Les trois joueurs de 20 ans des 67’s d’Ottawa ont été parmi les cinq meilleurs compteurs du club pendant les séries. Tye Felhaber, au centre, a même marqué 17 buts en 18 matches éliminatoires. Lucas Chiodo, à gauche, et Kyle Maksimovich ont aussi rendu de fiers services aux 67’s à leur dernière année de hockey junior.

Une équipe qui passera à l’histoire

Modèle de constance pendant toute la saison 2018-19, les 67’s d’Ottawa n’avaient pas préparé leurs partisans à une fin aussi abrupte.

Champions de la saison régulière de la Ligue de l’Ontario avec un record de franchise de 106 points, ils avaient poursuivi leur domination dans les séries éliminatoires en remportant leurs 14 premiers matches avant de soudainement en perdre quatre de suite contre l’inébranlable Storm de Guelph.

Cette fin de saison en queue de poisson ne permettra malheureusement pas à cette édition spéciale d’être reconnue à sa juste valeur. Rappelons qu’elle ne portait pas l’étiquette d’équipe favorite en début de saison. Son cheminement a toutefois surpris tout le monde, y compris le groupe d’entraîneurs.

« Nous avons pris le premier rang de la ligue et nous avons perdu en finale. Vu de cette façon, c’est bien et notre avenir demeure prometteur, mais je ne pense pas que les gens peuvent réaliser à quel point nous perdons des joueurs exceptionnels, autant sur la glace qu’à l’extérieur. Tous ceux qui partent sont des personnes incroyables et faciles à diriger. Nous avions du plaisir à venir au bureau, à pratiquer, à travailler. De toutes mes années à entraîner des équipes, ils se retrouvent au sommet de la liste », a expliqué André Tourigny en faisant le bilan de sa saison.

Ces « personnes » qui ont contribué à son titre d’entraîneur-chef de l’année, ce sont ses trois attaquants de 20 ans : Tye Felhaber, Lucas Chiodo et Kyle Maksimovich. À ce groupe, il faut ajouter Sasha Chmelevski, Kody Clark et Michael DiPietro.

Quand les gens consulteront les statistiques des joueurs de cette édition des 67’s dans quelques années, ils en reconnaîtront plusieurs qui seront devenus des réguliers dans la LNH. Felhaber et Chmelevski sont promis à un bel avenir parmi les finissants, mais Marco Rossi, Kevin Bahl, Michael DiPietro, Mitchell Hoelscher, Graeme Clarke, Jack Quinn, Nikita Okhotyuk, Cameron Tolnai et Alec Bélanger, pour ne nommer que ceux-là, ont tous le potentiel de jouer chez les professionnels.

Propulsé par une saison de 76 buts en 86 matches de saison et des séries, Tye Felhaber a pu signer un lucratif contrat avec les Stars de Dallas cette saison.

Son compteur s’est arrêté à 59 buts en saison régulière. Aucun joueur des 67’s d’Ottawa n’avait marqué autant de buts depuis Tyler Toffoli (57) en 2010-11. Jamais repêché dans la LNH, son éclosion offensive a permis de l’élever au rang des légendes des 67’s.

Natif de Pembroke, Felhaber sera toujours reconnaissant envers ses coéquipiers qui l’ont aidé à atteindre le prochain niveau, mais il le sera davantage envers ses entraîneurs qui lui ont permis de développer le potentiel qu’il avait lorsqu’il avait été un choix de première ronde du Spirit de Saginaw en 2014.

« Les entraîneurs, en commençant par André Tourigny, ont fait tout un travail avec moi. S’ils ne m’avaient pas dirigé depuis deux ans, je ne jouerais probablement plus au hockey l’année prochaine. Mais, grâce à eux, je vais continuer chez les professionnels. C’est sûr que nous allons garder le contact. »

L’appel d’Équipe Canada

Parlant de Tourigny, Hockey Canada a annoncé qu’il serait un des adjoints de l’entraîneur-chef Dale Hunter lors du prochain Championnat mondial junior en République tchèque. Tourigny connaît très bien les futurs joueurs d’Équipe Canada junior puisqu’il avait lui-même mené ce groupe à la conquête de la médaille d’or à la Classique Hlinka-Gretzky l’été dernier avec l’équipe des moins de 18 ans.

