Le point d’interrogation du roi des bosses de l’Outaouais

Ski acrobatique

Le point d’interrogation du roi des bosses de l’Outaouais

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Un des plus beaux espoirs du ski acrobatique au Québec reprendra sous peu l’entraînement sur la neige en Europe. Félix Bertrand ignore toutefois quand il disputera une première compétition en bosses.

«C’est sûr que la prochaine saison, c’est un gros point d’interrogation», avoue l’athlète de la Petite-Nation, qui part jeudi en direction de la Suisse.

Le baseball de retour au stade d’Ottawa

Baseball

Le baseball de retour au stade d’Ottawa

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
La pandémie aurait pu donner des excuses faciles à Sam et Regan Katz. Les hommes d’affaires de Winnipeg auraient facilement pu faire une croix sur leur projet de ramener du baseball professionnel dans la capitale fédérale.

Ils ont persévéré. Au terme de longs mois de négociations, ils ont réussi à négocier, avec la Ville d’Ottawa, un bail qui leur permettra de s’installer au stade du chemin Coventry.

Shapovalov s’incline en demi-finale au Masters de Rome

Tennis

Shapovalov s’incline en demi-finale au Masters de Rome

Associated Press
ROME - Le beau parcours du Canadien Denis Shapovalov au Masters de Rome a pris fin lors des demi-finales, dimanche, contre l’Argentin Diego Schwartzman.

Huitième tête de série du tournoi, Schwartzman a vaincu Shapovalov 6-4, 5-7, 7-6 (4) et il croisera le fer en finale avec le favori Novak Djokovic.

Shapovalov, 12e tête de série, a connu deux bonnes semaines de tennis et il avait atteint les quarts de finale des Internationaux des États-Unis pour une première fois en carrière, la semaine dernière.

Classement

Le jeune Ontarien pourrait grimper au 10e rang du classement de l’ATP, à moins que Schwartzman surprenne Djokovic. Ce serait une deuxième surprise de taille pour Schwartzman cette semaine, car il a battu Rafael Nadal en quarts de finale.

Shapovalov a dit qu’il ne pensait pas trop à son rang au classement après ce tournoi.

«Je vais continuer à travailler et à m’améliorer. Si je ne réussis pas à entrer dans le top 10, je vais continuer à pousser pour y arriver, a déclaré Shapovalov. J’ai seulement 21 ans alors je suis très heureux d’avoir déjà l’occasion d’être si près.»

Âgé de 21 ans, Shapovalov tentait d’accéder à la finale d’un tournoi du Masters 1000 pour seulement une deuxième fois en carrière. Il s’était rendu en finale du Masters de Paris, en novembre, avant de perdre contre Djokovic.

Il s’agissait d’un premier affrontement entre Shapovalov et Schwartzman, qui a commencé la semaine à un rang du Canadien au classement de l’ATP.

«Je ne sais pas s’il y a eu des clés pour la victoire, nous jouions du tennis très égal, a analysé Shapovalov. Ça s’est joué sur quelques points. Je crois que ç’a été un très bon match des deux côtés. Chacun d’entre nous méritait la victoire.»

Schwartzman a eu besoin d’un excitant bris d’égalité pour l’emporter, à la suite d’une troisième manche qui a vu chacun des deux joueurs briser le service de l’autre à trois reprises. L’Argentin a pris les devants 5-4 dans le bris d’égalité avant de réussir deux points pour confirmer sa victoire.

Shapovalov a réussi 10 as, contre zéro pour Schwartzman, mais il a commis huit doubles fautes.

«Je suis heureux d’avoir presque trouvé une façon de gagner même si j’éprouvais des difficultés avec une de mes armes importantes», a exprimé Shapovalov.

Premier gain pour Tom Brady avec les Buccaneers

NFL

Premier gain pour Tom Brady avec les Buccaneers

Fred Goodall
Associated Press
TAMPA - Tom Brady a signé une première victoire dans l’uniforme des Buccaneers de Tampa Bay, qui ont défait les Panthers de la Caroline 31-17, dimanche.

Brady a lancé une passe de touché et une interception et il a amassé 217 verges par la voie des airs. Il a été aidé par une autre récente acquisition des Buccaneers, le porteur de ballon Leonard Fournette, qui a obtenu 103 verges au sol et deux majeurs.

«Notre exécution était légèrement supérieure. Je crois que nous avons encore du chemin à faire pour l’amener là où elle doit être, a dit Brady. Nous devons retourner au boulot.»

Brady s’est ressaisi après des débuts difficiles avec sa nouvelle formation, la semaine dernière, et il a évité d’encaisser deux revers de suite pour amorcer une saison pour une première fois en 21 ans dans la NFL.

«L’histoire est de son côté, a déclaré l’entraîneur-chef des Buccaneers, Bruce Arians, à propos de la fiche de Brady en début de saison. Ce match n’aurait pas dû être aussi serré, mais je l’ai trouvé extraordinaire. Son leadership sur les lignes de côté est très bon et il a très bien joué.»

Le vétéran quart a lancé une passe de touché de 23 verges à Mike Evans. Fournette a marqué après une course d’une verge et de 46 verges. La troupe de Tampa Bay menait 21-0 à la demie, mais les Panthers se sont approchés à 24-17 grâce notamment à des touchés au sol de Christian McCaffrey.

Brady a complété 23 de ses 35 passes. Evans a conclu la rencontre avec sept réceptions pour des gains de 104 verges. Fournette n’a effectué que 12 courses.

