Alex Smith a de quoi se sentir en sécurité dans la pochette avec une ligne offensive puissante et dynamique.

Alex Smith gâte ses joueurs de ligne pour Noël

KANSAS CITY — Alex Smith aime bien faire quelque chose de spécial pour ses joueurs de ligne pendant la période des Fêtes. Une petite marque d’appréciation pour le dur travail ingrat qu’ils accomplissent afin de le garder en santé.

Le quart des Chiefs de Kansas City avait fait tailler des habits sur mesure pour ses colosses coéquipiers l’an dernier. Cette année, le garde québécois Laurent Duvernay-Tardif et les autres joueurs de la ligne offensive ont trouvé une pile de cadeaux devant leur casier, dont de très coûteuses glacières Yeti.

«Ils sont toujours les gars les plus sous-estimés à l’attaque», a dit Smith. «Ces gars-là travaillent très fort et sont très fiers de ce qu’ils font. Ils sont tricotés serré. Ce n’est qu’une petite pensée pour leur laisser savoir à quel point j’apprécie ce qu’ils font pour moi.»

C’est une bonne chose qu’ils aient bien joué au cours des dernières semaines par contre. Pendant un certain temps, Smith planifiait probablement de leur donner un morceau de charbon chacun....

Le problème des blessures

En début de saison, ils étaient très dynamiques alors que les Chiefs balayaient tout sur leur passage. Mais des blessures et du jeu inconstant en mi-saison ont plongé l’équipe dans une léthargie, alors qu’elle a perdu quatre matchs d’affilés et six en sept.

Les Chiefs ont maintenant gagné leurs deux dernières rencontres et pourront s’assurer du titre de section avec une victoire contre les Dolphins de Miami, dimanche. L’une des grandes raisons qui expliquent ce changement de cap est la tenue de l’attaque, particulièrement de la ligne à l’attaque.

«Ce sont des gars fiers, et quand ils ont une idée en tête, ils atteignent leur but», a noté l’entraîneur-chef Andy Reid, lui-même un ex-joueur de ligne. «Ils se sont dit : ‘Hé! C’est assez! Nous devons prendre les choses en main et remettre l’équipe sur les rails. Peu importe à qui la faute, on s’en fout”. Quand vous avez déjà joué à cette position, vous comprenez.»

Apport difficilement quantifiable

Le jeu de la ligne à l’attaque est difficile à quantifier. Les seules statistiques qui existent sont pour calculer les erreurs, soit les sacs. De ce côté, le jeu des Chiefs s’est resserré. La semaine dernière, ils n’en ont accordé qu’un et Smith a eu tout le temps voulu pour décocher ses passes et engranger des points dans le gain de 30-13 face aux Chargers de Los Angeles.

Leur jeu au sol s’est aussi drôlement replacé. Kareem Hunt avait commencé sa carrière avec quatre performances de 100 verges ou plus à ses cinq premiers matchs, mais comme le reste de l’équipe, il a connu un passage à vide. La ligne n’était plus capable de lui ouvrir des corridors de course, ce qui a eu pour effet de l’emprisonner derrière et ses statistiques ont subi un dur coup.

Maintenant que la ligne a retrouvé son tonus, Hunt a retrouvé de sa superbe. Il a amassé 116 verges et marqué un touché face aux Raiders d’Oakland avant d’ajouter 155 verges et deux touchés contre les Chargers.

«Je dois remercier les joueurs de ligne. Sans eux, je n’aurais pas été invité au Pro Bowl. J’ai hâte de leur témoigner ma reconnaissance.»

Peut-être leur offrir le même type de paquet cadeau que son quart-arrière? «Non», a dit Hunt en secouant la tête. «Je suis une recrue avec un contrat de recrue.»

***

COMMOTIONS : AMENDE DE 100 000 $ POUR LES SEAHAWKS

Les Seahawks de Seattle ont écopé d’une amende de 100 000 $ pour ne pas avoir respecté le protocole relatif aux commotions cérébrales avec le quart Russell Wilson, le 9 novembre en Arizona, lors d’un match face aux Cardinals. Il s’agit de la première fois qu’un club reçoit une amende pour cette infraction.

Les dirigeants de la NFL et de l’Association des joueurs de la NFL ont fait part de leur décision jeudi, à la suite d’une enquête qui a duré plus d’un mois. En plus de la sanction financière, les entraîneurs et membres du personnel médical des Seahawks devront assister à une formation de rattrapage au sujet du protocole relatif aux commotions cérébrales.

Les Seahawks de Seattle n'ont pas respecté le protocole relatif aux commotions cérébrales avec le quart Russell Wilson (3).

L’enquête a mené à la conclusion que Wilson a eu le feu vert pour retourner sur le terrain avant qu’une évaluation obligatoire ne soit effectuée. Le quart de 29 ans avait été frappé au menton par Karlos Dansby. L’arbitre Walt Anderson a ordonné Wilson à quitter le terrain. Toutefois, il n’a passé que quelques instants dans la tente réservée aux joueurs blessés et n’a manqué qu’un seul jeu avant de reprendre sa place. «Une série de failles dans la chaîne de communication a mené au non-respect du protocole», a dit le porte-parole de la NFL, Joe Lockhart. «Permettre au joueur de retourner dans le feu de l’action représente clairement une infraction en lien au protocole. Le protocole a été renforcé de manière importante avant le début de la saison, mais nous cherchons constamment des façons de l’améliorer.

«Dans ce cas, le personnel médical, les entraîneurs et les officiels ont été informés qu’à l’avenir, quand un joueur quitte le terrain, il doit être accueilli par du personnel médical. Ce ne peut pas être l’entraîneur ou un de ses adjoints. Le fait que ce ne soit pas arrivé a contribué à causer de la confusion et a mené à son retour dans le match avant un examen approprié.»