L’Ontarienne Bianca Andreescu s’est fait surprendre au premier tour du Challenger Banque Nationale de Gatineau contre la puissante Australienne Astra Sharma 2-6, 6-3, 6-3.

Andreescu frappe un mur

Le Challenger Banque Nationale de Gatineau était bien excité de revoir Bianca Andreescu sur ses terrains du parc de l’Île.

Après tout, l’Ontarienne native de Mississauga avait atteint la finale du tournoi en 2015 en plus de remporter les grands honneurs en 2016 alors qu’elle n’avait que 15 et 16 ans.

Étrangement, sa présence dans le tableau principal aura été éphémère deux ans plus tard. Lundi soir, la joueuse canadienne la mieux classée du tableau féminin avec le 184e rang mondial s’est fait montrer la porte de sortie par l’Australienne Astra Sharma, 323e raquette au monde.

Flamboyante et sûr d’elle à ses deux premières présences à Gatineau pendant son adolescence, Andreescu n’affichait pas le même non verbal intimidant dans la chaleur et face à une bonne cogneuse.

La troisième tête de série avait pourtant bien commencé le match en brisant son adversaire dès le départ pour prendre les commandes de la première manche 6-2, mais Sharma a repris son aplomb à partir de la deuxième manche. Elle a aussi profité d’un premier service erratique d’Andreescu pour enlever les deux dernières manches 6-3 et 6-3.

Pour la deuxième semaine consécutive, la joueuse de 18 ans a été éliminée en première ronde d’un tournoi, mais il faut dire que son adversaire a disputé un match presque sans faille en évitant les fautes directes.

Que s’est-il passé dans le cheminement d’Andreescu depuis sa dernière présence à Gatineau ? On aurait aimé lui demander, mais elle a décliné une demande d’entrevue, préférant la remettre à mardi.

Son entraîneur, Sylvain Bruneau, a pris le relais. « Le résultat d’aujourd’hui est décevant, mais son adversaire était coriace et son classement est trompeur. C’est une fille qui ne dispute pas beaucoup de tournois parce qu’elle joue dans la NCAA », dit-il. D’ailleurs, Sharma est sur une lancée. Âgée de 22 ans, elle a gagné son premier Challenger à Bâton Rouge en 2018.

Quant à Andreescu, elle avait gagné deux titres en 2017 après avoir été championne à Gatineau, mais elle est toujours à la recherche d’un premier sacre en 2018. L’ancienne numéro trois mondial chez les juniors a obtenu son meilleur classement de la WTA en août 2017 avec le 143e rang.

Sylvain Bruneau ne s’inquiète pas trop pour sa protégée malgré quelques revers consécutifs.

« Elle a eu 18 ans en juin. Avant d’avoir cet âge, la WTA limite le nombre de tournois des joueuses. Ça lui donnait moins d’occasions d’accumuler des points. Bianca a bien progressé depuis deux ans. Elle a plusieurs victoires contre des joueuses du top-100. Elle cogne à la porte. Elle doit améliorer son retour de service, sa première balle de service afin d’être plus puissante et dangereuse. Sa sélection de coups pourrait aussi prendre du mieux », a dit Bruneau, qui a tout de même rendu hommage à Sharma.

« Nous avons assisté à du tennis physique et offensif. Sharma pourrait se rendre loin ici. Elle est sur une lancée. Aujourd’hui, malgré la chaleur, j’ai senti qu’elle avait encore de l’énergie pour jouer une quatrième manche. Ce n’était pas le cas de Bianca. »

Habituée d’aligner les victoires à Gatineau à ses deux premières présences, Andreescu pourra se reprendre en double où elle jouera avec Carson Branstine.

La journée de mardi marquera la rentrée des six autres joueuses canadiennes du tableau principal.

L’Ontarienne Rebecca Marino, championne à Winnipeg, affrontera notamment la Montréalaise Catherine Leduc à 16 h.