«J’ai tenté de mettre la cerise sur le sundae pour l’équipe», a expliqué Fournette, qui a déjà connu deux saisons de plus de 1000 verges au sol avec les Jaguars de Jacksonville.

Volny se rapproche du titre de Golovkin

Boxe

Volny se rapproche du titre de Golovkin

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Patrice Volny passera les prochaines semaines à Ottawa afin de se préparer pour le combat le plus important de sa carrière de boxeur. Une victoire le mois prochain en Europe lui permettra de se battre pour une ceinture de champion du monde.

La IBF (International Boxing Federation) a ordonné un affrontement entre le droitier originaire de Montréal et l’Allemand Patrick Wojcicki (14-0-1, 5 KO) pour déterminer l’aspirant obligatoire pour le titre détenu par Gennady Golovkin (40-1-1, 35 KO) chez les poids moyens. La nouvelle est tombée la semaine dernière sans toutefois faire trop de bruit au Québec.

Djokovic a adopté un meilleur comportement à son 1er match à Rome

Tennis

Djokovic a adopté un meilleur comportement à son 1er match à Rome

Associated Press
ROME - Novak Djokovic s'est mieux comporté à son premier match depuis son expulsion des Internationaux des États-Unis.

Le Serbe, qui occupe le sommet du classement mondial, a été plutôt courtois avec l'arbitre au cours de sa victoire de 6-3, 6-2 aux dépens du détenteur d'un laissez-passer Salvatore Caruso au deuxième tour du Masters de Rome.

Tour de France: à 2000 m d’altitude, Lopez comme «à la maison»

Cyclisme

Tour de France: à 2000 m d’altitude, Lopez comme «à la maison»

Associated Press
MÉRIBEL - Le Colombien Miguel Angel Lopez a remporté l’étape la plus exigeante du Tour de France, mercredi, tandis que le détenteur du maillot jaune de meneur au classement général, Primoz Roglic, ajoutait quelques secondes déterminantes à son avance devant son principal adversaire, Tadej Pogacar.

Roglic a fini en deuxième place de la 17e étape à 15 secondes de Lopez, tandis que Pogacar a terminé troisième, à 30 secondes. Après l’étape, Lopez a expliqué pourquoi l’altitude ne l’avait pas affecté.

«À 2000 m d’altitude, je me sentais comme à la maison. J’ai profité des circonstances, a-t-il confié. C’est merveilleux. L’équipe a fait du très bon boulot tout au long de l’étape... nous sommes ambitieux et nous n’avons jamais perdu espoir, car nous luttons jour après jour. Cette victoire d’étape est sublime.»

Le Québécois Hugo Houle, le coéquipier de Lopez chez Astana, a abouti en 55e place, à 25:17. Le cycliste de Sainte-Perpétue est maintenant 47e au classement cumulatif.

La montée finale de cette étape de 170 km vers la station alpine de Méribel a culminé à 2304 m - l’altitude la plus élevée au Tour de France de 2020 - au col de Loze, sur une distance de 21,5 km qui affichait par moments une pente de 24 degrés.

«Je me sentais très bien lors de la montée, mais les quatre ou cinq derniers kilomètres n’ont rien de comparable. Je suis heureux que cette étape soit terminée, a convenu Roglic, qui a salué le travail de son coéquipier américain Sepp Kuss afin de lui faciliter la tâche pendant cette ascension périlleuse. Dans de telles conditions, chaque mètre compte. Son aide a été très précieuse.»

Lopez a lancé son attaque au moment idéal alors qu’il ne restait que 3 km à franchir, tandis que Roglic accélérait pour s’éloigner de Pogacar. Ce dernier a comblé une partie de l’écart, mais pourrait bien devoir oublier la conquête du titre de la Grande Boucle cette année.

«J’ai perdu quelques secondes. C’était très abrupte. J’ai fait de mon mieux, mais j’ai perdu un peu de temps derrière Lopez et Roglic, mais ce n’est pas terminé, a martelé Pogacar. Il reste une autre étape très difficile demain (jeudi). Ce sera une autre belle bagarre.»

Roglic dispose d’un coussin de 57 secondes devant Pogacar, avec quatre étapes à négocier. Lopez a dépassé Rigoberto Uran au troisième rang au classement cumulatif, à 1:26 de Roglic. Uran a glissé au sixième rang.

«Le travail n’est pas terminé. Suis-je satisfait de l’écart devant Pogacar? Et bien... Ce n’est jamais assez. Quand tu as quelque chose, tu en veux toujours plus, a-t-il expliqué. J’ai vu tellement de drapeaux de la Slovénie ces derniers jours en bordure de route, tout au long de chacune des étapes. Ça te donne toujours un peu plus d’énergie, car c’est une sensation unique en son genre. J’espère qu’ils sont fiers de nous en Slovénie.»

Les cyclistes s’attaqueront jeudi à une autre étape corsée, en altitude.

Tandis que les coureurs grimpaient la section la plus à pic du col de Loze, pavé depuis l’an dernier seulement, Pogacar a accéléré le rythme avec environ 4 km à faire, suivi de Roglic, tandis qu’Uran était largué.

Lopez a ensuite poursuivi Richard Carapaz, l’un des cinq cyclistes s’étant détachés et le dernier à être rattrapé, à 3 km du fil. Avec Lopez en avant, Roglic s’est concentré sur Pogacar, qui a su limiter les dégâts en fin de parcours.

