Daniel Alfredsson a bien apprécié sa semaine à Göteborg.

Alfie fête le début de sa «nouvelle» vie

Une grande journée débute dans la vie de Daniel Alfredsson.
Une grande journée débute dans la vie de Daniel Alfredsson.
Si le vieux dicton est vrai, si «la vie débute véritablement à 40 ans», le capitaine des Sénateurs d'Ottawa peut s'attendre à tout dans les prochaines heures. Parce que c'est aujourd'hui, le 11 décembre 2012, qu'il soufflera 40 bougies.
Lorsque le sujet est venu sur le plancher, la semaine dernière, Alfie ne savait pas encore si ses proches lui avaient préparé quelque chose de spécial.
Lui, en toute honnêteté, essayait de ne pas trop y penser.
«Vous allez sans doute me trouver ennuyant, mais pour moi, 40, c'est juste un chiffre», a-t-il déclaré.
«Je trouve même 40 plus beau que 39. C'est vrai, à 39 ans, tu arrives à la fin d'une décennie. Quand tu arrives à la fin de quelque chose, il est normal de se sentir un peu vieux. Quarante, c'est un nouveau départ. C'est le début de quelque chose de nouveau», s'est-il empressé d'ajouter.
En lock-out depuis le 15 septembre, Alfredsson peut difficilement savoir s'il est facile de rivaliser avec des joueurs qui ont deux décennies de moins que lui.
Après avoir jonglé avec l'idée de prendre sa retraite, l'été dernier, il est revenu en ville avec l'idée de disputer - au moins - une autre saison.