Kieran Crowley, entraîneur de l'équipe canadienne de rubgy

Coupe du monde de rugby: le Canada prêt à affronter l’Italie

Quand on se retrouve à la Coupe du monde de rugby dans le même groupe que la Nouvelle-Zélande, triple championne, et l’Afrique du Sud, gagnante à deux reprises, l’objectif réaliste des autres équipes est la troisième place.

Une victoire de l’Italie contre le Canada, jeudi, au Stade Fukuoka Hakatanomori, clarifierait le portrait, étant donné que les Italiens ont battu la Namibie 47-22 dimanche dernier. Même si l’équipe de Conor O’Shea a marqué sept essais, l’impression générale est que l’Italie doit démontrer « plus de rigueur et plus de discipline », selon Braam Steyn, qui évolue en troisième ligne.

Malgré tout, O’Shea était suffisamment confiant pour apporter 10 changements à sa formation partante, avec Steyn et le demi d’ouverture Tommaso Allan parmi les cinq joueurs de retour.

« J’ai confiance en tous nos joueurs. Tous nos joueurs méritent une place au sein de cette équipe, a déclaré O’Shea. Je suis sûr que, comme vous le verrez, notre exécution sera bien meilleure jeudi. »

Le demi de mêlée Callum Braley, d’origine anglaise, sera aux côtés d’Allan pour la 13e fois avec l’équipe italienne depuis la Coupe du monde 2015.

Le troisième ligne centre Sergio Parisse, l’un des trois joueurs à avoir disputé cinq Coupes du monde, a été retranché même s’il souhaitait disputer son 142e match et se hisser au deuxième rang de l’histoire derrière le Néo-Zélandais Richie McCaw.

Le deuxième ligne Dean Budd, d’origine néo-zélandaise, mènera donc l’équipe en l’absence de Parisse.

« Agir comme capitaine de mon pays à la Coupe du monde est le plus beau moment de ma carrière, a confié Budd, qui s’est rasé la barbe à cause de l’importante humidité au Japon. J’espère ne pas être comme Samson dans la Bible. J’espère ne pas avoir perdu ma force, a-t-il dit sur le ton de l’humour. Il fait chaud. Il n’y a pas d’autre raison. »

Budd prédit que les attaquants italiens auront fort à faire contre un groupe canadien fier.

« Ils sont très physiques. Les premières mêlées, les premiers contacts et les mêlées spontanées seront intéressants, a poursuivi Budd. Nous savons que nous devons leur tenir tête sinon la journée au bureau sera longue. »

O’Shea identifie les ailiers canadiens Jeff Hassler et DTH van der Merwe – qui compte six essais en carrière dans la Coupe du monde – comme les joueurs les plus menaçants.

Le Canada sera toutefois privé de l’attaquant Evan Olmstead et de l’ailier Taylor Paris pour ce match contre l’Italie. Les deux joueurs sont éclopés.

Le Canada, classé au 22e rang mondial, possède un palmarès de 2-7-0 contre l’Italie, no 14. Mais les joueurs canadiens lui ont offert une belle résistance au tournoi de 2015, s’inclinant 23-18 à Leeds, en Angleterre.

Les joueurs canadiens attendent depuis longtemps leur premier match à la Coupe du monde, planifié six jours après le début du tournoi.

« Nous nous retrouvons dans un groupe relevé, mais nous avons travaillé fort pour ceci et ce premier match représente beaucoup pour nous », a révélé l’entraîneur canadien Kingsley Jones dans un communiqué.