Le président français, Emmanuel Macron était sur place pour applaudir Lopez quand il a franchi le fil d’arrivée après quatre heures, 49 minutes et huit secondes (4:49:08) d’efforts sur ce parcours comportant deux cols hors catégorie.

Les autres coureurs composant l’échappée initiale étaient Julian Alaphilippe, Dan Martin, Gorka Izagirre et Lennard Kämna, vainqueur de l’étape de mardi. Ils ont augmenté le rythme une fois passé le château de Miolans, une forteresse perchée sur une colline, que les comtes de Savoy ont transformé en prison, d’où le marquis de Sade s’est échappé à la fin du XVIIIe siècle.

Quand ils ont atteint le bas du col de la Madeleine, ils avaient environ six minutes d’avance sur le peloton du maillot jaune. Quand ils ont atteint le sommet, à 2000 m d’altitude, après une montée de 17.1 km, leur avance n’était plus que de 1:15.

Sam Bennett a conservé le maillot vert de meilleure sprinter, mais Benoît Cosnefroy a perdu celui à pois de meilleur grimpeur aux mains de Pogacar.

Champion en titre, Egan Bernal s’est retiré avant l’épreuve de mercredi. Le Colombien a éprouvé des ennuis depuis vendredi, dans les montagnes du Jura, où il a perdu plus de sept minutes sur les meneurs.

La 18e étape liera Méribel à La Roche-sur-Foron sur 175 km, un parcours ponctué d’un col de catégorie 1, suivi d’un autre dans le col d’Aravis, avant un hors catégorie dans le plateau des Glières.  (Avec La Presse Canadienne)

+

LE TOUR EN BREF

Une jeune grand-mère bat un record québécois

Athlétisme

Une jeune grand-mère bat un record québécois

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
De belles histoires ont marqué la scène sportive jusqu’ici en 2020 malgré la COVID-19. La plus récente? La Gatinoise Manon Osborne est devenue coup sur coup grand-mère et une des femmes les plus rapides de l’histoire de l’athlétisme québécois.

La psychoéducatrice du Centre de services scolaire des Draveurs vient d’éclipser un vieux record sur piste au 400 m chez les 45-49 ans. Elle a parcouru la distance en 1:03.80, améliorant l’ancienne marque qui était de 1:03,98.

Le curling reprend en Outaouais, six mois plus tard

Curling

Le curling reprend en Outaouais, six mois plus tard

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Ça bouge ces jours-ci au jeune centre de curling des Collines, à Chelsea. Arrosage et peinture se trouvent au menu.

La fabrication des quatre pistes de jeu en vue de la prochaine saison a été entamée la semaine dernière. «Un processus qui peut prendre jusqu’à 10 jours, dépendant du système de réfrigération», souligne le président du club, Richard Gervais.

Dominic Thiem émerge enfin comme champion des Internationaux des États-Unis

Tennis

Dominic Thiem émerge enfin comme champion des Internationaux des États-Unis

Associated Press
NEW YORK — Quinze heures après s'être couché sur le court comme champion des Internationaux des États-Unis - épuisé mentalement, les jambes molles - Dominic Thiem a souri lorsqu'on lui a demandé comment il se sentait à sa sortie du lit, lundi.

«Eh bien, je me ne suis pas réveillé ce matin, puisque je n'ai pas dormi du tout. J'étais encore envahi par les émotions, l'adrénaline. Mais c'est parfait ainsi», a mentionné Thiem.

Tournoi de Rome: rentrée pour Nadal, rachat pour Djokovic

Tennis

Tournoi de Rome: rentrée pour Nadal, rachat pour Djokovic

Agence France-Presse
ROME - Avec Rafael Nadal de retour après six mois de pause forcée et Novak Djokovic en quête de rachat suite à sa disqualification à l'US Open, la courte saison sur terre battue a débuté lundi à Rome, sans spectateurs.

En attendant l'entrée en lice des deux stars (les huit premières têtes de série sont exemptées au 1er tour), le 1er tour a déjà été fatal au Français Benoît Paire.

L’Intrépide de retour sur glace

Hockey mineur

L’Intrépide de retour sur glace

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
La pause obligatoire de 14 jours imposée par le gouvernement du Québec à l’occasion de la rentrée scolaire est terminée pour les athlètes des programmes sport-études de la province.

Mardi, l’Intrépide de Gatineau sera de retour sur la glace afin de peaufiner sa préparation en fonction de son éventuel début de saison dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec. En attente de la phase 6 du retour au jeu de Hockey Québec, l’Intrépide sera contraint à une série de matches hors-concours qui vont reprendre vendredi selon la même formule des matches préparatoires.

Les Griffons n’attendent que le feu vert

Hockey universitaire

Les Griffons n’attendent que le feu vert

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Contrairement aux athlètes des sports parascolaires du Québec, l’équipe de hockey des Griffons du Cégep de l’Outaouais n’a pas raté une seule séance d’entraînement en préparation de sa saison inaugurale dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSÉQ).

Par contre, la troupe de l’entraîneur-chef Maxime Ménard est comme les autres. Elle attend toujours que Hockey Québec lance la sixième phase de son retour en jeu avant de pouvoir disputer des matches traditionnels de 60 minutes avec contacts.

Retour au jeu sans spectateurs pour les Griffons

Football universitaire

Retour au jeu sans spectateurs pour les Griffons

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) a donné le feu vert dans les dernières heures à ses diverses ligues collégiales qui pourront lancer leurs activités.

