Marc-André Barriault jouera son avenir au sein de l’UFC lors de son prochain combat, son quatrième et dernier selon l’actuel contrat qui le lit à puissante organisation d’arts martiaux mixtes.

Barriault jouera son avenir dans la UFC

Marc-André Barriault retournera dans l’octogone de l’UFC dans trois mois et demi en Saskatchewan. Un combat qui décidera de son avenir au sein de la puissante organisation d’arts martiaux mixtes.

L’athlète originaire de Gatineau affrontera le Polonais Oskar Piechota (11-3-1) dans un choc chez les poids moyens qui sera présenté en sous-carte d’un gala, le 20 juin, à Saskatoon. Ce sera la quatrième et dernière sortie inscrite dans l’actuel contrat le liant à l’UFC.

Barriault (11-4) a encaissé la défaite à ses trois premières sorties, dont le 21 décembre en Corée du Sud contre Jun Yong « The Iron Turle » Park.

« Ça fait une dizaine de jours qu’on m’a offert le combat, a-t-il relaté au Droit. Je prenais le temps de regarder ça avant d’accepter. Il (Piechota) est dans la même situation que moi. Il a perdu ses trois derniers combats. J’étais dans une situation que je ne peux pas me permettre de refuser. Aussi, c’était dans les délais dans lesquels je voulais revenir. Ça va faire six mois que je me suis battu. C’est correct. »

À quel genre d’affrontement le pugiliste âgé de 30 ans prévoit-il dans les Prairies ?

« Je m’attends à un combat chaudement disputé. On ne peut pas juste se permettre de gagner, mais de bien gagner... On se bat pour notre emploi », a rappelé Barriault.

Ce dernier a répété qu’il va se « battre avec la rage de vaincre ». Qu’il a commencé à « se recentrer un peu plus sur ses instincts ».

« Quand j’ai fait mon entrée dans l’UFC, on a essayé de faire un Marc-André 2.0. On a essayé d’apporter une nouvelle saveur, mon équipe et moi. On a fait des essais. On a mis de côté l’animal que j‘étais. Je n’étais jamais le plus talentueux, mais j’avais cette magie. Je suis en train de me la réapproprier. »

Les services d’un psychologue sportif ont été retenus. Ça lui a permis de se faire une « carapace », lui qui a été la cible de commentaires haineux sur les réseaux sociaux à la suite de son dernier revers.

« On travaille pour que je sois un peu égoïste, sans que ce soit mal placé. Je dois me battre pour moi... me battre pour gagner et non me battre pour ne pas perdre. Je ne peux pas changer ce qui s’est passé, mais je peux juste améliorer ce qui s’en vient. »

Marc-André Barriault a aussi pris la décision de s’entraîner dorénavant à Montréal en vue de ce prochain combat. Plus précisément au Tristar où plusieurs gros noms mettent les pieds dans la cage. Il a déjà déniché un logement pour cinq semaines dans la métropole.

« Je ne change pas d’équipe, a-t-il pris le soin de préciser.

«Je ne change pas la recette, juste les ingrédients. Je vais continuer à voir mon équipe. Mais j’ai besoin de me tremper avec les grosses pointures.»

Il s’agira du 32e événement de l’UFC au Canada depuis 2008. L’identité des deux vedettes de la finale du gala prévu au SaskTel Centre de Saskatoon n’a pas encore été dévoilée.