Au deuxième tour, Félix Auger-Aliassime, 33e joueur mondial croisera le fer avec l'Allemand Alexander Zverev, classé 3e tête de série. Ce sera le premier duel entre les deux joueurs.

Auger-Aliassime passe au deuxième tour au Masters de Monte-Carlo

MONACO — Le Québécois Félix Auger-Aliassime a accédé au deuxième tour du Masters de tennis de Monte-Carlo grâce à une victoire de 7-5, 7-6 (5) contre l'Argentin Juan Ignacio Londero mardi.

En déficit 2-4 au bris d'égalité après avoir concédé quatre points consécutifs à son rival, Auger-Aliassime a réagi en gagnant cinq des six points suivants, dont un crucial mini bris alors que le score était de 5-5. Sur le point suivant, il a mis fin au duel, à sa quatrième balle de match de l'affrontement.

«C'était mon premier match depuis Miami; je ne savais pas trop à quoi m'attendre, a évoqué le Québécois. Je me suis bien senti dès le début. Je servais assez bien. Mais il s'est accroché jusqu'à la fin. Il a bien joué au bon moment. Pour moi, il fallait juste continuer à me créer des occasions. J'ai quand même su conclure, c'est ça l'important!»

Au deuxième tour, Auger-Aliassime, 33e joueur mondial et détenteur d'un laissez-passer des organisateurs, croisera le fer avec l'Allemand Alexander Zverev, classé 3e tête de série. Ce sera le premier duel entre les deux joueurs.

«C'est lui qui domine la prochaine génération, a déclaré Auger-Aliassime, en référence à Zverev. Il est déjà installé depuis quelques années. Il a des titres et de l'expérience. Pouvoir l'affronter et me mesurer à lui est une belle opportunité. Je vais croire en mes moyens et essayer de m'imposer. Je vais voir ce que je pourrai ajuster contre lui, mais je vais surtout essayer d'imposer mes schémas à moi.»

Au cours du match qui a duré 1h59 minutes, Auger-Aliassime a obtenu cinq as, mais commis autant de doubles fautes. Il a par ailleurs remporté 88 % des points après avoir logé sa première balle de service en jeu.

À sa première sortie depuis sa défaite contre John Isner en demi-finale de l'Omnium de Miami, Auger-Aliassime a connu une séquence de 11 points consécutifs en milieu de premier set, ce qui l'a aidé à se bâtir une avance de 4-1.

Il a été victime de deux bris en quatre opportunités accordées, dont un alors qu'il menait 5-3 lors de la manche initiale. Le Québécois a cependant récupéré ce bris lors du 12e jeu du premier set.

Le Québécois a été victime d'un autre bris dans des circonstances identiques au deuxième set, un jeu lors duquel il a laissé filer deux balles de match.

Travailler la technique

Depuis le début de 2019, Auger-Aliassime présente un dossier de 8-4 sur la terre battue, une surface sur laquelle il a joué plus de matchs l'an dernier lors de tournois de moindre importance. Il a même choisi de jouer sur cette surface au lieu de tenter sa chance lors des qualifications pour les Internationaux de Wimbledon.

L'idée était de travailler sur des aspects techniques du jeu, afin de développer une meilleure technique, a expliqué l'entraîneur Frédéric Fontang.

«Sur la terre battue, vous devez apprendre à batailler pour le point. Mentalement, vous devez être fort parce que les échanges sont plus longs.»

La décision a rapporté des dividendes, alors que le Québécois a pris part à une première finale de l'ATP, à l'Omnium de Rio, en février. Il se prépare maintenant pour les Internationaux de France, le seul des quatre tournois majeurs présentés sur la terre battue.

«Ç'a été un bon test de jouer dans ces tournois Challengers sur terre battue en Europe, soutient l'ancien joueur Brad Gilbert, maintenant analyste au réseau ESPN. Et de le voir connaître du succès et devenir meilleur est un très bon signe.

Gilbert prend tout de même la peine d'ajouter qu'il y a encore du travail à faire pour Auger-Aliassime, entre autres en ce qui a trait à son service.

+

DÉBUTS DIFFICILES POUR DJOKO ET LES TÊTES D'AFFICHE

Face à l’Allemand Philipp Kohlschreiber (40e), Novak Djokovic s’est fait une grosse frayeur, mardi.

Certains ont gagné avec difficulté, à commencer par le numéro un mondial Novak Djokovic, d’autres ont carrément été éliminés : les têtes d’affiche du Masters 1000 de Monte-Carlo en lice mardi ont connu un début de saison sur terre battue compliqué.

Face à l’Allemand Philipp Kohlschreiber (40e), Djokovic s’est fait une grosse frayeur. Il lui aura fallu cinq balles de match et plus de deux heures et demie pour écarter son adversaire 6-3, 4-6, 6-4 et se qualifier pour les 8es de finale.

«Le positif aujourd’hui, c’est que j’ai dû me battre», a commenté le Serbe, qui a reconnu ne pas avoir joué, et de loin, son meilleur tennis. «Je ne suis pas un très grand serveur, mais perdre mon service quatre fois d’affilée [dans la deuxième manche, NDLR], ça ne m’est quand même pas arrivé souvent...», a-t-il souligné.

Au prochain tour, Djokovic affrontera le vainqueur du match entre Diego Schwartzman (24e) et Taylor Fritz (65e).

Maladie génétique

Ce dernier a bénéficié de l’abandon mardi du Français Jo-Wilfried Tsonga, affaibli par les symptômes d’une maladie génétique provoqués par son voyage en avion depuis Marrakech où il a joué les demi-finales.

Mené 6-4, 2-0 en moins d’une heure de jeu, le Français a jeté l’éponge, victime de la drépanocytose. Cette maladie génétique affecte l’hémoglobine et provoque crises de douleurs, anémies et des risques accrus d’infections.

Le Croate Marin Cilic et le Russe Karen Khachanov, eux, ont subi des déconvenues raquette à la main, à la régulière. Cilic (11e) a été le premier éliminé de marque du tournoi, battu dès son entrée en lice au deuxième tour par l’Argentin Guido Pella (35e) 6-3, 5-7, 6-1 en 2h16.

«J’étais un peu nerveux au début, car c’est la première fois que je jouais sur ce court, c’est un rêve!» a commenté Pella, qui affrontera Stan Wawrinka (36e) ou Marco Cecchinato (16e) en 8es de finale.

Khachanov (12e), lui, a cédé sous les coups de l’Italien Lorenzo Sonego (96e) 7-6 (7/4), 6-4. En 8es, Sonego sera opposé au Hongrois Marton Fucsovics (37e) ou au Britannique Cameron Norrie (56e).

Le public pourra savourer mercredi l’entrée en lice du roi de la terre Rafael Nadal, qui vise un 12e titre en principauté. L’Espagnol devra d’abord se débarrasser de son très coriace compatriote Roberto Bautista Agut (22e).  AFP