Le directeur exécutif du CIO pour les Jeux olympiques, Christophe Dubi, était à Calgary pour rencontrer les leaders économiques, mercredi.

Candidature de Calgary pour les JO: le CIO reste sur ses positions

CALGARY — Le Comité international olympique ne contribuera pas plus que les 1,2 milliard $ déjà engagés à Calgary si cette ville remporte la candidature aux Jeux d’hiver de 2026.

La première ministre albertaine, Rachel Notley, avait laissé entendre, plus tôt cette semaine, que si le CIO voulait que Calgary soit en lice pour les Jeux de 2026, il pourrait fournir de l’argent en cas de déficit financier.

Le directeur exécutif du CIO pour les Jeux olympiques a souligné mercredi que les 1,2 milliard $ de dollars en espèces et en services dépassent les 700 M $ que la province est prête à dépenser pour que Calgary soit l’hôte des Jeux.

«Le CIO a engagé 925 M$, ce qui équivaut à 1,2 milliard $ au taux actuel, a déclaré Christophe Dubi. C’est substantiel, en rapport aux autorités locales et à leur engagement à ce point-ci.»

Dubi était à Calgary pour rencontrer des leaders économiques, avant le plébiscite du 13 novembre.

Les Calgariens seront invités à voter pour savoir s’ils veulent les Jeux une deuxième fois, après 1988.

Le résultat du plébiscite n’est pas contraignant pour le conseil municipal, qui pourrait à tout moment mettre fin au projet de candidature.

Le CIO a invité Calgary, Stockholm et Milan-Cortina d’Ampezzo à être candidates pour 2026. Le CIO acceptera les candidatures en janvier puis l’élection de la ville hôte se fera en juin, l’an prochain.

Selon les estimations de la société de candidature de Calgary 2026, sur les 5,2 milliards $, l’organisation des jeux coûterait à la ville, à la province et au gouvernement canadien, un investissement public combiné de trois milliards $ a été demandé.

Les Jeux d’hiver de 2010 à Vancouver et Whistler ont coûté environ 4 milliards $, mais les dépenses pour une ligne de chemin de fer vers l’aéroport et un centre de congrès ont porté le total à 7,7 milliards $.

La province a annoncé sa contribution, mais la ville ne déclarera pas sa part tant que le gouvernement canadien n’aura pas communiqué son chiffre.

Un plébiscite en Suisse a étouffé une candidature potentielle de la région de Sion.

«Nous ne devrions pas nous inquiéter des référendums. La démocratie est quelque chose de sain, a déclaré Dubi. Les résultats sont extrêmement importants. Nous voulons un résultat positif.»

Les sites de 1988, encore utilisés pour la compétition et l’entraînement aux niveaux national et international, constituent le fondement d’une deuxième candidature potentielle. Calgary 2026 affirme que les remettre à niveau coûterait 502 M $.

Dubi a déclaré que les deux idées fausses les plus répandues à Calgary sont les dépassements de coûts et le risque.

«Vous avez tout ici, estime Dubi. L’expertise, l’expérience et les installations. Et l’équipe de candidature a fait du travail extrêmement détaillé.»