Une course importante s’est greffée à l’horaire estival déjà chargé du triathlonien gatinois Alexis Lepage (gauche).

Alexis Lepage nagera, roulera et courra au Pérou

Une course importante s’est greffée à l’horaire estival déjà chargé du triathlonien gatinois Alexis Lepage.

Le Comité olympique canadien l’a nommé au sein de l’équipe canadienne en vue des Jeux panaméricains qui auront lieu du 26 juillet au 11 août à Lima, au Pérou. Charles Paquet, Taylor Forbes, Karol Ann Roy, Hannah Henry et Desirae Ridenour l’accompagneront lors de ce voyage.

« Ça fait un petit bout que je savais que j’étais qualifié pour cet événement. Mais j’étais incertain si j’allais y participer ou non, a expliqué Lepage.

«Ça se déroule peu de temps avant l’épreuve test des Jeux olympiques à Tokyo, qui sert de qualification. J’en ai parlé avec mon entraîneur. Il croit que ce sera une bonne préparation.»

Les Jeux panaméricains seront une de ses sept courses majeures entre le 9 juin et le 16 août.

Lepage, 25 ans, participera à une étape de la Coupe du monde au Mexique dans deux semaines. Puis le week-end suivant, ce sera une épreuve de relais à Nottingham, en Angleterre.

À la fin juin, on le verra au départ d’une course des Séries mondiales à Montréal. En juillet, il y a des arrêts à Hambourg et Edmonton.

«Ce n’est pas si mal que ça. J’ai des semaines de repos de deux semaines entre certains événements. Puis j’ai déjà fait quatre à cinq week-ends de courses, un après l’autre, par le passé.»

Lepage fera partie des favoris aux Jeux panaméricains. Il a gagné une première médaille en Coupe du monde plus tôt au mois de mai, terminant troisième à Chengdu, en Chine.

C’est sans oublier sa participation aux Jeux du Commonwealth l’an dernier.

Il rêve de compléter la triple couronne en se qualifiant en vue des Jeux olympiques qui auront lieu au Japon en 2020.

«Ça devrait être une autre belle expérience les Jeux panaméricains. J’ai hâte.»

Lepage ne voulait pas se fixer d’objectif pour l’instant. La raison est simple.

«Je ne sais pas qui représentera les autres pays. C’est dur de se créer des attentes.»