Bianca Andreescu est la première Canadienne à atteindre les demi-finales de Flushing Meadows depuis Carling Bassett-Seguso, il y a déjà 35 ans.

Andreescu dans le carré d'as à Flushing Meadows

La Canadienne Bianca Andreescu a prolongé sa saison de rêve en accédant aux demi-finales du simple féminin des Internationaux de tennis des États-Unis, mercredi soir.

Andreescu a surmonté un premier set difficile pour éliminer la Belge Elise Mertens, 25e tête de série, en trois manches de 3-6, 6-2, 6-3. Andreescu a eu besoin de 2 heures 2 minutes, par une soirée très humide à l’intérieur du stade Arthur-Ashe, pour réaliser le tour de force.

Elle est la première athlète issue du Canada à atteindre les demi-finales des Internationaux des États-Unis depuis Carling Bassett, chez les dames, en 1984.

Andreescu semblait incrédule en regardant vers ses partisans après son triomphe. Ensuite, elle s’est assise, s’est penchée dans sa chaise, a hoché la tête et a souri.

«J’ai dit : “Est-ce la vraie vie?” Deux fois. Je ne pouvais pas y croire à ce moment, a déclaré Andreescu. Mais quand je me suis assise, je ne pouvais pas arrêter de sourire - tout comme je n’en suis pas capable en ce moment.»

«Je pense que n’importe qui serait étonné d’être en demi-finale d’un tournoi du Grand Chelem, parce que chacun d’entre nous rêve à ce moment à partir du jour où nous tenons dans nos mains une raquette, a ajouté Andreescu. Je crois sincèrement que je me suis battue avec acharnement pour arriver à ce stade, et je pense que je mérite d’être ici et je souhaite pouvoir aller jusqu’au bout.»

Sylvain Bruneau, son entraîneur, a fait remarquer que Andreescu est à une étape de sa carrière où beaucoup d’événements sont des «premières».

«Vous pouvez être habitué de gagner. Mais ensuite, le match suivant arrive, et vous devez recommencer à zéro, a expliqué Bruneau. Bien sûr, elle a confiance. Mais elle est toujours à un moment de sa carrière où, lorsqu’elle gagne un match comme celui-ci, c’est une première pour elle. Il y a encore cet élément de surprise.»

Dominante

La Canadienne de 19 ans, 15e tête de série, a été dominante lors du set décisif. À son service, elle n’a concédé que six points, et a continuellement mis de la pression sur celui de Mertens au point de se créer sept chances de bris.

Elle en a converti une seule, la septième lors du huitième jeu, lorsqu’elle a forcé sa rivale à retourner la balle dans le filet à la suite d’un solide revers en parallèle.

Forte de ce bris, Andreescu a concrétisé la victoire dès le jeu suivant, à l’aide d’un autre revers en parallèle, à sa première balle de match.

Du coup, elle signait une 12e victoire d’affilée lors de matchs nécessitant trois manches.

Jeudi soir, Andreescu participera à sa première demi-finale à un tournoi du Grand Chelem contre la Suisse Belinda Bencic, pour qui ce sera aussi une première présence au carré d’as d’un tournoi majeur.

Bencic, 13e tête de série, est venue à bout de la Croate Donna Vekic en deux manches de 7-6 (5), 6-3, en après-midi.

Erratique

Profitant du jeu erratique de sa jeune adversaire, mais également aidée par plusieurs coups très précis, Mertens s’est sauvée avec la première manche en 38 minutes, non sans avoir dû sauver deux balles de bris lors du jeu initial.

Et lorsque la Belge a eu sa première ouverture au service d’Andreescu, au quatrième jeu, elle l’a exploitée avec brio, en retournant une balle aux pieds de la Canadienne, qui fonçait au filet et qui a été menottée. Mertens est venue près d’ajouter un bris au sixième jeu en se donnant quatre autres balles de bris que, cette fois, Andreescu est parvenue à protéger.

Mertens a mis fin à la première manche en gagnant les quatre points à son service, le dernier à l’aide de son premier as du match.

Limitée à seulement six points au service de Mertens lors du premier set, Andreescu a complètement renversé la vapeur en deuxième manche. La Canadienne est parvenue à se créer sept chances de bris et en a converti trois, incluant celle qui lui a permis de boucler ce deuxième set en 37 minutes grâce à un coup droit gagnant en croisé sur lequel Mertens n’a pu réagir.

Bencic prend le dessus

Plus tôt en journée, Bencic a dicté le rythme du match à compter du milieu du deuxième set, en gagnant huit points consécutifs.

Bencic tirait alors de l’arrière 3-2 au deuxième set, et cette séquence lui a donné l’avance. Vekic n’a jamais pu retrouver son aplomb, et Bencic a gagné les quatre derniers jeux.

«Elle jouait trop bien aujourd’hui, a admis Vekic. J’avais l’impression d’être incapable de coller trois points consécutifs. Je jouais un bon point, puis un mauvais.»

Bencic a donc poursuivi sa belle séquence, après avoir notamment évincé la no 1 mondiale Naomi Osaka au quatrième tour. Elle a aussi amélioré sa meilleure performance en carrière aux Internationaux des États-Unis, cinq ans après avoir participé aux quarts de finale.

«J’aime les défis, a-t-elle confié à propos des matchs importants. Certaines joueuses craignent de se retrouver sur les gros courts, mais personnellement, ça me motive.»

Un peu plus tôt mercredi, l’Ontarienne Gabriela Dabrowski et sa partenaire de jeu chinoise Yifan Xu ont perdu en quarts de finale du double féminin.

La Slovaque Viktoria Kuzmova et la Bélarusse Aliaksandra Sasnovich les ont battues 2-6, 6-3, 6-3.

Dans un match en dents de scie, Dabrowski et Xu, troisièmes têtes de série, ont été victimes de six bris de service et en ont réussi cinq. Les deux duos ont gagné 88 points au cours du match, qui a duré une heure et 51 minutes.  Avec AP