Phillippe Aumont
Phillippe Aumont

Aumont sur la liste de protection des Expos

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Il y a des équipes de la Ligue de baseball majeur du Québec (LBMQ) qui doivent commencer à avoir des frissons dans le dos.

Cette semaine, les Expos de Sherbrooke ont ajouté le lanceur Phillippe Aumont sur leur liste de protection.

L’ancien des Phillies de Philadelphie a participé au camp d’entraînement des Blue Jays de Toronto ce printemps après avoir été le lanceur par excellence de la Ligue Can-Am en 2019, mais il a annoncé sa retraite à la veille de la reprise des activités dans le baseball majeur.

Aujourd’hui, le grand droitier de 6’7’’ se concentre à aménager sa ferme à Gatineau afin d’y opérer une serre à légumes à partir du mois de décembre.

Aumont se concentre à aménager sa ferme à Gatineau.

Serait-il tenté de sortir de sa retraite pour aller donner un coup de main à l’équipe dirigée par Bruno Laurin, son ami d’enfance? Laurin est aussi receveur avec les Expos.

«Je n’aurais probablement pas joué au baseball si ça n’avait pas été de Bruno Laurin et de son père Guy. J’ai un souvenir qui va me marquer à vie et qui va me suivre jusqu’à mon dernier souffle sur la Terre. Quand j’étais pee-wee, j’avais encore des souliers à crampons de caoutchouc alors que les autres joueurs étaient rendus avec des crampons en métal. Guy m’avait amené chez Duguay Sports pour m’acheter des crampons en métal. J’y pense encore à ce jour!»

Phillippe Aumont serait donc tenté de répondre à l’invitation de Bruno Laurin et des Expos, mais faute de temps, c’est plutôt un voeu pieux.

«J’ai annoncé ma retraite. Je ne sais pas comment ça serait perçu si je revenais au jeu tout de suite. Toutes mes énergies vont dans le démarrage de la ferme. J’ai des journées de 9-10 faciles et quand j’ai fini, j’ai d’autres trucs à faire juste pour la maintenance générale. Je n’ai pas de temps et je me vois mal partir de Gatineau pour rouler pendant quatre heures à Sherbrooke et faire quatre heures pour revenir.»

L’artilleur de 31 ans a accepté d’être placé sur la liste de protection des Expos juste au cas où il pourrait se libérer, mais dans sa tête, les chances de le voir dans cet uniforme en 2020 sont minces.

«Si j’y allais, je serais plus tenté de jouer au champ extérieur et lancer des bombes directement au marbre! J’aime aller au bâton aussi. Honnêtement, si je devais jouer quelques matches, ça serait plus l’année prochaine.»

Les frappeurs de la LBMQ peuvent souffler encore un peu. Ce n’est pas dans les priorités d’Aumont de lancer un match sans point ni coup sûr cette année!