Du même souffle, ses dirigeants donnaient le choix à ses membres de participer ou de rester sur les lignes de côté en raison de la pandémie.

Brooke Henderson se retire de la Classique de Portland à cause de la mauvaise qualité de l'air

Golf

Brooke Henderson se retire de la Classique de Portland à cause de la mauvaise qualité de l'air

John Chidley-Hill
La Presse Canadienne
La Canadienne Brooke Henderson s'est retirée de la Classique de Portland, lundi, en raison de la mauvaise qualité de l'air.

Henderson a indiqué à La Presse Canadienne son intention de se retirer peu de temps après que la LPGA eut fermé le parcours et ses aires d'entraînement. Un avertissement de fumée intense est en vigueur jusqu'à 18 heures, Heure avancée du Pacifique, dans la ville de Portland, en Oregon, en raison des incendies qui sévissent en Californie, en Oregon et dans l'État de Washington.

Hamilton émerge du chaos toscan, à une longueur du record de Schumacher

F1

Hamilton émerge du chaos toscan, à une longueur du record de Schumacher

Agence France-Presse
MUGELLO — Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté dimanche, sur le circuit du Mugello, un Grand Prix de Toscane à la fois chaotique et historique, interrompu deux fois par un drapeau rouge, qui lui permet de se rapprocher à une longueur de Michael Schumacher.

«Schumi» avait gagné 91 fois en F1, mais jamais au Mugello, propriété de Ferrari, pour la bonne raison qu’il n’avait jamais accueilli de GP de F1.

Confortable leader au classement du Championnat du monde, Hamilton en est désormais à 90 victoires grâce à ce tout premier GP de Toscane, rajouté au calendrier 2020 pour cause de pandémie de coronavirus.

«C’est dingue de se dire que j’ai remporté 90 Grands Prix», a souri le sextuple champion du monde après sa 6e victoire en 9 courses de cette saison 2020 pas comme les autres, entamée début juillet en Autriche.

Valtteri Bottas (Mercedes) et Alexander Albon (Red Bull) complètent le podium. Il s’agit du premier podium du jeune Thaïlandais, pour son 24e départ, et d’un résultat historique pour la Thaïlande. Le Prince Bira avait disputé 19 GPs de F1 au début des années 50, mais n’avait jamais fait mieux que 4e, au GP de Suisse 1950 et au GP de France 1954.

On retiendra aussi les deux interruptions en raison d’accidents et les nombreux abandons, dont ceux en début de course de Max Verstappen (Red Bull), le seul rival constant de Mercedes, et de Pierre Gasly (AlphaTauri), le vainqueur surprise du dernier GP à Monza, il y a une semaine.

Le sextuple champion du monde britannique porte son avance à 55 points sur Bottas au classement des pilotes. Et à 80 points sur Verstappen, un gouffre.

C’était le 1000e GP de F1 de l’histoire de la Scuderia Ferrari et, comme pouvaient le craindre les 3.000 tifosi répartis dans trois tribunes, il n’y a pas eu de miracle: Charles Leclerc, parti de la 5e place sur la grille, ne termine que 8e, et Sebastian Vettel 10e.

Maigre consolation, les Ferrari, dans les points, font partie des douze monoplaces ayant réussi à franchir la ligne d’arrivée au Mugello, cette piste «à l’ancienne» que les pilotes ont beaucoup appréciée.

Renault au pied du podium, à cause d’Albon

Le podium a encore échappé à Renault, Daniel Ricciardo finissant 4e au terme d’un dernier «sprint» de 12 tours, pour 12 voitures, après un troisième départ, deux drapeaux rouges et plus de deux heures de suspense.

«Je ris à l’extérieur, mais j’ai quand même un peu mal à l’intérieur», a réagi l’Australien, à la fois satisfait et frustré. Car Renault a encore creusé l’écart sur Ferrari au championnat des constructeurs.

Le premier incident a impliqué plusieurs monoplaces dont la Red Bull de Verstappen parti en 3e position, puis aussitôt victime d’une perte de puissance sur son moteur Honda. L’avarie du Néerlandais a surpris les pilotes derrière lui, dont Gasly, seulement 16e sur la grille.

«J’étais entre Grosjean et Giovinazzi et je n’ai rien pu faire. C’est vraiment décevant. On pensait pouvoir remonter» a réagi le Français.

Après huit tours sous le régime de la voiture de sécurité, Bottas, qui avait pris un meilleur départ qu’Hamilton, menait la danse.

Mais dans le 9e tour, alors que la voiture de sécurité s’écartait, le Finlandais a choisi de ne pas accélérer, provoquant une incompréhension des autres pilotes et un gros carambolage. Conséquence directe, les abandons de Latifi, Magnussen, Giovinazzi, Sainz, et un drapeau rouge synonyme de nouvelle interruption.

Un deuxième départ a ensuite été donné, avec 51 tours à couvrir. Hamilton s’est immédiatement placé en tête, mais au 43e tour, alors que la bataille faisait rage pour une place sur le podium, la violente sortie de route de Lance Stroll, dont la Racing Point a d’abord crevé sur un débris, puis pris feu, a provoqué un deuxième drapeau rouge.

Le dernier sprint a été globalement moins mouvementé, à l’exception du superbe dépassement de Ricciardo par Albon, à l’extérieur, pour son premier podium en F1. Historique lui aussi.

