Andre De Grasse a remporté trois médailles aux Jeux olympiques de Rio, l'été dernier.

Andre De Grasse très confiant pour l'été

Andre De Grasse ne veut pas ravir le titre de meilleur sprinter au monde à Usain Bolt plus tard cette année, quand le gagnant de huit médailles olympiques va prendre sa retraite.
Il veut signer des victoires dès maintenant et sa quête débute jeudi à la rencontre Golden Gala Pietro Mennea, où l'Ontarien sera du 200 m.
Le Jamaïcain ne fera pas partie de la compétition romaine, toutefois. De Grasse espère plutôt se mesurer à Bolt aux Mondiaux à Londres, en août.
«J'estime avoir d'excellentes chances au 100 m et au 200 m, a dit De Grasse, en référence à l'immédiat. Si je suis au sommet de ma forme, c'est possible.»
À Rio, De Grasse, 22 ans, a mérité l'argent derrière Bolt au 200 m, ainsi que le bronze derrière Bolt et Justin Gatlin au 100 m. Dernier en piste lors du bronze canadien au relais, il est devenu le premier sprinter de l'unifolié avec trois médailles lors d'une même Olympiade.
Au 200 m (en demi-finale), il a rendu les choses si corsées pour Bolt que ce dernier a reconnu que ça l'a privé de l'énergie nécessaire pour améliorer sa marque mondiale, le soir suivant.
Alors, que faudrait-il pour le devancer au 100 m au mois d'août?
«Aucune idée... on ne peut pas dire tel ou tel chrono, mentionne De Grasse. Il faut toujours tenir compte de la météo, des conditions, ce genre de choses. Il faudra une exécution de haut niveau, c'est évident. Si j'atteins le maximum de mes capacités, je peux accomplir quelque chose de spécial.»
De Grasse travaille à améliorer ses départs, un aspect possiblement perfectible chez son rival jamaïcain.
À ses débuts à l'adolescence, De Grasse courait avec des shorts de basket et des espadrilles empruntées.
«C'est le basketball qui me passionnait plus jeune, a dit Grasse, dont les parents sont originaires des Caraïbes. J'adorais des gars comme Allen Iverson et Vince Carter. Je n'ai pas vraiment eu d'idoles en athlétisme.»
Au Stadio Olimpico, De Grasse devra notamment se méfier du Français Christophe Lemaitre, médaillé de bronze lors du 200 m à Rio. Y sera aussi Filippo Tortu, un Italien de 18 ans médaillé d'argent lors des Mondiaux juniors de 2016, au 100 m.
«Nous avons de grandes attentes pour lui (Tortu), alors nous avons organisé une course de très haut niveau, a confié Luigi D'Onofrio, qui est en charge de la rencontre de Rome. S'il veut s'améliorer, il doit affronter l'élite sans tarder.»