Françoise Abanda a facilement remporté ses deux premiers matches avant d’éprouver un premier solide test vendredi soir. Elle a finalement renversé l’Américaine Victoria Emma dans un duel de 2 h 26.

Abanda reprend le temps perdu

Françoise Abanda a été tenue à l’écart du jeu depuis le mois de février avec une blessure à l’épaule droite. Il faut le savoir parce que sur les terrains de tennis du parc de l’île cette semaine, elle donne l’impression de n’avoir rien perdu à son grand retour à la compétition.

Si le doute pouvait occuper une partie de ses pensées avant de reprendre l’action, il s’est complètement dissipé après trois victoires consécutives. Vendredi, la Montréalaise a accédé à la demi-finale du Challenger Banque Nationale de Gatineau en disposant de Victoria Emma, une Américaine issue des qualifications, en trois longues manches de 7-5, 4-6 et 7-5. De loin, son duel le plus corsé du tournoi.

« Les gens peuvent être surpris, car ils oublient vite, mais je joue au tennis depuis que je suis jeune et j’ai toujours été capable de jouer à un certain niveau. Je me suis bien préparée. J’ai travaillé le renforcement de mon épaule. Je réponds bien jusqu’à maintenant même si je ne peux pas encore me lâcher à 100 %. Je pousse modérément pour le moment. »

Finaliste du tournoi en 2014 à l’âge de 17 ans et quart de finaliste à 18 ans, il ne fallait pas s’attendre à voir Abanda revenir à Gatineau dans un tournoi doté d’une bourse globale de 25 000 $ US, mais comme Vasek Pospisil chez les hommes, c’est une blessure qui la ramène sur le circuit de l’ITF.

« Ça fait plaisir quand même de revenir à Gatineau pour voir les organisateurs et jouer dans un tournoi qui est près de la maison. Ça tombait pile pour mon retour au jeu. J’ai décidé de m’inscrire à la dernière minute. On m’a accordé un laissez-passer. C’est un bon endroit pour recommencer à jouer des matches pendant que je suis encore en phase de guérison. »

À LIRE AUSSI: Des demi-finales rêvées chez les dames au Challenger

Duckhee Lee, 11 fois champion... et sourd

>> Affluence record au Challenger de Gatineau

Sa victoire de vendredi va lui assurer au moins 18 points au classement de la WTA, mais elle souhaitera bien sûr aller plus loin dans le tableau pour atteindre sa deuxième finale d’un tournoi de 25 000 $ US de l’année. En janvier, elle avait été vice-championne à Daytona Beach. En Floride, elle avait amassé 30 points d’un seul trait.

« Ma saison avait bien commencé avec cette finale et une victoire en Fed Cup, mais ça s’est gâtée avec ma blessure en février. J’ai raté plusieurs tournois, dont Roland-Garros et Wimbledon, mais j’espérais un retour pour la saison sur surface dure. Le tournoi de Gatineau est parfait pour ça. Il y aura Granby la semaine prochaine, puis un tournoi à Washington, la Coupe Rogers à Toronto et le Challenger de Vancouver si la santé est bonne. »

Chaque chose en son temps. Ce qui prime pour Abanda, c’est la santé. « C’est difficile de revenir à son niveau maximal sans jouer des matches pendant cinq mois, mais je suis de retour et tout est possible avec une bonne santé. Je suis contente de la réponse de mon épaule jusqu’à maintenant. »

Samedi après-midi, elle devra négocier avec une autre Montréalaise en demi-finale alors que son chemin va croiser celui de Leylah Fernandez.

Et si tout se passe bien dans les prochains mois, Abanda devrait réintégrer le circuit de la WTA où elle a déjà pointé au 111e rang en 2017. En ce moment, seule une blessure pourrait la ramener en Outaouais pour une autre édition du Challenger.