Athlétisme: à trois secondes du record du 5 km

Athlétisme

Athlétisme: à trois secondes du record du 5 km

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Trois petites secondes, voilà ce qui a manqué à Jean-Simon Desgagnés pour inscrire son nom dans le livre des records québécois. Le jeune phénomène du Rouge et Or de l’Université Laval et l’athlète olympique Charles Philibert-Thiboutot ont repoussé leurs limites au maximum, dimanche matin sur le campus, dans leur objectif de battre la marque de 13 minutes et 55 secondes qui datait de 2005.

Sur le coup de 9h, les deux coureurs et deux «lièvres» ont pris le départ sur le parcours conçu par Richard Chouinard, grand nom de l’athlétisme à l’UL et au Québec. Desgagnés a franchi la distance en 13,58.8 tandis que Philibert Thiboutot a suivi avec un temps de 14,08.5.

«Il manquait un miracle ou de la chance pour battre le record, ce n’est pas un moment précis qui a fait la différence. Je ne sais pas où on aurait pu aller chercher les trois secondes qui manquaient. On cherche une raison où il n’y en a pas vraiment», admettait Desgagnés, ravi d’être approché à moins de quatre secondes du record toujours détenu par le Sherbrookois Paul Morrison.

Desgagnés a cependant réussi le deuxième chrono le plus rapide sur une course de 5 km sur route, faisant glisser au troisième rang celui de 14,04 qui appartenait à son partenaire du jour. Les deux coureurs étaient d’avis que le record tombera lorsqu’ils tenteront à nouveau le coup d’ici les prochaines années.

«Avec deux semaines d’entraînement de plus et en me basant sur ce que j’ai fait [dimanche], je pourrais retrancher 30 secondes à mon temps», pensait Philibert-Thiboutot, qui n’a eu que trois semaines d’entraînement pour se préparer à cette chasse au record.

«On regardait ces records au 5000 m et sur 5 km qui dataient de 15 ans et on les trouvait costauds. On se demandait : seront-ils battus un jour ? Après avoir fini à trois secondes, je me dis qu’il est possible de le battre, il n’y a pas de raison pour que ce record soit encore là dans 10 ans», suggérait Desgagnés.

Tour de France: la mainmise de la Slovénie, le naufrage de Bernal

Cyclisme

Tour de France: la mainmise de la Slovénie, le naufrage de Bernal

Jean Montois
Agence France-Presse
CULOZ — Mainmise de la Slovénie sur le Tour de France : Tadej Pogacar a battu au sprint Primoz Roglic, dimanche, au sommet du Grand Colombier, où le vainqueur sortant, le Colombien Egan Bernal, a perdu plus de 7 minutes dans la 15e étape.

Si l’écart s’est resserré entre Roglic et Pogacar au classement, 40 secondes désormais, il s’est considérablement accru avec leurs adversaires.

Le premier d’entre eux, le Colombien Rigoberto Uran, pointe à plus d’une minute et demie, avant la traversée des Alpes dans la troisième et dernière semaine de course.

Fait majeur de cette étape, le retard de Bernal symbolise l’échec de l’équipe Ineos, anciennement Sky, son premier depuis 2014 dans le Tour de France dont elle a gagné sept des huit dernières éditions.

Concentrée sur un seul leader, à l’inverse de l’année passée quand elle avait réalisé le doublé (Bernal 1er, Geraint Thomas 2e), la formation britannique a volé en éclats.

Son jeune leader, 23 ans, a lâché prise loin de l’arrivée, à 13 kilomètres du sommet, alors que le groupe des favoris comptait encore quelque 20 coureurs.

Jumbo en mode rouleau compresseur

Par comparaison, la formation Jumbo a imposé son mode de rouleau compresseur jusqu’aux derniers hectomètres.

Avec le Belge Wout Van Aert, qui a grimpé au rythme de Bernal après avoir longtemps dicté un rythme étouffant, puis le Néerlandais Tom Dumoulin jusqu’après la flamme rouge symbolisant l’entrée dans le dernier kilomètre.

Au sprint, Roglic a été battu par Pogacar qui l’avait déjà devancé sept jours plus tôt, à Laruns, dans la seconde journée pyrénéenne.

«Je voulais vraiment gagner l’étape, Tadej a été un peu plus fort», a déclaré Roglic avant de rapidement se consoler : «C’est une bonne journée».

Le Slovène, vainqueur de la dernière Vuelta, a souligné le travail de son équipe Jumbo, omniprésente au long de cette étape de 174,5 kilomètres : «Il faut une grande équipe pour gagner, le cyclisme n’est pas un sport individuel.»

«Les Jumbo ont dicté le rythme dans les trois ascensions», a confirmé Pogacar, qui a attendu le sprint sur la pente raide menant à 1.501 mètres d’altitude. Le jeune Slovène, qui découvre le Tour à 21 ans, a remporté son deuxième succès et a lorgné ouvertement le maillot jaune : «J’essayerai si une chance se présente. J’espère que le meilleur se produira dans la troisième semaine.»

Pour Bernal, mais aussi pour le chef de file historique du cyclisme colombien, Nairo Quintana, la journée est à oublier.

Le recul de Quintana

Deux jours après sa chute sur la route du Puy Mary en même temps que Romain Bardet, Quintana a flanché dans le Grand Colombier, avant même Bernal. Il a certes perdu moins de temps (3 min 50 sec) sur la ligne, mais a probablement laissé ses chances de podium sur la montagne jurassienne, quasiment dépourvue de spectateurs en raison d’un arrêté préfectoral lié à la situation sanitaire.

