Arts martiaux mixtes

Un gala TKO à forte saveur gatinoise

La dernière fois que l’organisation québécoise TKO a présenté un gala à Gatineau en 2002, Georges St-Pierre remportait son premier titre chez les pros en arts martiaux mixtes.

Serge Dancos, lui, était un jeune enfant qui venait d’arriver au pays avec sa famille en provenance de la Roumanie. Dix-sept ans plus tard, il montera dans l’octogone afin d’effectuer ses débuts dans les rangs professionnels.

Hockey junior

Une 4e coupe Memorial différente pour Groulx

Benoît Groulx a participé à trois tournois de la coupe Memorial comme entraîneur avec les Olympiques de Hull/Gatineau, en 2003 à Kelowna, en 2004 à Québec et en 2008 à London.

À Halifax cette semaine, il vit une expérience totalement différente alors qu’il est un partisan des Mooseheads, le club-hôte qui aligne son fils Benoît-Olivier.

Formule 1

Le temps commence à manquer pour Ferrari et ses pilotes

MONACO — Pour l’écurie Ferrari, le Grand Prix de Monaco pourrait être sa dernière opportunité de revenir dans la course pour le championnat de la Formule 1 en 2019.

Après cinq étapes complétées dans le calendrier et aucune victoire de Sebastian Vettel et de Charles Leclerc, les espoirs de Ferrari de mettre fin à la suprématie des Mercedes ne tiennent déjà plus qu’à un fil.

Vettel, quadruple champion du monde de Formule 1, était au plus fort de la lutte lors de chacune des deux dernières saisons avant de glisser, chaque fois, en deuxième moitié du calendrier et d’être devancé à chaque occasion par le Britannique Lewis Hamilton.

Cette année, son retard est de presque 50 points sur Hamilton, qui est à la recherche d’un sixième titre en carrière et qui fait face à une opposition beaucoup plus féroce de la part de son coéquipier Valtteri Bottas que de Ferrari.

Mercedes a balayé les championnats des pilotes et des constructeurs lors de chacune des cinq dernières années. L’écurie semble destinée à répéter l’exploit en 2019 après que ses deux pilotes eurent terminé premier et deuxième lors des cinq premières courses au calendrier.

Pendant ce temps, les pilotes Ferrari s’éloignent dangereusement du sommet du classement.

Vettel vient en quatrième place au classement général, derrière Max Verstappen (Red Bull), tandis que Leclerc occupe le cinquième échelon. Peu d’observateurs auraient prédit un départ si difficile, surtout après d’encourageantes performances lors des essais tenus avant le début de la saison.

«D’autres ont fait un meilleur travail que nous, a déclaré Vettel mercredi, alors qu’il se trouvait dans les quartiers généraux de Ferrari. C’est certain qu’il y a eu des signes négatifs pour nous.»

Néanmoins, le pilote allemand affirme que Ferrari peut mettre un terme à cette période creuse avec une victoire à Monaco qui aurait pour effet de remonter le moral.

«Pour le bien de tout le monde, nous méritons un bon résultat, a affirmé Vettel. Nous travaillons fort. Ce n’est pas comme si nous nous étions prélassés au soleil pendant les deux dernières semaines.»

Baseball

Un terrain pour le stade des Expos 2.0

MONTRÉAL — La compagnie d’investissements Claridge, propriété de Stephen Bronfman, et le promoteur immobilier Devimco se sont entendus au sujet du développement de l’immense terrain au bassin Peel, où le Groupe de Montréal souhaite ériger le stade des Expos de Montréal 2.0.

« Oui, nous avons une entente. On travaille ensemble. On fait des plans, a révélé Stephen Bronfman mardi, en marge de la soirée visant à honorer son père, Charles Bronfman, en ce 50e anniversaire des Expos. On travaille même avec la table de concertation qui tiendra des consultations publiques cet automne, je crois. On prépare nos plans. Ça bouge, même s’il y a quelques trucs dont on ne peut pas parler. »

Tennis

À 90 ans passés, Roland-Garros dévoile sa version longue

PARIS — Un nouveau court longtemps controversé qui lui fait gagner du terrain, un Central remodelé de fond en comble, prélude à la pose d’un toit devenu indispensable : Roland-Garros dévoile sa version longue pour l’édition 2019, qui débute dimanche.

Avec l’entrée en scène du court Simonne-Mathieu - du nom d’une ancienne championne, résistante durant la Seconde Guerre mondiale - c’est un nouvel espace considérable qui intègre l’enceinte du stade parisien. En franchissant, à l’est de son emplacement d’origine, l’avenue Gordon Bennett et en aménageant au fond du jardin des serres d’Auteuil ce court de 5 000 places, Roland-Garros passe de 8,5 à 12,5 hectares. Un bond sensible de près de 50%, qui lui permet de combler une partie de l’écart conséquent qui le sépare des trois autres tournois du Grand Chelem, Wimbledon, US Open et Open d’Australie, installés eux sur une superficie autour de 18 à 20 hectares.

En préparant le court Philippe-Chatrier à accueillir un toit rétractable, Roland-Garros, dernier du club des quatre à ne pas en disposer, oeuvre là-aussi pour ne pas se laisser distancer par ses acolytes du Grand Chelem. À Wimbledon et à l’US Open, deux courts en sont équipés. À l’Open d’Australie, déjà trois.

«Étendre le public»

«Le projet, c’était aussi d’apporter plus de fluidité dans le stade», souligne Gilles Jourdan, directeur du projet de modernisation de Roland-Garros.

