L'entraîneur de l'équipe de rugby de la Nouvelle-Zélande, Steve Hansen

Coupe du monde: les All Blacks attendent le Canada de pied ferme

Vous souvenez-vous des All Blacks?

Maillots noirs, shorts noirs, chaussettes noires, humeur noire sur un terrain de rugby? Les champions en titre de la Coupe du monde de rugby?

Il a été facile de les oublier, car depuis leur dernière présence sous les projecteurs - l’affiche vedette du week-end d’ouverture de la Coupe du monde contre le grand rival sud-africain - il s’est passé tellement de choses: l’Italie et la Namibie, qui évoluent au sein du même groupe, ont joué deux fois, les Sud-Africains ont disputé un deuxième match. L’Uruguay a aussi surpris les Fidji, le Japon a donné une leçon d’humilité à l’Irlande, le Pays de Galles et l’Australie ont offert un spectacle intéressant et de nombreuses suspensions ont été imposées.

Quand la Nouvelle-Zélande affrontera le Canada, mercredi, à Oita, 11 jours se seront écoulés depuis qu’ils se sont imposés 23-13 contre l’Afrique du Sud à Yokohama.

Les All Blacks ne regrettent pas d’avoir profité de la plus longue pause - avec la France - dans la phase de groupes. Après le duel contre les Springboks, ils ont apprécié d’avoir le temps de relaxer et de se rendre à Beppu, une station thermale située sur l’île de Kyushu, dans le sud du pays.

Il ne leur a pas fallu longtemps pour retrouver la forme en vue du premier de deux matchs en cinq jours. Après le Canada, ce sera au tour de la Namibie, dimanche, à Tokyo.

En tenant compte de ce court délai, la Nouvelle-Zélande a procédé à 11 changements au XV de départ. En réalité, le délai de 11 jours n’a servi qu’à anticiper la première participation à la Coupe du monde de six des 23 joueurs et à aiguiser l’appétit des autres.

On s’attend à une victoire de leur part. Ils n’ont jamais perdu contre le Canada à leurs cinq précédentes rencontres, dont trois en Coupe du monde. Et ils se retrouvent pour la première fois depuis la Coupe du monde de 2011, lorsque la Nouvelle-Zélande a remporté le match à domicile 79-15. Mais l’équipe est déterminée à impressionner, car eux et leurs partisans n’exigent rien de moins.

«Nous avons toujours été exigeants, question de nous améliorer sans cesse, a précisé l’entraîneur Steve Hansen. Ce faisant, cela nous permet d’avoir la bonne attitude, la volonté et l’exécution.

«En ce qui concerne notre préparation, il ne devrait jamais être question de savoir qui va jouer, mais comment nous nous préparons individuellement et en équipe, mentalement et physiquement. Cela signifie que vous respectez toujours votre adversaire et le maillot.»

En plus de la victoire, Hansen a dressé une liste de cases à cocher.

Il a offert à Richie Mo’unga et Beauden Barrett un cinquième match ensemble pour peaufiner leur double rôle de meneur de jeu, a dit à Rieko Ioane, l’ailier à court de forme, lui qui compte 23 essais en 26 sélections, de «bien faire les petites choses et les grandes suivront», a titularisé le centre Jack Goodhue pour une première fois en six semaines à la suite d’une blessure, et a demandé à l’ailier Jordie Barrett de ralentir.

«Ce n’est pas sa confiance qu’il a besoin de parfaire, c’est sa compréhension. Il veut tout faire à 100 milles à l’heure», a déclaré Hansen.

Jordie, Beauden et Scott Barrett deviendront le deuxième trio de frères à jouer ensemble à la Coupe du monde de rugby, après les frères Vunipola pour les Tonga en 1995.

Le capitaine Keiran Read, Sam Whitelock et Sonny Bill Williams sont les seuls All Blacks qui ont disputé le match de 2011.

Le Canada mise également sur trois survivants: DTH van der Merwe, qui égalera le record national de 14 présences à la Coupe du monde, le centre Conor Trainor, qui a marqué deux essais lors du match de 2011, et Hubert Buydens.

Les Canadiens ont procédé à six changements après avoir perdu contre l’Italie 48-7 lors de leur premier match, jeudi, à Fukuoka, optant pour l’expérience.

L’entraîneur Kingsley Jones a encouragé son équipe: «Nous voulons entreprendre ce match et oser. Nous avons quelques essais en nous, nous n’avons donc pas peur de tenter le coup, mais bien sûr, nous devons jouer de la bonne façon. Nous pensons que nous avons un jeu qui peut causer certaines inquiétudes à la Nouvelle-Zélande.»

Les All Blacks s’attendent à ce que le Canada soit bien préparé grâce au conseiller spécial Graham Henry, l’entraîneur des All Blacks lorsqu’ils ont remporté la Coupe du monde de rugby en 2011.

Hansen, l’ancien assistant et successeur de Henry, a reconnu: «Le Canada n’est probablement pas aussi fort que ce qu’il a été dans le passé, mais c’est une équipe très fière, un pays très fier avec un très bon joueur de rugby en Tyler Ardron. Il s’est imposé comme l’un des meilleurs en Super Rugby et ils joueront avec beaucoup de fierté.»