Pierre Rolland, rescapé d’une échappée lancée en début d’étape, a résisté jusqu’à 13 kilomètres de l’arrivée, dans le site du département de l’Ain dominant le Rhône. Le Français, très en vue depuis plusieurs jours, a vu revenir sur lui le train jaune et noir de l’équipe de Roglic, qui était encore entouré par quatre coéquipiers à cet instant déterminant de la course. Le moment-clé du recul de Bernal, qui est apparu asphyxié par le rythme, au point de tirer la langue dans le sillage de son saint-bernard polonais, Michal Kwiatkowski.

Faut-il en conclure que le suspens est déjà tué ? Roglic, interrogé après l’arrivée, a répondu sans nuance à la veille de la seconde journée de repos en Isère: «J’aimerais bien, mais ce n’est pas le cas. Notre position est très bonne, mais la course est loin d’être finie.»

 Woods demeure en tête en Italie

Autres sports

 Woods demeure en tête en Italie

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Michael Woods porte le maillot de meneur pour la première fois de sa carrière depuis deux jours sur le WorldTour. Il compte le conserver le plus longtemps possible à la Tirreno-Adriatico.

Le cycliste de la capitale nationale a terminé troisième jeudi à la quatrième des huit étapes du rendez-vous italien. Une performance qui lui permet de demeurer en bleu et en tête du classement général avec une avance de neuf secondes sur son plus proche poursuivant, le Polonais Rafal Majka (Bora-Hansgrohe).

L’Australien Lucas Hamilton, de l’équipe Mitchelton-Scott, a gagné cette étape lors du sprint final, devançant Fausto Masnada (Deceuninck-Quick Step).

À LIRE AUSSI: Woods enfile un premier maillot bleu

Woods, qui avait triomphé la veille, s’est pointé 10 secondes derrière la paire au fil d’arrivée de cette étape de 194 km disputée dans les collines de l’Ombrie. Trois ascensions relevées attendaient les participants dans le dernier tiers du parcours.

«Je me sens en très bonne forme. Espérons que je puisse conserver le maillot encore pendant quelques jours», a soutenu Woods en mêlée de presse, lui qui défend les couleurs de l’équipe EF Pro Cycling pour une dernière saison.

Le grimpeur de 33 ans, qui a fait ses classes dans le parc de la Gatineau, devrait à nouveau s’amuser vendredi. La cinquième étape se déroulera en altitude et sera marquée par une montée finale de 11,9 km à 7,1 % de moyenne.

«Aujourd’hui, c’était un parcours très exigeant. Ce sera encore le cas demain. Mais nous avons l’équipe pour défendre notre place au classement.»

La Tirreno-Adriatico prendra fin lundi avec un contre-la-montre individuel.

Sergio Perez quittera Racing Point à la fin de la saison

F1

Sergio Perez quittera Racing Point à la fin de la saison

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne
Le Mexicain Sergio Perez a annoncé qu’il quittera l’équipe Racing Point à la fin de la saison, mercredi, dans un communiqué diffusé sur son compte Twitter officiel.

Perez, qui est âgé de 30 ans, connaît une saison difficile jusqu’ici. Son meilleur résultat fut une cinquième place au Grand Prix d’Espagne le 16 août, et il occupe le 11e rang du classement des pilotes avec 34 points - loin derrière son coéquipier, le Québécois Lance Stroll, qui pointe en quatrième place avec 57.

Le pilote originaire de Guadalajara a également reçu un diagnostic positif à la COVID-19 plus tôt cette saison, l’empêchant de participer aux deux courses présentées à Silverstone au début du mois d’août. Il est d’ailleurs le seul pilote à avoir été infecté par le virus depuis le début du calendrier écourté de la saison 2020.

«Après sept saisons passées ensemble, le temps est venu pour moi de quitter l’équipe à la fin de la campagne, a-t-il écrit. Je serai toujours reconnaissant envers Vijay Mallya de m’avoir offert ma première chance en 2014 et de m’avoir permis de continuer ma carrière en F1 avec Force India.

«Quant à l’administration actuelle, dirigée par Lawrence Stroll, je lui souhaite la meilleure des chances pour l’avenir, surtout avec son nouveau projet en partenariat avec Aston Martin», a-t-il ajouté.

Depuis son arrivée en F1 en 2011, Perez a enregistré huit podiums, dont cinq avec Force India/Racing Point. Il n’a cependant toujours pas signé de victoire en 184 courses en carrière en F1, étant limité à deux deuxièmes places.

Le directeur de Racing Point, Otmar Szafnauer, a tout de même eu de bons mots pour le Mexicain pendant leur partenariat de sept ans en F1.

«Si une chance de podium se manifestait, alors “Checo” était prêt à bondir, et ces cinq podiums représentent quelques-uns des plus beaux moments de l’histoire de cette équipe. En dehors de la voiture, “Checo” est un vrai gentleman et un bon ami, et ce fut un plaisir de travailler avec lui pendant si longtemps», a évoqué Szafnauer par voie de communiqué.

Pour sa part, Perez a indiqué qu’il n’avait pas de plan pour l’avenir en course automobile.

«Ça va dépendre si je trouve un projet qui me stimule et qui me motive à offrir mon 100 % à chaque tour», a-t-il résumé.

Une place pour Vettel?

Entre-temps, des rumeurs circulent depuis quelques semaines déjà dans les paddocks au sujet de l’avenir de Sebastian Vettel, qui quittera Ferrari à la fin de la saison.