D’un bout à l’autre de l’enceinte, Roland-Garros s’étend désormais sur environ 800 mètres.

«Avec un court important, le Simonne-Mathieu, à l’extrême est», un ensemble de courts réaménagés au-delà du court Suzanne-Lenglen (la zone dite du Fond des Princes) «à l’extrême ouest, et au milieu les deux plus grands courts (Chatrier et Lenglen), on va étendre le public, décrit-il. On espère que ça va marcher.»

Semi-enterré, enchâssé dans des serres florales sur ses quatre côtés, et désormais le troisième en termes de capacité, le court Simonne-Mathieu est emblématique du projet d’extension de Roland-Garros : c’est sa construction qui avait cristallisé l’hostilité de défenseurs du patrimoine et de l’environnement, ainsi que de riverains, et donné lieu à plus de cinq ans de bataille judiciaire autour de l’aménagement des serres.

Roland-Garros compte désormais cinq courts de plus de 2000 places. Mais le court numéro 1, arène à taille humaine réputée pour son ambiance chaleureuse, installé près du Central, vit son dernier tournoi : il sera sacrifié au profit d’une place des Mousquetaires agrandie, plus aérée et plus verte.

Un toit en 2020

L’autre gros morceau du chantier en cours, c’est la reconstruction quasi-intégrale - entre 80% et 90% - du court Philippe-Chatrier, lancée dès le lendemain de l’édition 2018 et opérée en un an chrono.

De l’extérieur, ça donne un stade non plus avec quatre tribunes rectangulaires mais aux angles arrondis, offrant «une meilleure visibilité aux spectateurs, notamment dans les virages», vante le tournoi. Plus haut (26 m contre 18 m) et plus large (105 m contre 85 m). Et si sa capacité reste sensiblement la même (15 000), les sièges en bois clair ont remplacé ceux en plastique vert.

Surtout, sa structure est désormais prête à accueillir le toit qui entrera en service à partir de l’édition 2020. «Pour supporter ce poids, ces onze ailes qui vont se déployer en vingt minutes, il a fallu renforcer considérablement la superstructure de ce court», explique le directeur général de la FFT, Jean-François Vilotte.

«Dans le court Philippe-Chatrier aujourd’hui, il y a en poids une demie Tour Eiffel de charpente métallique», soit quelque 3700 tonnes, image-t-il.

Seul le terrain a finalement échappé aux travaux. «On l’a protégé, on a mis une dalle en béton dessus tout l’hiver pendant les travaux, explique M. Jourdan.»

Tennis

Federer «d’humeur à jouer»

ROME — À 37 ans et avec 20 titres en Grand Chelem, Roger Federer est toujours aussi enthousiaste à l’idée de jouer au tennis. C’est pourquoi il a ajouté l’omnium d’Italie à son horaire cette semaine.

«J’étais d’humeur à jouer, a admis Federer après une séance d’entraînement sur le Campo Centrale du Foro Italico. Est-ce que je préfère m’entraîner ou jouer des matchs? C’est plus excitant que de me présenter sur un terrain d’entraînement en Suisse.

«Honnêtement, j’adore jouer des matchs. Peu importe, ce qui se passe ici, je pense simplement que c’est bon pour moi de jouer des matchs présentement», a ajouté Federer.

Question de climat

Après avoir atteint les quarts de finale à l’omnium de Madrid la semaine dernière à son retour sur la terre battue après une absence de deux ans, Federer est rentré en Suisse. Il a déclaré que le temps frais à la maison l’avait également convaincu de faire le voyage à Rome.

«J’avais le sentiment que jouer au niveau de la mer pourrait être un peu plus bénéfique», a-t-il poursuivi.

Federer entreprendra son tournoi, mercredi, contre Joao Sousa. Il se retrouve dans la même moitié du tableau que Rafael Nadal, octuple champion à Rome.

«J’en suis encore loin, a précisé Federer à propos d’un possible affrontement en demi-finale avec son rival de longue date. J’ai d’autres défis à relever avant d’en arriver là.»

Federer a été finaliste à quatre reprises à Rome, un tournoi qu’il n’a jamais gagné, ce qui en fait l’un des rares trophées importants qui manque encore à son palmarès. Il se prépare pour les Internationaux de France, qui commencent dans moins de deux semaines.

Federer avait initialement prévu de ne jouer qu’à Madrid avant Roland-Garros. Quand il a annoncé samedi qu’il viendrait à Rome, les organisateurs du tournoi italien ont augmenté les prix des billets restants pour la séance de mercredi.

LCF

LCF: un marathon de négociations

TORONTO — La Ligue canadienne de football et l’Association des joueurs (AJLCF) sont dans un marathon de négociations.

Selon deux sources, les deux parties ont discuté jusqu’aux petites heures de la nuit, lundi, avant de reprendre les négociations tôt mardi matin. On s’attendait d’ailleurs à ce que ces discussions se poursuivent de nouveau jusque tard dans la nuit.

AMM

Leblanc espère se battre à TKO 48 à Gatineau

Un des combats les plus anticipés en vue du retour de TKO à Gatineau a dû être annulé. Un des athlètes impliqués a annoncé sa retraite, l’autre soigne une blessure.

L’espoir local Julien Leblanc (5-1-0, 2 K.-O.) devait échanger des coups avec un ancien de l’UFC, Adam Hunter (7-2-0, 6 K.-O.), chez les 185 livres, le 24 mai, au centre Robert-Guertin. L’affrontement ne se trouve plus sur la carte principale qui a été mise à jour, lundi, par l’organisation d’arts martiaux mixtes.