Bacary Sagna affirme que la pression est du côté de ses adversaires à la veille du match contre le Toronto FC.

Bacary Sagna tient à mettre la main sur la «belle» coupe des Voyageurs

MONTRÉAL — Si jamais l’Impact de Montréal parvient à dominer le Toronto FC au total de buts en finale du Championnat canadien, Bacary Sagna aura peut-être envie d’embrasser la coupe des Voyageurs mercredi soir. Pour des raisons de prestige mais aussi esthétiques.

À quelque 48 heures du match ultime, Sagna a clairement démontré tout son désir pour un honneur qui, aux yeux de certains observateurs plus ou moins lointains, pourrait paraître secondaire si on le compare aux séries éliminatoires de la MLS.

Il a même admis ressentir un sentiment d’excitation face à cette finale qui pourrait venir mettre un baume sur une saison difficile pour l’Impact.

«Moi, je rêve de cette coupe, a-t-il affirmé lundi après-midi. En plus, elle est belle. Donc, oui, j’ai envie de la gagner. [...] Une coupe, c’est une coupe. Et ça nous donne la possibilité, par la suite, de jouer dans la Ligue des Champions. Donc, c’est un match très sérieux, un match capital pour nous, très important pour le club. Et ça reste un derby, il ne faut pas l’oublier. Ce serait beau de prendre la coupe chez eux.»

L’Impact se présentera au BMO Field avec une avance de 1-0 grâce à Ignacio Piatti, seul joueur à avoir touché la cible mercredi dernier au stade Saputo. L’objectif de la formation montréalaise sera de marquer un autre but, ce qui forcerait le Toronto FC à en inscrire trois pour gagner le duel.

«Nous avons un plan contre Toronto FC. Bien sûr que ce sera difficile. C’est une finale, c’est une très bonne équipe, talentueuse, qui jouera à domicile. Mais nous avons une bonne stratégie, et nous espérons mettre ce plan à exécution pour mériter le titre, parce que c’est notre objectif», a noté l’entraîneur-chef Wilmer Cabrera lors de sa rencontre avec les journalistes lundi après-midi.

Reste à voir si la troupe montréalaise cherchera à attaquer ses rivaux et marquer ce précieux but à l’étranger en forçant le jeu, ou si elle sera plutôt portée à jouer avec prudence et attendre les ouvertures. Car un match nul de 0-0 suffirait également à l’Impact pour soulever la coupe des Voyageurs.

«En toute honnêteté, je ne suis pas du genre à attendre les ouvertures car ce n’est pas ma personnalité, a fait remarquer Cabrera. Dans ce sport, la chose la plus importante est d’inscrire un but de plus que l’adversaire. Pour y arriver, il faut trouver une manière d’attaquer.»

Le défenseur latéral Daniel Lovitz est davantage préoccupé par le respect du plan de match des entraîneurs.

«Évidemment, c’est très important de marquer. À quel moment? Idéalement, vous voulez marquer pendant les dix premières secondes. Puis les dix suivantes. Il existe différentes façons de gérer ces séries aller-retour, et c’est un aspect qui surpasse ce dont je dois m’inquiéter. On me dit quoi faire et mon travail est d’aller sur le terrain et de mettre la stratégie en pratique.»

Sagna a livré des propos qui rejoignaient ceux de son coéquipier.

«Il faut jouer comme si c’était un match normal. Ce qu’on a fait au match aller, c’est passé. On ne peut pas le surbonifier, ou même le changer. C’est sûr qu’au match aller, on aurait pu se mettre en position plus favorable. On ne l’a pas fait. On n’a pas concédé de buts, ce qui est une bonne chose. Il ne faut pas commencer à calculer si on prend un but, ni se mettre de la pression. Je pense que la pression est plus de leur côté. Il faut qu’on joue, tout simplement.»

La stratégie de Cabrera, par ailleurs, dépendra sûrement un peu de son 11 partant, qui n’inclura pas Saphir Taïder. Alors qu’il restait environ cinq minutes à la deuxième demie mercredi dernier, l’Algérien a écopé un carton jaune pour avoir protesté avec un peu trop de véhémence. Puisqu’il avait reçu un carton jaune pour des raisons semblables lors du match retour contre le York9 FC, le 24 juillet au stade Saputo, Taïder s’est vu imposer une suspension d’une partie.

Or, il semble que Taïder ignorait qu’il allait être suspendu pour accumulation de deux cartons jaunes dans le cadre du Championnat canadien. C’est du moins ce que croit Cabrera. Ce qui ne veut pas dire que l’entraîneur-chef de l’Impact acceptait mieux l’incident.

«Il doit apprendre à se calmer car il s’agit d’un bête carton jaune, a déclaré Cabrera lundi. C’est bête pour n’importe quel joueur professionnel. Vous ne pouvez pas prendre un carton jaune comme celui-là parce qu’il faut se contrôler. J’aurais compris s’il avait eu un carton jaune pour avoir accroché un adversaire. Mais pas celui-là.»