Plus tôt cet été, Vettel a confirmé être en pourparlers pour un éventuel changement vers Racing Point la saison prochaine.

Les options sont limitées pour le vétéran pilote allemand, malgré ses quatre championnats du monde.

Son ancienne écurie, Red Bull, a écarté tout retour chez elle, tandis que Mercedes devrait garder Valtteri Bottas comme coéquipier de Lewis Hamilton. McLaren a signé un contrat pour au moins les deux prochaines saisons avec Daniel Ricciardo, tandis que Renault le remplacera par Fernando Alonso.

C’est à se demander si Racing Point est la seule option de Vettel, outre que de prendre une année sabbatique ou sa retraite.

Rappelons que Racing Point portera le nom d’Aston Martin la saison prochaine et que l’équipe a l’ambition de se battre pour le titre. En signant Vettel, malgré ses ennuis actuels avec la Scuderia, elle enverrait un puissant message en ce sens.

Tour de France: Ewan remporte la 11e étape dans un sprint final chaotique

Cyclisme

Tour de France: Ewan remporte la 11e étape dans un sprint final chaotique

Associated Press
POITIERS - L’Australien Caleb Ewan s’est adjugé sa deuxième victoire d’étape au Tour de France cette année à l’issue d’un sprint final chaotique qui a culminé avec une pénalité imposée à Peter Sagan pour avoir bousculé un adversaire.

Sagan, pris en étau contre la barrière de sécurité du côté droit de la dernière ligne droite, s’est créé de l’espace en assénant un coup d’épaule au Belge Wout Van Aert.

Ce geste a privé Sagan de sa deuxième place dans l’étape, derrière Ewan. Le Slovaque a été relégué au 85e échelon.

L’Irlandais Sam Bennett a donc été promu au deuxième rang, et Van Aert en troisième position.

Houle 49e

Le Québécois Hugo Houle de l’équipe Astana a de nouveau bien fait en terminant 49e, au sein du peloton principal. Il est 62e au classement cumulatif.

Après l’incident, Van Aert et Sagan ont eu une vilaine prise de bec.

«Il n’y avait pas d’espace, et si tu utilises tes coudes pour t’en créer, alors tu enfreins les règlements», a dit Van Aert, qui a signé deux victoires d’étape cette année.

«C’est déjà assez dangereux comme ça, et j’ai été surpris et stupéfait lorsque j’ai ressenti son geste, a-t-il ajouté. J’ai vraiment eu peur.»

Au classement général, Primoz Roglic a opté pour une approche conservatrice tout au long de l’étape vers Poitiers pour préserver son maillot jaune de meneur.

Serena en demi-finales pour la 13e fois à New York

Tennis

Serena en demi-finales pour la 13e fois à New York

AFP
Agence France-Presse
NEW YORK - Serena Williams s’est qualifiée mercredi pour les demi-finales des Internationaux des États-Unis en éliminant la revenante Tsvetana Pironkova 4-6, 6-3, 6-2 et atteint le dernier carré à Flushing Meadows pour la 13e fois de sa carrière.

La 8e joueuse mondiale, en quête d’un 24e titre majeur record, affrontera jeudi en demies Victoria Azarenka (27e) ou Elise Mertens (18e). Williams n’a plus perdu avant les demies aux Internationaux des États-Unis depuis 2007.

Mercredi, contre la Bulgare qui revenait à la compétition après trois ans d’arrêt, Williams a difficilement débuté son match.

«J’étais fatiguée. J’avais les jambes lourdes, je manquais d’énergie», a-t-elle reconnu.

Si bien que Pironkova, variant énormément ses coups et gratifiant même son adversaire de coups droits chopés a beaucoup gêné l’Américaine.

Totalement libérée, décomplexée et sans aucune pression apparente, Pironkova a donc remporté la première manche et enchaîné par un break d’entrée de deuxième set.

Mais Serena est alors redevenue Serena et elle a fait du Serena : les cris de rage sont devenus des hurlements et elle est petit à petit revenue dans la partie, en débreakant immédiatement.

«Je continue de me battre, je ne baisse jamais les bras et j’avance...», a-t-elle souligné avec satisfaction.

Et même si Pironkova a continué de jouer le tout pour le tout, Williams a renversé l’équilibre de la partie.

Powell veut retenir l’attention de Dana White

Arts martiaux mixtes

Powell veut retenir l’attention de Dana White

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Un des plus beaux espoirs en arts martiaux mixtes en Outaouais retournera enfin dans l’octogone pour la première fois depuis le confinement en mars.

Zackery Powell se rendra en Alabama le mois prochain où il sera une des vedettes du gala de Strikehard, une organisation régionale du sud-est des États-Unis. Une carte qui sera diffusée à la télé à la carte, le 10 octobre.

Woods enfile un premier maillot bleu

Cyclisme

Woods enfile un premier maillot bleu

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Il y a d’abord eu le point agité vers le ciel en croisant le fil d’arrivée en sol italien. Puis le maillot bleu de meneur qu’il a enfilé sur le podium. Le tout complété en sabrant du champagne.

Cette journée, Michael Woods l’attendait depuis la mi-mars. Depuis qu’il s’était fracturé fémur droit lors d’une chute en France.

Le cycliste de la capitale nationale a remporté mercredi une première victoire en 2020. Il a mis la main sur la troisième étape de la Tirreno-Adriatico, doublant au sprint son plus proche rival, le Polonais Rafal Majka de l’équipe Bora-Hansgrohe. Le Néerlandais Wilco Kelderman (Team Sunwebb) a terminé 26 secondes derrière la paire.

