Ivanie Blondin a participé au 1 500 mètres en finale de la Coupe du monde de patinage de vitesse à Heerenveen, aux Pays-Bas.

Blondin fatiguée mais encore championne

La meilleure saison de sa carrière venait de prendre fin avec un titre de championne de la Coupe du monde au départ groupé, mais Ivanie Blondin n’avait pas le goût de célébrer, dimanche soir, à Heerenveen, aux Pays-Bas.

La patineuse de vitesse d’Ottawa voulait juste déposer la tête contre l’oreiller et dormir. « Je suis tellement fatiguée. La saison a été bonne, mais longue », a-t-elle raconté par une autre journée fort chargée.

Blondin avait participé à trois courses, terminant neuvième au 1 500 m. Puis elle a pris le cinquième rang au départ groupé, ce qui lui a assuré la première position au classement général du circuit de la Coupe du monde.

L’athlète âgée de 29 ans a terminé la journée en participant au relais mixte avec Antoine Gélinas-Beaulieu. La paire a abouti en troisième place.

« Nous aurions pu gagner ça, mais j’ai manqué le deuxième échange avec Antoine. Mon corps a fait kapout! J’ai manqué d’énergie. La veille, je n’étais plus capable de manger et je ne me sentais pas bien. »

Ça n’avait pas empêché la multiple médaillée de terminer troisième samedi au classement général de la Coupe du monde au 3000 m. Sa compatriote d’Ottawa, Isabelle Weidemann, a abouti au deuxième rang.

De « grosses vacances » attendent maintenant Ivanie Blondin. Elle a été couronnée championne du monde le mois dernier au départ groupé. À cela s’est ajouté un titre de vice-championne du monde toutes distances.

C’est sans compter ses nombreuses visites sur le podium en Coupe du monde et des records.

Ce dont elle s’avère le plus fière ?

« J’ai prouvé avec cinq médailles d’or de suite sur différentes distances que je peux avoir du succès dans diverses épreuves », a-t-elle dit de cette séquence incroyable survenue avant la période des Fêtes.

« C’est bon pour la confiance. Je n’ai pas encore réalisé mon plein potentiel. Je pense que le meilleur est à venir. »

De quoi faire peur à ses adversaires. De quoi aussi faire sourire Patinage de vitesse Canada à mi-chemin du cycle olympique.

Blondin sera à son sommet en 2020 lors des prochains Jeux d’hiver à Pékin, en Chine.

Pour l’instant, elle n’a toutefois que ses « grosses vacances » en tête. Son copain, le patineur hongrois Konrad Nagy, et elle se taperont en camion la route entre Calgary et Ottawa dans deux semaines. La patineuse visitera ses parents dans son patelin.