Anthony Gagnon a profité de son retour à Gatineau pour inscrire deux points contre ses anciens coéquipiers des Olympiques samedi soir.

Aucune avance ne tient à Guertin

Deux fois plutôt qu’une, des avances de trois buts ou plus n’ont pas été suffisantes aux Olympiques de Gatineau pour l’emporter devant leurs partisans au centre Robert-Guertin la semaine dernière.

Mercredi, les protégés d’Éric Landry avaient perdu un match en fusillade après avoir pris les devants 4-0 contre les Screaming Eagles du Cap-Breton en première période. Les Olympiques ont vécu un pire cauchemar samedi soir alors qu’ils vont vu une avance de 4-1 se volatiliser dans les 10 dernières minutes contre l’Océanic de Rimouski. Alors qu’ils voguaient allègrement vers la victoire contre un des meilleurs clubs de la LHJMQ, les Gatinois ont vu les visiteurs inscrire cinq buts sans réplique dans la dernière portion de la troisième période pour échapper deux autres précieux points au classement.

Éric Landry était sous le choc après ce deuxième effondrement en quatre jours de ses équipiers sur la glace du « Vieux Bob ». 

« Celle-là, elle fait chier. C’est inacceptable. Il n’y a aucune raison de perdre ce match-là. Nous n’avons rien donné du match à part ces huit minutes-là. Il y a deux buts qui n’étaient même pas des chances de marquer... C’est comme si c’était destiné à nous arriver. »

Landry faisait référence au troisième but de l’Océanic compté par Dmitry Zavgorodniy avec 7:49 à faire au match. Son tir a tout simplement passé au travers de Tristan Bérubé alors qu’il bloquait tous les angles. Soudainement, c’était 4-3. Ce même Zavgorodniy avait préalablement réduit l’écart à 4-2 pendant un avantage numérique avec exactement 10 minutes à écouler.

Puis, Denis Mikhnin a été crédité du but égalisateur à peine 28 secondes après le deuxième but de Zavgorodniy. Encore là, il s’agissait d’un véritable cadeau puisque son tir ne se dirigeait nulle part quand il a dévié sur le défenseur Tyler Higgins pour aboutir dans le but. C’était 4-4.

Le doute s’est s’installé chez les Olympiques après leur effondrement de mercredi contre le Cap-Breton. Leurs craintes se sont concrétisées quand Carson MacKinnon, laissé sans couverture, a pu prendre un tir franc de l’enclave.

« C’est le seul but où nous avons vraiment fait une erreur, a avancé Éric Landry. C’est sûr que les gars ont eu des pensées pour le match de mercredi. Nous les avions mis en garde. »

Les Olympiques avaient pris les devants 2-0 en première période sur des buts de Mikhail Shestopalov et Giordano Finoro. L’ancien de l’Océanic Maxime Trépanier avait échangé un but avec Mathieu Bizier dans la période médiane. Dawson Theede avait procuré un coussin de trois buts aux locaux en début de troisième période.

Généralement, c’est suffisant pour gagner. Les Olympiques avaient une fiche de 20-0-3 lorsqu’ils menaient après deux périodes cette saison avant de s’écrouler contre l’Océanic.

« Nous avons protégé nos avances toute l’année. Peut-être que trois buts, c’est trop. Nous prenons plus de risques qu’avec une avance d’un but », a analysé Landry.

Pour Maxim Trépanier, cette défaite difficile est venue gâcher un match où il était excité d’avoir compté contre son ancien club.

« Mon rôle, c’est d’aider l’équipe à gagner en comptant des buts. Perdre des avances comme nous l’avons fait deux fois en trois matches cette semaine, c’est inacceptable. Pourtant, la consigne des entraîneurs était très claire après la deuxième période. Ils nous avaient dit de faire attention en zone centrale. Ce match-là voulait dire beaucoup pour moi contre mes anciens coéquipiers et mes amis. Je me suis laissé emporté par l’émotion en comptant mon but. On se dirigeait vers une belle victoire, mais nous avons tout gâché en troisième période. »

Ancien des Olympiques, Anthony Gagnon a amassé deux passes dans la victoire de l’Océanic.

Boudrias blessé

Comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, Shawn Boudrias n’a pas joué de la troisième période du côté des Olympiques. Blessé, il sera réévalué lundi. Une absence prolongée du meilleur compteur du club serait un dur coup en tenant compte de la blessure du capitaine Alex Breton, deuxième producteur de point de l’équipe.

LES 67'S ONT LEUR PLACE EN SÉRIES

Malgré une défaite de 7-5 contre les Knights de London à la Place TD dimanche après-midi, les 67’s d’Ottawa se sont quand même assurés d’une place dans les séries éliminatoires de la Ligue de l’Ontario grâce à un revers des Petes de Peterborough dans la même journée.

Avec six matches à disputer à la saison régulière, il demeure difficile de projeter l’adversaire potentiel des 67’s (28-26-8) au premier tour des séries puisqu’ils peuvent terminer entre les quatrième et huitième positions de la conférence de l’Est en raison du classement serré. 

Dimanche, Seva Losev avait rapidement placé les locaux en avance 1-0, mais les Knights ont répondu avec quatre buts consécutifs pour chasser Olivier Tremblay après 11 tirs dans les 20 premières minutes de jeu. 

Cédrick Andrée a bien fait en relève, permettant même aux 67’s de revenir à l’arrière pour égaler le pointage à 4-4 sur des buts de Mitchell Hoelscher, Travis Barron et Austen Keating, mais Sergey Popov a redonné une avance de 5-4 aux visiteurs au début de la troisième période. 

Puis l’espoir des Sénateurs d’Ottawa, Alex Formenton, a inscrit le but qui allait être celui de la victoire en portant la marque à 6-4. Jacob Cascagnette a tenté de remettre les 67’s dans le coup avec un dernier but, mais les Knights (35-23-4) ont mis fin à leurs espoirs avec un but dans un filet désert.

Formenton a également récolté une passe dans le gain des siens pour ensuite être récompensé de la première étoile du match. Les 67’s ont dirigé 45 tirs sur le gardien Joran Kooey dans la défaite où ils ont eu un net avantage au chapitre des tirs. Sasha Chmelevski a récolté trois mentions d’aide dans la défaite.