Marc-Étienne Bussières a terminé son parcours à l’Omnium canadien avec trois oiselets, mais ce n’était pas assez pour assurer sa place.

Bussières écope à l’Omnium canadien RBC

Marc-Étienne Bussières a réussi trois oiselets lors des quatre derniers trous, mais ce ne fut pas suffisant pour éviter le couperet, vendredi, à l’Omnium canadien RBC.

Le golfeur originaire de Gatineau a ramené une carte de 71, un coup au-dessus de la normale du Hamilton Golf and Country Club, pour un cumulatif de +5 après deux rondes. Il a terminé au 141e rang avec trois autres joueurs.

Les Américains Scott Brown et Matt Kuchar occupent la tête, 12 coups sous la normale. Leur compatriote Brand Snedeker se trouve à un coup d’eux après avoir égalé le record de la meilleure ronde de l’histoire du tournoi avec un pointage de 60.

« J’ai un goût amer. Je ne cacherai pas que je suis déçu, que je voulais faire la cut à ma deuxième expérience ici », a soutenu Bussières, qui en était à sa seconde sortie en carrière sur le circuit de la PGA.

Ce dernier avait été éliminé après la deuxième ronde l’an dernier à Glen Abbey.

Plusieurs gros noms ont aussi dû plier bagage, vendredi, après la deuxième tournée de l’Omnium canadien doté d’une bourse de 7,6 millions $ US. Sergio Garcia, Luke Donald, Padraig Harrington et Mike Weir font partie des éclopés.

Ça ne consolait pas plus Bussières.

« La différence, eux autres par rapport à moi, c’est qu’ils pourront jouer 20 autres tournois de la PGA cette année. Quand tu en as juste un... »

Le droitier âgé de 32 ans s’était qualifié en vue de l’Omnium en ayant terminé au sommet du classement de l’Ordre du mérite de la PGA du Canada en 2018.

Bussières avait connu jeudi une première ronde « vraiment difficile ». Il a souvent eu besoin de trois coups roulés pour compléter des trous.

« Les roulés ne tombaient pas. J’étais toujours en train de travailler en récupération », a-t-il analysé.

« Aujourd’hui, ma ronde a bien commencé, mais le triple boguey m’a fait très mal au septième trou. »

Son coup de départ s’est retrouvé dans l’herbe longue. « J’en avais jusqu’à la hauteur des genoux », a précisé Bussières.

« Je le savais qu’il ne fallait pas aller là (...) J’ai pris un pitching wedge pour m’en sortir, mais ma balle n’a fait qu’une verge. Ça m’a même pris une minute après pour la retrouver. J’ai dû ensuite la déclarer injouable. »

Ses trois oiselets en fin de ronde lui auront permis de conclure le tournoi sur une note encourageante.

« Tu te dis que c’est faisable, que certains éléments de ton jeu sont là, que ce n’est pas si inatteignable. En même temps, tu as pu voir des rondes de 60 et 61. Il n’y avait pas beaucoup de vent. »

Marc-Étiennes Bussières reprendra samedi la route de Sherbrooke où il est professionnel à l’Académie Longchamp. Il ramènera avec lui des quelques fanions de l’Omnium.

« Je les ai laissés dans le vestiaire. Les autres gars les ont signés. Ça va faire de beaux souvenirs à ramener avec moi. »

Ce dernier compte bien se reprendre l’an prochain lorsque l’Omnium canadien se déroulera au club St-Geroges de Toronto.

Quant à l’édition actuelle, elle se poursuivra samedi et dimanche avec notamment 22 golfeurs qui se trouvent à cinq coups ou moins des co-meneurs Brown et Kuchar. On retrouve notamment dans ce peloton les Canadiens Nick Taylor (-11), Adam Hadwin (-9), Mackenzie Hughes (-8) et Ben Silverman (-8).