEN COLLARD Y A CRU JUSQU'AU BOUT

La commande était lourde en quarts de finale d’un tournoi Challenger ATP, mais le Gatinois Sébastien Collard et l’Américain Brandon Holt ont livré une solide bataille aux favoris du double masculin au jeudi.

Le Vénézuélien Roberto Maytin et l’Américain Withrow sont des vétérans du circuit de l’ATP et des spécialistes du double. Le premier est 123e au monde et le deuxième est 116e. De son côté, Sébastien Collard, 18 ans, a rencontré son partenaire de 21 ans une heure avant leur première victoire de mardi.

Les favoris ont enlevé la première manche 6-2, mais le duo Collard/Holt a répliqué avec un gain convaincant de 6-1 dans la manche suivante. Au super bris d’égalité, les vétérans de 30 et 26 ans ont eu le dessus 10-3 sur Collard, non classé, et Holt, 740e au monde.

«C’est passé près. Nous avons affronté de vrais joueurs de double. Ils étaient solides au filet. Ils ne faisaient pas d’erreurs inutiles. À 3-3 dans le super bris d’égalité, nous étions toujours là. Nous avons manqué un peu de concentration à la fin et ils ont mieux joué les points importants. Ce match donne quand même confiance. Ils sont dans les 120 meilleurs joueurs de double au monde et j’étais capable de rivaliser. J’ai vraiment tripé dans ce tournoi», a expliqué celui qui aura tout de même amassé ses 15 premiers points ATP et un petit chèque de 320 $ pour ses efforts au tournoi organisé par sa mère et son entraîneur cette semaine.