L'espoir local du ski cross, Zachary Reynolds, devait participer aux championnats du monde juniors dès jeudi. 

Championnats du monde juniors: le rendez-vous raté de Zachary Reynolds

Zachary Reynolds devait se trouver en France, jeudi. Il devait prendre son premier départ en carrière aux championnats du monde juniors de ski cross, au sein de l’équipe canadienne, à Saint-Lary.

La progression fulgurante de la COVID-19 a tout changé. L’athlète natif de l’Outaouais passe plutôt sa semaine à Calgary, en Alberta, où il habite depuis deux hivers.

« Aujourd’hui, j’aurais eu une séance d’entraînement. Les qualifications étaient prévues pour demain. Les courses se seraient déroulées vendredi et samedi, explique Reynolds. Là, je nettoie ma maison. J’essaie de m’entraîner, chez moi, comme je peux. Je fais quelques exercices pour les muscles abdominaux. Le gym est fermé. Les montagnes aussi. »

Ça devait être sa rentrée sur la scène internationale. Un point d’exclamation à sa propre progression fulgurante, lui dont les débuts en ski cross remontent à 2017.

« C’était très difficile à accepter quand nous avons reçu la nouvelle que les championnats étaient annulés. J’avais hâte de représenter enfin le Canada. J’ai beaucoup pensé à ça dans les premiers jours. Mais je suis maintenant en paix avec ça », lance le jeune homme qui a fêté ses 21 ans en février.

« Je comprends pourquoi il a fallu que ce soit annulé. C’était mieux de ne pas y aller, qu’on ne tombe pas malade. Tu ne veux pas risquer ta santé. »

La compétition de ce jeudi en ski cross, à Saint-Lary, devait être la rentrée sur la scène internationale de Reynolds, lui dont les débuts en ski cross remontent à 2017.

Reynolds, qui a grandi à Chelsea, se console.

« J’ai quand même connu une bonne saison. J’ai obtenu plusieurs résultats dont je suis fier et qui m’ont permis de me qualifier pour les championnats du monde juniors », souligne-t-il.

Il y a notamment cette cinquième place obtenue en janvier dans une étape du circuit Nor-Am, à Nakiska, en Alberta.

« Sur le même parcours qui venait de servir à une course de la Coupe du monde. Trois des quatre gars qui ont terminé devant moi skient sur le circuit de la Coupe du monde. J’étais vraiment heureux de cette performance. Et j’avais surtout eu beaucoup de plaisir. »

L’ancien étudiant-athlète de l’école secondaire de l’Île était jadis un skieur alpin. Il portait les couleurs de l’équipe élite National Capital Outaouais (NCO).

Son passage au ski cross a eu lieu, il y a trois ans. Ses trois premières saisons dans sa nouvelle discipline se sont déroulées au sein de l’équipe provinciale Alberta Ski Cross.

Il s’agissait de sa dernière année d’admissibilité dans les rangs juniors. Ce qui explique sa déception de rater les championnats du monde.

Dès l’automne prochain, ce sera le passage chez les seniors. Une catégorie dans laquelle le Canada regorge de vedettes. Le pays compte notamment sur Brady Leman, champion olympique en titre.

Zachary Reynolds sait qu’il devra être patient pour se faire un nom. « En plus d’être un petit nouveau, je suis aussi très jeune », note-t-il.

« Tu connais habituellement tes meilleures années entre 25 et 32 ans. C’est une longue route. Ça ne me dérange pas. »

Le jeune homme doit commencer par améliorer ses performances lors des qualifications. Ça, et ajouter du poids sur sa charpente.

Pas en mangeant toutefois des croustilles ou autres malbouffes dans les prochaines semaines sur son divan.

« Environ 10 livres de muscles », précise-t-il.

« Je suis un des plus légers sur le circuit en ce moment. Des fois, ça me désavantage lorsque la piste est un peu plus plate », ajoute Reynolds, qui fait osciller la balance en ce moment à 160 livres.

Côté objectif sur neige en 2020-2021, un lui vient en tête rapidement.

« J’aimerais bien participer à des courses en Coupe d’Europe. »