Tiger Woods et Peyton Manning ont remporté la victoire par un trou face à Phil Mickelson et Tom Brady, à l’occasion de l'affrontement «Champions for Charity».
Tiger Woods et Peyton Manning ont remporté la victoire par un trou face à Phil Mickelson et Tom Brady, à l’occasion de l'affrontement «Champions for Charity».

Champions for Charity: un succès de 20 millions $ pour lutter contre la COVID-19

Tom Brady a réussi le coup du match, faisant oublier le reste de ses frappes.

Tiger Woods n’a pas raté d’allée, en route vers une certaine revanche aux dépens de Phil Mickelson.

La PGA doit reprendre dans un peu plus de deux semaines, et la commande sera lourde : l’événement présenté dimanche était aussi divertissant que le circuit régulier.

Un long roulé de Woods est passé assez près pour que son partenaire, Peyton Manning, n’ait pas à faire de putt.

Cela leur a assuré une victoire par un trou face à Mickelson et Brady, à l’occasion de cet affrontement «Champions for Charity».

L’objectif était de collecter 10 M $ pour lutter contre la crise de la COVID-19. Les dons en ligne ont fait grimper la somme à environ le double de ce montant.

Cet événement conçu pour la télévision aurait valu d’être offert à la télé payante - formule retenue quand Woods et Mickelson ont croisé le fer pour 9 M $ en 2018 à Las Vegas, où Mickelson a gagné. Une confrontation qui a paru forcée, manquant d’humour et qui a été gratuite finalement, à cause de problèmes techniques.

Ajoutez deux grands noms de la NFL, et le Medalist Golf Club regroupait alors quatre des plus grandes vedettes du sport, dimanche.

Justin Thomas comme reporter

Agissant comme reporter sur le terrain, Justin Thomas a apporté un mélange d’humour et de perspicacité.

Woods et Manning ont pris les devants au troisième trou et n’ont jamais accusé de retard, construisant une avance de trois trous en formule meilleure balle sur le premier neuf, où Manning a obtenu deux oiselets.

Brady, dont les six titres du Super Bowl sont un record pour un quart, a été malmené sur les médias sociaux et dans l’espace des diffuseurs, par Charles Barkley. Deux fois, ce dernier a offert de verser 50 000 $ aux bonnes oeuvres si Brady parvenait à loger sa balle sur le vert, sur un par 3. Brady a sérieusement raté à droite, comparable à une passe qu’on enverrait dans la troisième rangée des estrades.

Un coup a réduit tout le monde au silence, par contre.

Au septième trou, un par-5, Brady a dû absorber un coup de pénalité avant de regagner le fairway. Mais son quatrième coup a atterri un peu au-delà du fanion, avant un effet rétro jusqu’à la coupe.

«Tais-toi, “Chuck”», a lancé Brady.

Woods pensait avoir gagné le trou avec un roulé de 25 pieds, qui aurait valu un aigle. La balle a toutefois caressé le trou seulement. Ils ont fini par diviser les honneurs du trou.

Putter «Tombeur du Tigre»

Mickelson a sorti son putter «Tombeur du Tigre» qu’il a utilisé pour un 64 à Pebble Beach en 2012, la dernière fois qu’ils étaient dans le dernier groupe à la PGA. Woods a joué 75 ce jour-là. Cela n’a pas tant aidé Lefty, mais un roulé de 15 pieds a permis à son duo de rester à un seul trou d’écart, avec deux à jouer.

Au deuxième neuf, tous les joueurs y allaient de coups de départ, avant l’alternance. Il était essentiel pour les quarts de rester dans l’allée, et Brady s’en est acquitté jusqu’au 18e.

Woods jouait pour la première fois depuis le 16 février lorsqu’il a terminé dernier au Riviera, à Los Angeles. Il n’a pas joué lors des quatre semaines d’après, ennuyé au dos, puis la pandémie a mis en pause le golf et le sport en général.

«Être dans l’univers de ces gars-là, c’était vraiment spécial, a dit Manning. J’étais nerveux durant toute la journée. Mais en sachant que 20 M $ ont été amassés pour aider les gens à traverser des moments difficiles, ce fut un honneur d’être invité. C’est quelque chose dont je me souviendrai toujours.»