Les rumeurs concernant le congédiement de Mauro Biello à la fin de la campagne sont de plus en plus persistantes.

À moins d’un miracle, le calvaire de l’Impact de Montréal achève enfin

Le calvaire de l’Impact achève enfin, alors que la formation montréalaise pourrait être officiellement éliminée de la course aux séries samedi.

L’Impact (11-15-6) accuse quatre points de retard sur les Red Bulls de New York (12-12-7) et le sixième et dernier rang donnant accès aux séries dans l’Association Est. Les Red Bulls pourraient éliminer l’Impact avec une victoire face aux Whitecaps de Vancouver, samedi. Le Bleu-blanc-noir profite d’un congé au cours du week-end et il reprendra le collier seulement le 15 octobre, lorsqu’il rendra visite au Toronto FC.

Toutefois, les Red Bulls ne font rien qui vaille depuis le début du mois d’août, eux qui n’ont pas gagné à leurs huit dernières sorties (0-3-5) et qui ont compilé un dossier de 1-4-5 à leurs 10 derniers matchs.

«Vancouver est une des meilleures équipes dans l’Ouest, puis ils accueillent Atlanta, qui est une bonne équipe. Ils affronteront ensuite le D.C. United, qui a obtenu plusieurs points au cours des dernières semaines. Autant nous voudrions tous dire depuis six semaines que c’est fini pour nous, la porte n’est toujours pas fermée, a affirmé le gardien de l’Impact Evan Bush, mercredi. Il y a encore un peu de lumière au bout du tunnel.»

Le hic pour l’Impact, c’est qu’il n’a pas été en mesure de profiter de la glissade des Red Bulls pour grimper au classement. Depuis une série de quatre victoires en août, l’Impact présente un dossier de 1-7-0.

«C’est frustrant parce que nous sommes passés tout près de nous hisser au-dessus de la ligne rouge tellement souvent, a admis Bush. Est-ce que nous aurions préféré être coincés au 10e ou 11e rang toute l’année? Non. Mais j’ai l’impression que nous avons passé toute la foutue année en septième place.»

L’Impact a bousillé une énième occasion de gagner du terrain sur ses rivaux le week-end dernier, encaissant un revers de 2-1 contre la pire formation du circuit Garber cette saison, les Rapids du Colorado. Les joueurs de l’Impact s’étaient rendus sur le terrain quelques minutes après que les Red Bulls eurent encaissé une défaite de 4-2 contre le Toronto FC.

«Nous en étions conscients, nous avions regardé leur match dans le vestiaire, a raconté Bush. Mais ça ne remonte pas qu’à ce week-end. Ils échappent des points depuis plus d’un mois et nous les échappons avec eux.

«Je ne sais pas comment l’expliquer. Peut-être que nous étions plus tendus parce que nous savions que la porte était ouverte. Ou peut-être que nous nous disions que nous ne le méritions pas. Si seulement les deux équipes gagnaient, ce serait plus intéressant comme course. C’est décevant de voir que nous ne profitons pas de ces occasions.»

Questionné à savoir s’il s’agissait des moments les plus frustrants qu’il a vécus depuis son arrivée avec l’Impact en 2011, Bush a trouvé le moyen de relativiser les choses.

«C’est proche, mais je crois que 2014 a été pire comme saison. Nous étions essentiellement éliminés en juillet», a rappelé Bush, en revenant sur une campagne au cours de laquelle l’Impact avait terminé au dernier rang du classement général de la MLS.

«Ça fait longtemps que je suis ici et il y a eu des moments frustrants, des hauts et des bas, a répondu de son côté le défenseur latéral Hassoun Camara, qui évolue aussi avec l’Impact depuis 2011. Nous aimerions tous revivre des moments comme l’an dernier (quand l’équipe a atteint la finale de l’Est). Oui, il y avait aussi eu des moments de scepticisme, mais nous avions connu une belle saison. Voilà, ce sont les aléas du football. Il y a des saisons qui sont meilleures que d’autres. Il faut l’accepter et ressortir dignement des moments difficiles.»

Un pour qui la fin de saison doit être particulièrement éprouvante est l’entraîneur-chef Mauro Biello. Les rumeurs concernant son congédiement à la fin de la campagne sont de plus en plus persistantes. Après un premier rapport provenant de New York la semaine dernière, voilà que le descripteur aux matchs de l’Impact à la radio TSN690, Rick Moffat, a affirmé à son tour mardi avoir appris que Biello et ses adjoints ne seront pas de retour à leur poste la saison prochaine.

Après l’entraînement de l’équipe mercredi, Biello a encore une fois été diplomatique, insistant pour dire qu’il se concentre sur son travail.

Par ailleurs, Biello a annoncé que l’arrière latéral Chris Duvall a subi une entorse à la cheville droite et ne devrait plus jouer cette saison. La période de convalescence de Duvall sera de quatre à six semaines et puisque la saison de l’Impact prendra fin le 22 octobre, avec la visite du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, et que la formation montréalaise devrait rater les éliminatoires, Duvall ne devrait donc pas être de retour avant la prochaine campagne.

De son côté, le milieu de terrain Ignacio Piatti n’a pas subi de dommages importants à la suite d’une hyperextension d’un genou face aux Rapids et il pourrait être à son poste le 15 octobre.