«J’ai étudié le parcours avant de venir ici. J’ai reconnu que ça pourrait être une bonne journée pour moi puisque ce tracé est difficile. Il regorge de défis», a soutenu Woods durant sa mêlée de presse.

«Mes coéquipiers ont roulé de façon incroyable. Ils ont effectué du bon travail pour moi. Je n’avais pas d’autre choix que de relever mon intensité.»

Le vétéran de l’équipe EF Pro Cycling détient une avance de cinq secondes au classement général sur Majka. Il est devenu le premier cycliste canadien à remporter la Tirreno-Adriatico, qui fêtait sa 55e édition.

Ses coéquipiers ont contrôlé cette étape de 217 km du début jusqu’à la fin afin d’ouvrir la porte à Woods en fin de course.

Il s’agit de la cinquième victoire en carrière de Woods chez les pros. Le grimpeur âgé de 33 ans avait notamment remporté une étape du Tour d’Espagne.

Son dernier triomphe était à la Milano-Torino, en sol italien, en 2019.

Défi du Nord : Collard complète son balayage à Granby

Sports

Défi du Nord : Collard complète son balayage à Granby

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Mélodie Collard a complété son balayage en triomphant pour la quatrième fois en autant de tournois dans le cadre du Circuit du Défi du Nord, qui rassemblait plusieurs jeunes joueurs figurant parmi l’élite canadienne. Sid Donarski a également été couronné au terme de la dernière étape, tenue à Granby de vendredi à dimanche.

Déjà dominante lors des arrêts de la tournée à Montréal, Repentigny puis Laval, la jeune Collard a cette fois vaincu l’Albertaine Mia Kupres par la marque de 6-1 et 6-2 en finale.

Mélodie Collard freinée par la pandémie

Sports

Mélodie Collard freinée par la pandémie

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
À travers cette bande de joueurs talentueux mais peu connus, Mélodie Collard détonait un peu, vendredi, sur le site des Tennis Saint-Luc, théâtre de la quatrième et dernière étape du Circuit du Défi du Nord, cette série de tournois organisée par Tennis Canada et présentée localement par les gens du Challenger.

À 17 ans, Collard, de Gatineau, est 25e au monde chez les juniors, elle qui a grimpé jusqu’au 17e rang en 2019. Personne, tant chez les garçons que chez les filles, n’est aussi bien classé au tournoi de Granby. Et elle s’est amenée en ville après avoir remporté les étapes de Montréal, Repentigny et Laval du circuit.

Tour de France: Lutsenko gagne la 6e étape, Yates reste en jaune, Houle 59e

Cyclisme

Tour de France: Lutsenko gagne la 6e étape, Yates reste en jaune, Houle 59e

Associated Press
MONT AIGOUAL — Le Kazakh Alexey Lutsenko a remporté sa première victoire d’étape à sa cinquième participation au Tour de France, jeudi, à la suite d’une échappée en solitaire vers le sommet du mont Aigoual.

Les principaux prétendants au titre sont tous demeurés loin derrière le cycliste âgé de 27 ans, qui a franchi en premier le fil d'arrivée situé au sommet offrant une vue panoramique impressionnante du paysage du sud de la France. Il a admis qu'il avait étudié le col final à l'aube de l'étape, et qu'il avait profité de ses connaissances pour l'emporter.

«J'ai tout donné dans la portion la plus abrupte, a-t-il noté. Dans ma tête, j'avais la certitude que j'allais y arriver.»

Pour sa part, le Québécois Hugo Houle, de l'équipe Astana, a complété l'étape en 59e place. Le cycliste de Sainte-Perpétue pointe maintenant au 74e échelon du classement général, à 37:18 du détenteur du maillot jaune de meneur, Simon Yates.

Ce dernier dispose toujours d'un coussin de trois secondes au classement général devant le Slovène Primoz Roglic. Un autre Slovène, Tadej Pogacar, est toujours troisième, à sept secondes.

«Ç'a été une journée satisfaisante», a convenu Yates.

Lutsenko a fait partie d'un groupe de huit cyclistes qui s'est échappé devant le peloton principal lors de la sixième étape, longue de 191 km. L'étape s'est dirigée vers le sud-ouest du pays, après avoir commencé dans le petit village de Le Teil.

Lutsenko, qui évolue pour l'équipe Astana, a largué ses compagnons d'échappée lors de l'ascension du dernier col, la Lusette, lequel était attaqué par le Tour de France pour la première fois en 117 ans d'histoire.

Il avait commencé l'étape en 37e place du classement général, à près de six minutes de Yates. Puisque Lutsenko n'était pas un prétendant au maillot jaune, le Britannique, son équipe et les autres prétendants au titre ont laissé filer l'échappée tôt dans l'étape. Avec La Presse Canadienne

Le Défi du Nord culminera à Granby ce week-end

Sports

Le Défi du Nord culminera à Granby ce week-end

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
La pandémie de la COVID-19 a eu raison du 25e Challenger de Granby, mais le tennis occupera néanmoins une place importante dans le paysage sportif local au cours des prochains jours. La tournée du Circuit du Défi du Nord, qui rassemble les meilleurs jeunes joueurs du Québec et de l’Ontario, culminera à Granby de vendredi à dimanche.

Il est toutefois important de préciser que seule une centaine d’invités pourront accéder au site Tennis St-Luc.