Les deux prochains matches des Olympiques de Gatineau ont été annulés en raison de la multiplication récente des cas de COVID-19 au Québec. Les joueurs pourront s’entraîner, mais il n’y aura pas de matches avant au moins le 30 octobre pour l’équipe gatinoise.
Les deux prochains matches des Olympiques de Gatineau ont été annulés en raison de la multiplication récente des cas de COVID-19 au Québec. Les joueurs pourront s’entraîner, mais il n’y aura pas de matches avant au moins le 30 octobre pour l’équipe gatinoise.

Au moins deux matches reportés pour les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Les équipes québécoises de la LHJMQ seront en pause pour les deux prochaines semaines. L’Assemblée des membres du circuit Courteau a dû se rendre à l’évidence mercredi après-midi.

Avec la moitié des 12 équipes de la province en zone rouge, il était devenu pratiquement impossible d’organiser des matches. Aucun match ne sera disputé au cours des 14 prochains jours au Québec.

Pour les Olympiques de Gatineau, le report des matches jusqu’au 28 octobre a des conséquences minimes pour l’instant. La troupe de Louis Robitaille verrait seulement deux de ses matches être reportés si la LHJMQ devait reprendre ses activités le 29 octobre. Les Olympiques devaient affronter les Voltigeurs de Drummondville les 16 et 18 octobre. Leurs duels suivants sont prévus les 30 et 31 octobre contre le Phoenix de Sherbrooke, un club situé dans une zone orange, mais qui est affligé par une éclosion de COVID-19 tout comme l’Armada de Blainville-Boisbriand.

La LHJMQ souhaite que la situation de la COVID-19 se stabilise au Québec d’ici le 28 octobre, sinon la pause pourrait être prolongée. Dans les Maritimes, cinq des six équipes vont poursuivre leurs activités. Seuls les Wildcats de Moncton sont en pause forcée parce que l’équipe est située en zone orange au Nouveau-Brunswick. Toutes les équipes vont pouvoir poursuivre leurs entraînements dans leurs installations et les joueurs pourront continuer leurs études.

«C’était la chose à faire avec toutes les zones rouges au Québec, a indiqué Jocelyn Cayer, le représentant des membres des Olympiques de Gatineau. Notre division était devenue difficile à gérer avec quatre des six clubs qui ne pouvaient plus jouer. La pause va donner la chance aux clubs Blainville-Boisbriand et de Sherbrooke de se replacer et nous allons espérer revenir en zone orange avec Drummondville d’ici deux semaines. Il n’y a eu que 11 nouveaux cas en Outaouais aujourd’hui. C’est encourageant.»

La pause de deux semaines va aussi permettre à la LHJMQ d’établir un protocole encore plus rigide en collaboration avec la Santé publique afin de pouvoir tenir des matches dans des zones rouges selon le commissaire Gilles Courteau.

«Nous allons profiter de la pause pour prendre le temps de parler avec la Santé publique. Nous sommes en communication constante avec elle et nous aimons son ouverture d’esprit. Les deux prochaines semaines vont nous permettre de suivre l’évolution de la pandémie et nous évaluerons toutes nos options», a expliqué le commissaire, tout en avançant que le concept de «bulle» comme dans la LNH avait été écarté.


« Il faudra que la province garde le contrôle sur la pandémie, sinon, ça va compliquer les choses pendant un bon bout. »
Jocelyn Cayer

Chez les Olympiques, Jocelyn Cayer a compris que la priorité de la LHJMQ était de travailler sur un plan qui permettrait à toutes ses équipes de reprendre l’action le plus rapidement possible.

«Avec la pause, toute l’énergie de la ligue sera concentrée là-dessus. La Santé publique ne nous avait pas demandé d’arrêter de jouer. Elle a d’ailleurs accepté notre protocole révisé, mais il faudra que la province garde le contrôle sur la pandémie, sinon, ça va compliquer les choses pendant un bon bout.»

Le calendrier de la LHJMQ est arrêté une première fois alors que ses 18 clubs ont disputé entre deux et quatre matches. Ailleurs dans la Ligue canadienne de hockey, la Ligue de l’Ontario envisage un début de saison le 1er décembre et la Ligue de l’Ouest a annoncé mercredi qu’elle visait un début de saison le 8 janvier 2021.

«Au départ, les trois ligues souhaitaient commencer leur saison en même temps au mois d’octobre, mais les deux autres ligues ont des équipes aux États-Unis. Avec la fermeture des frontières, ça devenait difficile pour les deux autres ligues de commencer en même temps que nous», a raconté Gilles Courteau.

Ce dernier avait déjà prévu des interruptions possibles à sa saison en raison de la pandémie. Pour lui, l’objectif demeure de compléter un calendrier de 60 matches.

«Je suis très confiant que nous allons y parvenir. Les cas sont en baisse depuis quelques jours au Québec et il y a très peu de cas positifs dans les Maritimes. Nous avons annulé entre deux et quatre matches pour chaque équipe. Ce n’est pas dramatique.»