Son adjoint à Ottawa, Mario Duhamel, sera quant à lui entraîneur-adjoint de Dan Lambert lors de la prochaine édition de la Classique Hlinka-Gretzky.

+

Travail incomplet à reprendre l’an prochain

L’inévitable cycle du hockey junior fera perdre de grosses pointures aux 67’s la saison prochaine, mais la majorité des joueurs de l’édition finaliste seront de retour afin d’achever un travail incomplet.

Sans même procéder à une transaction, on sait déjà que l’attaque sera menée par Austen Keating et Marco Rossi. Le premier occupera un des trois postes de joueur de 20 ans. Il a terminé la saison au deuxième rang des compteurs du club avec 89 points. C’est 19 de plus que Tye Felhaber au même âge. Quant à Rossi, il a mené toutes les recrues de la Ligue de l’Ontario avec 65 points en 53 matches en plus d’en ajouter 22 autres en 17 matches des séries. Il est déjà identifié comme un choix de premier tour au repêchage 2020 de la LNH.

Mitchell Hoelscher (New Jersey) et Graeme Clarke (admissible au repêchage 2019 de la LNH) seront prêts à prendre des responsabilités supplémentaires l’année prochaine tout en ayant déjà fait partie des trois premiers trios explosifs des 67’s cette saison.

Samuel Bitten, Jack Quinn et Cameron Tolnai et Quinn Yule obtiendront également des promotions après avoir été relégués à un quatrième trio dans un club avec beaucoup de profondeur en attaque.

Bien que déçu de l’effondrement de son équipe dans les quatre derniers matches de la finale, Bitten gardait son enthousiasme en se disant que ce n’était que partie remise.

«Je regarde notre charte de profondeur et tous nos défenseurs vont revenir. Il n’y a que Noel Hoefenmayer dont on n’est pas sûr, mais il pourrait revenir à 20 ans. C’est un gros avantage. Guelph nous a battus parce que leurs défenseurs étaient meilleurs que les nôtres. Nous serons plus vieux et plus forts l’an prochain. Nous venons d’apprendre de précieuses leçons dans les dernières séries. La majorité de l’équipe n’avait jamais gagné une ronde avant. C’était de l’inconnu. Là, nous avons appris ce que c’était que de jouer beaucoup de hockey pendant longtemps», a dit celui qui fera partie des leaders du club à sa troisième saison avec les 67’s.

Bitten a aussi noté que le Storm avait eu l’avantage à la fin de toutes leurs séries parce qu’ils étaient plus expérimentés.

«Nous serons un peu plus expérimentés l’an prochain. Nos attentes seront plus élevées. Notre attaque sera encore forte avec Marco, Austen, Graeme, Quinn et Hoelscher dans les deux premiers trios. J’aimerais me joindre à eux. Et il y a tous les bons jeunes que nous avons repêchés depuis deux ans. Il y a de l’espoir», a dit celui qui était déjà de retour sur la patinoire pour jouer dans une ligue de garage mardi soir.

Comme tous les défenseurs pourraient être de retour la saison prochaine, les 67’s risquent d’avoir des décisions déchirantes à prendre, car ils devront faire une place à Alec Bélanger, perçu comme un éventuel joueur étoile. Le club a aussi sélectionné un défenseur avec son premier choix du dernier repêchage en Jack Matier.

Devant le filet, Michael DiPietro rejoindra l’organisation des Canucks de Vancouver, mais le duo initial de la dernière saison composé de Cédrick Andrée et Will Cranley sera de retour.