La skieuse alpine franco-ontarienne, Valérie Grenier, tentera de monter sur l’une des trois marches du podium pour la première fois de sa carrière, samedi au super-G de Saint-Moritz, en Suisse.

À quand le podium pour Grenier ?

Valérie Grenier se rapproche d’une première présence sur le podium de la Coupe du monde. Reste à voir si elle gravira enfin une marche dans les prochaines heures.

La skieuse alpine franco-ontarienne s’élancera au super-G de Saint-Moritz, samedi matin, en Suisse. Tout ça six jours après avoir terminé cinquième dans la même épreuve à Lake Louise en sol canadien.

C’était son meilleur résultat en carrière depuis ses débuts en Coupe du monde, il y a déjà quatre ans.

Grenier a terminé à seulement cinq centième de seconde du troisième rang et d’une visite tant attendue sur le podium.

« Passer si proche, c’est dommage. Mais ce n’est pas frustrant. Honnêtement, je trouvais déjà ça exceptionnel d’être la cinquième plus rapide, a soutenu l’athlète âgée de 22 ans, vendredi, après sa dernière séance d’entraînement de la journée.

« Ça démontre que j’ai le potentiel de me retrouver sur le podium. Ça fait du bien, surtout que je savais que je pouvais aller vite. Ça allait bien lors des entraînements cet automne. »

Grenier avait été forcé au repos durant l’été après avoir été opéré au tibia. Ce fut peut-être un mal pour un bien. À sa première course de la saison à Solden, elle a pris la 11e position au slalom géant. Le ton était donné à ce qui pourrait être une saison mémorable.

Ça venait aussi confirmer que sa sixième place au combiné des Jeux olympiques n’était pas un accident de parcours.

Ce qui encourage Grenier encore plus à la veille de son prochain départ ?

« J’ai de bons souvenirs de mes courses à Saint-Moritz. J’avais terminé 13e ici à ma deuxième présence en carrière en Coupe du monde. Plusieurs filles n’avaient pu terminer la course, a-t-elle relaté.

« Depuis ce jour, j’adore venir skier ici, même si la piste change d’une fois à l’autre. »

Grenier avait notamment pris le 11e rang au combiné des championnats du monde qui avaient été tenus sur la pente suisse en 2017.

« La piste semble belle. La neige semble bonne. Il y a du gros soleil depuis quelques jours », a précisé la vice-championne du monde junior de 2016 au super-G à Sotchi.

Ses récents succès confirment les attentes élevées placées envers elle par Canada Alpin dès son arrivée dans le programme national. Ses performances ne passent pas non plus inaperçues.

La double championne olympique Mikaela Shiffrin lui a donné l’accolade après sa cinquième place à Lake Louise, la félicitant pour ses deux manches rapides.

Quand les gros noms t’approchent de la sorte, c’est signe que tu es à surveiller.

Après Saint-Moritz, Valérie Grenier se dirigera vers l’Italie puis la France pour ses prochaines courses.

Noël sera passé en Autriche puisque des épreuves de la Coupe du monde auront lieu à Semmering les 28 et 29 décembre. « Je suis habituée. Ça fait quelques années que je ne suis pas à la maison durant les Fêtes. Au moins, je serai de retour à temps cette fois-ci pour le Jour de l’An », a souligné la fierté de Saint-Isidore, dans l’Est ontarien.