Tye Felhaber célèbre le premier de ses deux buts dans la dernière minute de la troisième période. L’espoir des Stars de Dallas a ajouté le but gagnant dès la 20e seconde de la prolongation.

Un troisième balayage consécutif pour les 67's

Ils étaient à 33 secondes d’être victime d’un premier blanchissage en 80 matches cette saison, mais les 67’s d’Ottawa sont reconnus pour ne jamais abandonner.

Dans la dernière minute de jeu mercredi soir à Oshawa, Tye Felhaber a fait honneur à la réputation de son club en créant l’égalité 1-1 sur le 43e tir des 67’s pendant un avantage numérique double.

Pour la première fois du match, les visiteurs avaient enfin réussi à déjouer Kyle Keyser, magistral jusque là, mais Felhaber n’avait pas dit son dernier mot.

Dès la 20e seconde de la période de prolongation et sur le 44e tir des 67’s, Felhaber a récidivé sur l’avantage numérique restant pour donner une victoire de 2-1 aux 67’s, qui ont ainsi complété un troisième balayage de suite face aux Generals.

En seulement 53 secondes, les 67’s ont renversé la vapeur pour éviter de disputer un cinquième match pour la première fois des séries de la Ligue de l’Ontario (LHO).

Jamais une équipe n’avait réussi à gagner ses 12 premiers matches des séries depuis l’instauration du système des conférences en 1999.

Tenu en échec dans la première ronde des séries, Felhaber a explosé avec 11 buts dans les huit derniers matches. Pour la deuxième série de suite, c’est lui qui a marqué le but gagnant en prolongation du match décisif.

« Je suis vraiment chanceux de jouer avec un groupe qui m’appuie beaucoup. Ce soir, Kyle Maksimovich m’a trouvé deux fois sur les deux buts. C’est fantastique ce qui vient de se produire ce soir, mais nous n’avons pas encore fini », a dit le héros du match.

Avant l’éclosion tardive des vainqueurs, le quatrième match avait été l’affaire de Kyle Keyser. Le gardien américain avait été époustouflant avant de céder sur des avantages numériques des 67’s en fin de match.

Les Ottaviens avaient eu le dessus 37-12 dans les tirs dans les deux dernières périodes.

La brèche

La brèche a été créée quand un défenseur des Generals a expédié une rondelle dans les gradins, puis le défenseur Nico Gross a aussitôt frappé Austen Keating à la tête. Soudainement, les 67’s se sont retrouvés à cinq contre trois et même six contre trois quand Michael DiPietro a été rappelé au banc dans un ultime effort de marquer le but égalisateur.

« Nous n’avions pas connu une bonne première période, mais Mikey (DiPietro) a fait les arrêts clés pour nous garder dans le match. En deuxième période, il a été excellent pendant un désavantage numérique double (de deux minutes), mais nous avons enfin eu notre chance en fin de match sur nos avantages numériques », a dit l’entraîneur-chef André Tourigny, avec une casquette de champions vissée sur la tête.

Felhaber a avoué que les entraîneurs leur avaient brassé la cage après la deuxième période.

« Ce n’était rien de négatif. Ils n’ont pas crié, mais ils ont réussi à nous réveiller. Nous avons saisi l’occasion pour leur démontrer que nous pouvions remonter la côte. »

Tyler Tullio avait été le seul marqueur du match avant la 60e minute de jeu. Michael DiPietro, avec 22 tirs, a vu deux fois moins de lancers que son opposant.

Avec une fiche parfaite de 12-0, les 67’s ont mis la main sur le trophée Bobby-Or pour accéder à la finale de la coupe Robertson où ils affronteront le gagnant de la série entre Guelph et Saginaw, menée 3-1 par ces derniers.

Rossi absent

Blessé à la fin du troisième match après avoir reçu un coup à la tête d’Anthony Salitrini, Marco Rossi n’a pas participé au quatrième duel. Le joueur de la semaine de la Ligue canadienne de hockey avec huit points en trois matches sera évalué sur une base quotidienne. On ne craint pas une absence à long terme chez les 67’s.