Alaine Chartrand a l'intention d'offrir l'une de ses meilleures performances en carrière aux championnats canadiens.

Alaine Chartrand défendra son titre chez elle

Alaine Chartrand avait chuté deux fois. Puis à sa sortie de la patinoire, elle avait éclaté en sanglots.
Trois ans plus tard, la jeune patineuse artistique originaire de Prescott n'a pas oublié la dernière fois que les championnats canadiens ont eu lieu devant parents et amis à Ottawa. Elle a dû se contenter du cinquième rang chez les femmes.
«Ce fut une performance très décevante», s'est-elle rappelée mardi lors d'une téléconférence organisée par Patinage Canada. L'événement médiatique servait à mousser le retour de ces championnats dans la capitale nationale, du 16 au 22 janvier, à l'aréna de la Place TD.
Pas question pour Chartrand de glisser le cauchemar de 2014 sous le tapis à la veille de cette rencontre. Au contraire.
«Je vais m'en servir pour me motiver. Je veux livrer ma meilleure performance à la maison. Je veux que les gens soient fiers de moi.»
Puis la patineuse âgée de 20 ans dit avoir beaucoup appris de cette mésaventure. De cette pression de porter l'étiquette d'espoir local.
Il reste que Chartrand se pointera non seulement en tant que l'enfant chéri de la place, mais surtout aussi en tant que championne en titre. Elle a gagné l'or l'an dernier à Halifax.
Être la favorite, ça peut peser lourd sur des épaules d'athlète.
«Je ressentais déjà de la pression l'an dernier, car je devais terminer parmi les deux premières afin de participer aux championnats du monde», a-t-elle souligné.
Puis, il y a d'autres trucs qui la chicotent un peu plus que ça.
Chartrand a passé la hache dans son programme court en novembre après avoir terminé 10e au Trophée NHK, une étape du circuit Grand Prix de patinage artistique de l'ISU présentée au Japon. Sa nouvelle routine ne fonctionnait tout simplement pas depuis deux mois.
«Je ne me sentais pas à l'aise dans ce programme, a-t-elle expliqué. J'avais de la difficulté à réussir la double combinaison de sauts tôt dans la routine. Et j'ai besoin de la réussir, car ça représente beaucoup de points.»
Ses entraîneurs et elle ont décidé de se rabattre maintenant sur une valeur sûre, optant pour le même programme court utilisé la saison dernière. Quelques modifications ont été apportées ici et là.
«J'aurais aimé m'en servir à nouveau seulement l'an prochain en vue de la saison olympique. C'était le plan. Mais j'en ai besoin maintenant.»
Surtout qu'une bataille épique se dessine chez les femmes, la semaine prochaine, à Ottawa. On y retrouvera les championnes des trois dernières années.
Kaetlyn Osmond a gagné en 2013 et 2014, puis Gabrielle Daleman l'a imitée l'année suivante.
Quoi d'autre?
Ces rivales patinent bien depuis le début de la saison. Osmond, 21 ans, a gagné l'or en Finlande puis l'argent en Chine.
C'est sans oublier sa deuxième position derrière Evgenia Medvedeva à Skate Canada en octobre dernier. Quant à Daleman, 18 ans, elle a pris le quatrième rang à Skate America, une étape du circuit Grand Prix.
«Ça va être fou comme championnat canadien. La compétition sera tellement relevée», a reconnu Alaine Chartrand.