Les Alouettes sont la propriété de Robert Wetenhall depuis plus de 20 ans. Il a relancé la concession en 1997, après qu’elle eut été reprise de Michael Gelfand et qu’elle eut déclaré faillite.

Achat des Alouettes: Clifford Starke annoncera son intérêt mardi

TORONTO — L’homme d’affaires montréalais Clifford Starke annoncera officiellement mardi son intention d’acheter les Alouettes de Montréal, détenus par Robert Wetenhall.

Brad Smith, un ex-receveur de la LCF avec les Argonauts de Toronto et les Eskimos d’Edmonton, est conseiller auprès de l’éventuel groupe de propriétaires dirigé par Starke. Il indique que Hampstead Private Capital est «plus qu’intéressée» par les Alouettes.

«Il ne s’agit pas que d’une décision d’affaires, mais une décision de passion, a-t-il dit. Ce gars-là veut l’équipe et la veut pour les bonnes raisons.»

Âgé de 35 ans, Starke a agi à titre de conseiller ou de directeur dans plus de 15 entreprises cotées à la Bourse.

Smith, qui est aussi âgé de 35 ans, et Starke ont grandi ensemble à Montréal au cours des années 2000. Ils assistaient régulièrement aux matchs des Alouettes alors que ceux-ci étaient une des puissances de la LCF. De 2000 à 2010, l’équipe a pris part à huit finales, gagnant trois coupes Grey.

L’ajout de Smith au groupe ne tient pas seulement à l’amitié des deux hommes. Le football a longtemps été la pierre d’assise de la famille, alors que son père, Larry, aujourd’hui un sénateur conservateur, a joué neuf saisons à Mont­réal en plus d’agir deux fois à titre de président de l’équipe.

Après avoir chapeauté la relocalisation du club de Baltimore vers Montréal en 1996 à titre de commissaire de la Ligue canadienne, Larry Smith est devenu le président des Alouettes l’année suivante. Il a occupé le poste jusqu’en 2001. Après un passage à titre de président et éditeur de la Montreal Gazette de 2002 à 2004, il est retourné chez les Alouettes jusqu’en 2010, la dernière fois où l’équipe a gagné la coupe Grey.

«[Starke] a connu beaucoup de succès en peu de temps, a indiqué Brad Smith. Il a choisi de profiter de ces succès pour mettre ses énergies dans une entreprise qui ne sera pas un coup de circuit immédiat. Pour lui, il s’agit de faire quelque chose de bien pas seulement pour Montréal, mais pour lui, en tant que partisan.»

Période creuse

Les Alouettes traversent une période creuse, ayant été exclus des matchs éliminatoires au cours des quatre dernières campagnes, compilant une fiche de 21-51 au cours de cette période.

La semaine dernière, l’ex-porte-couleurs des Alouettes Éric Lapointe a indiqué avoir retiré son offre, en raison des délais trop serrés d’ici le début de la saison. La LCF n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de La Presse canadienne, lundi. Plusieurs rumeurs laissent entendre que la ligue pourrait reprendre l’équipe afin de lui trouver un nouveau propriétaire.

Il appert que Starke mène cette course après le retrait de Lapointe.

Du côté des Alouettes, on se contente de dire qu’on ne commente pas les rumeurs, sans nier que Wetenhall cherche à se départir du club.

«On veut que cette intention soit prise au sérieux. Nous voulons être validés en tant qu’acheteurs, a dit Brad Smith, propriétaire de deux restaurants à Toronto. Nous comprenons que nous ne sommes pas Serge Savard ou Éric Lapointe. Nous croyons toutefois qu’il y a trop de mystères entourant la vente de l’équipe présentement.

«Il s’agit de l’une des franchises les plus importantes de la LCF et elle est en difficultés. Il y a des gens qui veulent aider, pourquoi on ne nous laisse pas aider?»

Robert Wetenhall est propriétaire des Alouettes depuis plus de 20 ans. Il a relancé la concession en 1997, après qu’elle eut été reprise de Michael Gelfand et qu’elle eut déclaré faillite. Wetenhall a aussi épongé les dettes de l’équipe, même s’il n’était pas légalement obligé de le faire.